citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juin 2019

La République est sacrée, La France Insoumise c’est nous !

La politique est une course de fond, la France Insoumise ne manque pas de souffle!

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je n’ai pas été tiré au sort pour participer à cette assemblée des 22 et 23 juin, mais j’avais eu cette chance à la dernière convention à Bordeaux. Comme quoi, n’en déplaise à tous nos détracteurs qui voient des complots partout, la démocratie insoumise est bien réelle !

Et puis, nous avons beaucoup plus d’arrivées que de départ dans notre mouvement, c’est une bonne nouvelle que les médias ignorent forcément, il est donc important de s’en faire l’écho.

La crise à la France Insoumise c’est un peu la tempête de sable...dans le sablier médiatique !

Il paraît que la fameuse Manon Lebretton a quitté le mouvement ! Alors ça c’est une sacrée nouvelle, moi, qui me demandais ce qu’elle comptait faire et si elle résisterait aux turbulences, me voilà pantois ! C’est qu’ils ont faim nos journalistes, au point de racler les fonds de tiroirs pour gratter les miettes moisies d’un vieux pain aux raisins qu’ils voudraient nous fourguer pour une brioche de Marie-Antoinette !

Qui connaissait Manon Lebretton ? Son rôle prépondérant marque tous les esprits politiques de la FI, affligés par la nouvelle catastrophique de son départ? La nouvelle est grave? Soyons sérieux, sans ce départ, elle n’existerait pas, mais bon aujourd'hui tout le monde sait qu'elle fut co-responsable de l'école de la FI, waow !

Bien sûr, de son côté, Clémentine, toujours hautaine, n’en finit plus de voler ras le bitume. La spécialiste de la réflexion en rase motte, toujours à l'affut du premier néon qui grésille, s’étonne du choix d’Adrien Quatennens comme coordinateur, elle qui est incapable de coordonner éthique, solidarité et sens collectif.

Comment une si jeune femme peut-elle incarner une si vieille gauche, cette gauche du néant, morte, qui a refusé l’extrême onction ?

Au-delà de ces parenthèses minables qui n’en finissent pas d’alimenter les réseaux sociaux et les unes des journaux d’État, j’ai pris le temps d’écouter l’intervention de Jean-Luc Mélenchon.

Je suis ravi de voir qu’il ne se laisse pas abattre par toutes ces piqures de moustiques, de frelons et autres nuisibles qui sévissent pendant les périodes de chaleur.

L’homme est solide, le tribun redoutable, heureusement pour nous et pour l’avenir de ce mouvement !

Ils connait ses dossiers, fait preuve de courage et de pédagogie et démontre une nouvelle fois qu'il est plus que jamais le leader naturel d'un mouvement en pleine ascension, malgré les trahisons, les dénigrements et les départs qui caractérisent toutes les organisations politiques.

Le vieux sage tient son rôle et il prépare la jeune garde qui promet un bel avenir à la FI.

Ces élections européennes et ce résultat décevant sont une aubaine pour nous faire progresser et l’enjeu le plus important est bien l’élection présidentielle de 2022 puisque la 5e République est ainsi conçue.

Nous allons encore souffrir, mais nos idées avancent.  La conscience collective est un chemin de croix dans le royaume de la finance mais nous assistons à une fin de cycle politique. La répression policière, le marasme économique, la régression sociale, le vide intellectuel sont autant de signes de leur agonie politique, même s’ils se pavanent la tête haute, forts de leur mépris et de leur suffisance, parce qu’ils sont les possédants !

Oui, ils sont forts, encore pour l’instant. Même si les vieux de la gauche préfèrent encore voter pour Jadot le Bobo pour éviter Macron et Mélenchon !

L’abstention recule, même si elle se déporte vers l’extrême droite pour exprimer la contestation. La politisation est un processus qui requiert du temps et même si nous n’avons pas ce temps, il nous faut insister, nous armer de patience et d’abnégation, continuer à miser sur l’éducation populaire, sur les mouvements citoyens, sur la colère de la misère.

Je suis un populiste, au noble sens du terme, et j’emmerde tous les bien-pensants de la révolution qui ne doit pas déborder !

A l’heure du bilan nous sommes les gavroches du ruisseau, nous nous relevons pour grimper sur les barricades. Qui a dit que ce serait facile ?

Notre programme est garant d’une transition écologique réfléchie, chiffrée, effective, en adéquation avec les impératifs sociaux et humains nécessaires à une société plus juste, plus heureuse. Nous proposons des nouvelles institutions politiques cohérentes avec notre siècle et qui répondent à l’échec démocratique que nous subissons.

Notre République est sacrée, ainsi que nos députés, parce que la France est née de l’insoumission, et parce que l’histoire, le savoir sont les réponses qui s’imposent à l’ignorance !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé