citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2020

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Le virus de l'abstention!

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Alors que le virus COVID 22 s’associe avec l’islamophobie pour préparer la campagne  présidentielle de Macron, les citoyens de France sont privés petit à petit (quoique !) de leurs liberté(s) au nom de l’urgence sanitaire. Ainsi comme à l’accoutumée l’urgence redevient sécuritaire et ne doutons pas qu’il s’agit ni plus ni moins de favoriser la place du RN au 1er tour. On ne change pas une équipe qui gagne !

La situation exceptionnelle de la pandémie offre à ce gouvernement les moyens de sa politique autoritaire. Peut-être repousseront t-ils les élections, peut-être qu’ils prévoient de nous confiner et de nous muter en citoyens virtuels ? Peut-être enfin vont-ils nous surprendre une nouvelle fois avec des mesures improbables qui ont le mérite de l’efficacité puisque qu’elles sidèrent littéralement les victimes citoyennes que nous sommes !

Mais sommes-nous encore citoyens ? Notre individualisme, notre mutisme devant l’horreur, notre attentisme sont autant de freins pour vivre et partager collectivement.

Le RN sera probablement au deuxième tour, c’est sa vocation de tremplin et les gouvernements successifs se sont tous appliqués à maintenir cette épée de Damoclès au-dessus de la démocratie et de la République.

Pendant qu’ils font de la sécurité leur drapeau, emparons nous de l’abstention qui est un enjeu citoyen majeur susceptible de bouleverser la « Donne ».

L’abstention, premier parti de France est un symptôme typique du  virus capitaliste. C’est une pandémie difficile à combattre qui touche le monde entier et qui contamine les citoyens jusqu’à ce qu’il perdent le goût et l’odorat devant la « chose publique ».

J’avoue avoir été touché également par l’abstention au dernier deuxième tour des dernières présidentielles, c’est dire le danger de ce virus !

Le dégout citoyen pour la politique, l’ignorance de l’histoire de France citoyenne, ou encore la misère sociale et la paupérisation qui accablent les Français depuis des décennies ont favorisé le repli et la désertification des bureaux de votes.

Ne les jugeons pas car leur décision est  souvent empreinte de bon sens, en réponse à leur histoire citoyenne. Mais refuser ses droits citoyens au prétexte que « voter cela ne sert à rien », parce-qu’ils sont tous « pourris », "élections piège à cons"  ou encore parce-que le vote blanc n’est pas reconnu conduit à laisser décider une minorité d’experts de la Ve République qui profite de ce système pour se maintenir au pouvoir.

Si je comprends le choix de l’abstention , il me semble que nous devons faire une campagne pour inciter les Français à récupérer leur citoyenneté confisquée.

Le syndicaliste que je fus , ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec la syndicalisation. Les syndicats ne syndiquent plus malgré le nombre restreint d’adhérents ce qui de fait, questionne leur légitimité. Étrangement ils ne font pas de campagne nationale pour syndiquer. On retrouve quelques lueurs sporadiques dans telle UD ou telle UL, mais les confédérations syndicales ont  mieux à faire  C’est également une forme d’abstention qui répond aux même logiques citoyennes et au même objectif de dépolitisation des esprits. « Ne vous mêlez pas de ce qui vous regarde » ! Ne votez pas et ne vous syndiquez pas !

La France Insoumise a commencé à s’engager sur le sujet de l’abstention dans sa communication, nous devons aller au-delà. L’abstention doit être au centre de la campagne. Pendant qu'ils envahissent le débat public avec la sécurité nous devons nous préoccuper de la préservation de notre citoyenneté. Ils vont se déchirer à droite comme à gauche dans une campagne  traditionnelle d’égouts dont ils ont le (s) secret, mais les urnes de la démocratie ne seront pas républicaines tant qu’elles seront vides d’une majorité silencieuse.

C’est une campagne d’éducation populaire et de sensibilisation à la citoyenneté dont nous avons besoin et qu’il nous faudra  mener. Lutter contre le fléau de l’abstention c’est ramener les citoyens aux commandes.

La sécurité, les confinements, les déboires économiques sont autant de diversions qui sont au service de la droite et de l’extrême droite alors que nous avons une urgence écologique et sociale et une crise citoyenne majeure dont l’abstention est le premier reflet.

Ce n’est pas l’union de la « gauche » qui fera, seule, la différence, même si elle est souhaitable et nécessaire, ce sera plutôt notre capacité collective à ne pas nous abstenir devant l’abstention. A bon entendeur !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte