citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2020

Le virus de l'abstention!

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Alors que le virus COVID 22 s’associe avec l’islamophobie pour préparer la campagne  présidentielle de Macron, les citoyens de France sont privés petit à petit (quoique !) de leurs liberté(s) au nom de l’urgence sanitaire. Ainsi comme à l’accoutumée l’urgence redevient sécuritaire et ne doutons pas qu’il s’agit ni plus ni moins de favoriser la place du RN au 1er tour. On ne change pas une équipe qui gagne !

La situation exceptionnelle de la pandémie offre à ce gouvernement les moyens de sa politique autoritaire. Peut-être repousseront t-ils les élections, peut-être qu’ils prévoient de nous confiner et de nous muter en citoyens virtuels ? Peut-être enfin vont-ils nous surprendre une nouvelle fois avec des mesures improbables qui ont le mérite de l’efficacité puisque qu’elles sidèrent littéralement les victimes citoyennes que nous sommes !

Mais sommes-nous encore citoyens ? Notre individualisme, notre mutisme devant l’horreur, notre attentisme sont autant de freins pour vivre et partager collectivement.

Le RN sera probablement au deuxième tour, c’est sa vocation de tremplin et les gouvernements successifs se sont tous appliqués à maintenir cette épée de Damoclès au-dessus de la démocratie et de la République.

Pendant qu’ils font de la sécurité leur drapeau, emparons nous de l’abstention qui est un enjeu citoyen majeur susceptible de bouleverser la « Donne ».

L’abstention, premier parti de France est un symptôme typique du  virus capitaliste. C’est une pandémie difficile à combattre qui touche le monde entier et qui contamine les citoyens jusqu’à ce qu’il perdent le goût et l’odorat devant la « chose publique ».

J’avoue avoir été touché également par l’abstention au dernier deuxième tour des dernières présidentielles, c’est dire le danger de ce virus !

Le dégout citoyen pour la politique, l’ignorance de l’histoire de France citoyenne, ou encore la misère sociale et la paupérisation qui accablent les Français depuis des décennies ont favorisé le repli et la désertification des bureaux de votes.

Ne les jugeons pas car leur décision est  souvent empreinte de bon sens, en réponse à leur histoire citoyenne. Mais refuser ses droits citoyens au prétexte que « voter cela ne sert à rien », parce-qu’ils sont tous « pourris », "élections piège à cons"  ou encore parce-que le vote blanc n’est pas reconnu conduit à laisser décider une minorité d’experts de la Ve République qui profite de ce système pour se maintenir au pouvoir.

Si je comprends le choix de l’abstention , il me semble que nous devons faire une campagne pour inciter les Français à récupérer leur citoyenneté confisquée.

Le syndicaliste que je fus , ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec la syndicalisation. Les syndicats ne syndiquent plus malgré le nombre restreint d’adhérents ce qui de fait, questionne leur légitimité. Étrangement ils ne font pas de campagne nationale pour syndiquer. On retrouve quelques lueurs sporadiques dans telle UD ou telle UL, mais les confédérations syndicales ont  mieux à faire  C’est également une forme d’abstention qui répond aux même logiques citoyennes et au même objectif de dépolitisation des esprits. « Ne vous mêlez pas de ce qui vous regarde » ! Ne votez pas et ne vous syndiquez pas !

La France Insoumise a commencé à s’engager sur le sujet de l’abstention dans sa communication, nous devons aller au-delà. L’abstention doit être au centre de la campagne. Pendant qu'ils envahissent le débat public avec la sécurité nous devons nous préoccuper de la préservation de notre citoyenneté. Ils vont se déchirer à droite comme à gauche dans une campagne  traditionnelle d’égouts dont ils ont le (s) secret, mais les urnes de la démocratie ne seront pas républicaines tant qu’elles seront vides d’une majorité silencieuse.

C’est une campagne d’éducation populaire et de sensibilisation à la citoyenneté dont nous avons besoin et qu’il nous faudra  mener. Lutter contre le fléau de l’abstention c’est ramener les citoyens aux commandes.

La sécurité, les confinements, les déboires économiques sont autant de diversions qui sont au service de la droite et de l’extrême droite alors que nous avons une urgence écologique et sociale et une crise citoyenne majeure dont l’abstention est le premier reflet.

Ce n’est pas l’union de la « gauche » qui fera, seule, la différence, même si elle est souhaitable et nécessaire, ce sera plutôt notre capacité collective à ne pas nous abstenir devant l’abstention. A bon entendeur !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi
Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement