citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2019

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Des lauriers qui sentent le fumier pour le tyran Macron!

Ils sont fous ces gaulois!

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand l’histoire se répète, elle prend souvent des libertés comme si les dieux se jouaient de nos petits destins avec ironie.
Ainsi, si Caligula a tué Tibère avec l’aide de Macron, Macron semble aujourd’hui s’être réincarné en un Caligula des temps modernes, sociopathe, mégalomane, outrancier et dangereux pour la République et ses citoyens.

La politique française n’a rien à envier à la politique romaine si ce n’est peut-être que les Romains attachaient plus d’importance à leur  « dignitas » et qu’être élu était d’abord un honneur.

D’ailleurs quand un consul perdait le respect du peuple, il pouvait subir sa colère à l’instar du deuxième consul Bibulus, opposé à César, victime du premier « Cacatov », qui reçut un tas de fumier sur la tête !

C’est ainsi que la sagesse du peuple s’exprime quand ses représentants perdent le sens collectif pour se noyer dans la démesure de leur nombril.
Cette référence à la civilisation romaine permet de rappeler que l’histoire devrait toujours servir de socle pour éviter le pire, et pourtant le pire est en train de se reproduire depuis l’élection du Tyran Caius Nazus Macronus.

Chaque semaine apporte son lot de mépris noyé dans un océan de bêtise, en voici un petit florilège :
Marlène Schiappa voudrait que Cash investigation cesse de montrer des politiciens corrompus à la télé pour raconter de belles histoires… Il ne lui viendrait pas à l’esprit qu’il serait encore mieux que les politiques pourris ne puissent plus être élus ?

Ah mais c’est vrai qu’ils ont rejeté officiellement la proposition de loi qui impose d’être détenteur d’un casier vierge pour être représentant du peuple !

Marlène nous explique aussi qu’il faut passer par les émissions d’Hanouna pour que la politique soit efficace, il fallait oser ! Le travail d’un secrétaire d’État s’apparente aujourd’hui à une médiocre prestation de télé réalité, vulgaire et grossière puisque c’est la vision que ces gens ont du peuple !

C’est sûrement sur son initiative que Cyril Hanouna a donc interviewé Jean-Marie Lepen pour le faire passer pour un personnage somme toute avenant, drôle et sympathique !
Après Marine et ses chats, c’est Jean-Marie le bout-en-train, le château de Montretout, c’est Eurodisney et ils nous prennent pour les sept nains qui vont à la mine et qui bavent devant blanche Marine et Papy Lepen !

Le roi de la Gégène et du calembour antisémite obtient la caution de la macronie grâce au chroniqueur sépharade le mieux payé du PAF.
Ils se retrouvent entre homophobes pour nous vendre une nouvelle soupe produite spécialement à l’occasion des européennes, la soupe Macron au parfum du Rassemblement National avec un zeste de populisme !

Pendant ce temps, Macron enflamme encore une fois l’opinion avec un nouveau mensonge sur l’agression de Geneviève Legay, qui est bien le fruit de violence policière.
Quand la sagesse de la macronie est incarnée par Alain Juppé, on comprend que cette militante pour la paix soit taxée de gauchistes séditieuse, sûrement plus dangereuse que le clan des Le pen, nouvellement convertis à l’Union européenne !

Ismaël Emélien, ancien conseiller de Manu, bafouille et se fait cramer avec la diffusion de la vidéo bidon dans l’affaire Benalla, Benjamin Griveaux quitte le gouvernement pour aller à Paris, (gageons qu’il va nous proposer une formule de « Fenlib » révolutionnaire pour concurrencer le vélib), la semaine est chargée d’évènements politiques à la hauteur de ce gouvernement !

Enfin, la liste des candidats de LREM, présentée dans une salle vide fait rire toute la France par son amateurisme et ses couacs à répétition. Madame Loiseau, tête de liste, ce ne pouvait être qu’un mauvais augure et les Romains ne s’y seraient pas trompés en lui fouillant les entrailles !
Cette liste fourre-tout qui rassemble entre autres, des faux écolos opportunistes, des agriculteurs amnésiques et des journalistes qui assument enfin leur parti-pris idéologique, est à l’image de ce banc qui s’écroule en pleine conférence de presse !

Si ces pitres sont l’avenir, alors je reste plus que jamais attaché au passé et à l’histoire !
Ce n’est pas sérieux, ce n’est pas honnête et ce n’est pas acceptable !

Jetez-les tous aux lions, c’est ce qu’ils méritent !

Bon ce n’est pas tout mais c’est samedi, jour de gladiateurs et aujourd’hui c’est à Bordeaux que le cirque Maximus bat son plein,

A bientôt,

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada