Des Insoumis déçus mais en nette progression !

L’extrême droite réunit Macron et Lepen, l’écologie est le premier vainqueur du scrutin !

Le score de la France insoumise n’est certes pas à la hauteur de nos espérances mais cette élection n’est qu’une étape d’une course de longue haleine !

Il faut d’abord retenir que les sondages ne sont pas fiables, pas crédibles et qu’ils ont tenté, sans succès, de façonner l’opinion pendant toute l’élection.

Ils sont aujourd’hui le reflet d’une prise de conscience populaire qui n’obéit plus aux injonctions du pouvoir médiatique, c’est positif.

Pour ceux qui en doutaient encore, la France est résolument à droite, et même à l’extrême droite puisque Macron et Le Pen, qui défendent le même programme sont au coude à coude.

Ils ont en commun un électorat qui ne lit pas les programmes, qui vote pour une figure, qui fustige les migrants, les fonctionnaires, les plus démunis et qui défend les intérêts des financiers loin des enjeux urgents de l’environnement.

Notre premier ennemi est bien l’ignorance ; l’éducation populaire est l’outil que nous devons développer pour que la contestation ne s’exprime plus dans la haine et dans l’abstention.

Même si l’introspection est nécessaire, nous n’avons pas à rougir de notre campagne.

Si Jadot et les verts passent devant malgré leur vote pro-glyphosate, malgré leur adhésion à l’économie de marché, c’est que précisément nous nous heurtons une fois encore à cette logique d’ignorance.

Les verts sont les premiers, historiquement à promouvoir l’écologie, mais c’est grâce à la France Insoumise que cette urgence prend sa dimension, notamment pendant les deux dernières présidentielles.

Le peuple associe logiquement écologie et verts, c’est donc surtout une victoire pour l’écologie !

Je comprends qu’entre les revendications des gilets jaunes qui figuraient sur notre programme et la réelle ambition écologique et sociale chiffrée de notre mouvement, il y ait lieu pour certains de trouver un goût amer aux résultat de cette élection.

Pourtant, nos idées progressent et nous nous ancrons durablement comme une force qui pèse dans le paysage politique.

Nous avons su démontrer avec 17 députés que nous pouvions être déterminants dans l’action politique, je n’ai aucun doute sur la force de frappe que nous démontrerons avec six députés européens. L’extrême droite est un passage obligé pour renouveler la conscience collective, c’est l’expression violente de la misère qui s’ignore.

Ne perdons pas de vue que cette contestation s’exprime contre le gouvernement en place, elle est potentiellement à gauche si nous persévérons dans notre action militante.

Les Insoumis sont les rêveurs qui s’attaquent à la montagne, sans eux rien n’est possible !

On ne subit pas, on reprend le bâton de pèlerin et on continue à grimper, à avancer, à progresser, parce que précisément nous sommes insoumis !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.