Les masques tombent mais ne sont toujours pas livrés !

Financement des services publics : À vot’ bon cœur messieurs, dames !

Le confinement a tout de même l’avantage de nous réunir sur la toile (faute de pouvoir refaire le monde devant un bon vin) et de nous donner le temps de réfléchir tous ensemble à notre avenir qui s’annonce précaire.

Les réseaux sociaux sont en ébullition, l’information n’a jamais autant circulé et les fake news et complots foisonnent autant sur la toile que sur CNEWS ou BFM, c’est dire !

Ruth Elkrief a osé affirmer que les Français applaudissaient la police à 20 heures (non, ce n’est pas une fake news), il parait que la cote de popularité de Philippe et Macron est en hausse (je suis en revanche plus que sceptique sur cette information) et bien sûr le Dr Raoult est un charlatan, d’ailleurs il ressemble à Buffallo Bill.

Duhamel reconverti en expert en psychiatrie, Goupil qui nous parle de « grippette », et Cohn Bendit , le fameux pédiatre des années 70 hurlent leur soutien à Macron en insultant un des scientifiques les plus renommés sur la planète.

 Mais les faits sont têtus : Nous ne sommes pas dépistés, les lits manquent, nos soignants meurent faute de protection basiques, blouses, charlottes, masques etc. Les mensonges d’États sont mis à nus, les morts augmentent tous les jours, victimes d’un gouvernement qui n’est à la hauteur de la situation.

Les chiffres officiels des décès ne sont ni fiables ni honnêtes (les décès en Ehpads, entre autres, ne sont pas dépistés et donc comptabilisés comme tels).

Pendant ce temps, nous comptons nos morts par milliers, nous assistons sur nos écrans à l’impéritie d’un gouvernement qui tue les vieux et les personnes fragiles, plus occupé à démanteler les services publics et le droit du travail, et à préparer l’avenir économique des puissants. Rappelez-vous, nous ne sommes rien.

Le capitaliste sauvage est en marche et tente d’installer le nouvel ordre mondial dans le monde d’après. C’est la stratégie du choc, théorisée par Milton Friedman, (économiste américain) qui consiste à provoquer ou à rebondir sur une tragédie mondiale (guerre, pandémie, ouragan etc). Je vous invite à découvrir ou retrouver les travaux de  la journaliste altermondialiste Naomie Klein sur le sujet :

https://www.youtube.com/watch?v=Mm8PZFz9T-E

Ce gouvernement a-t-il été pris de vitesse par l’IHU de Marseille ? Je ne suis pas expert et je suis bien incapable de contester les critiques qui sont faites à Didier Raoult sur le processus de « randomisation » nécessaire aux essais. Mais j’observe que le traitement proposé par Didier Raoult fait l’objet de spéculations et de conflits d’intérêts divers :

BFM (Altice) et Gilead Sciences (un géant pharmaceutique) ont notamment pour actionnaires communs Capital Research Management et The Vanguard Group qui sont deux des plus gros fonds de pension au monde. Le Dr Karine Lacombe, qui envahit les écrans pour dénoncer les préconisations de traitement de Didier Raoult, a été membre de L’INSERM dirigé alors par Yves Lévy, le mari d’Agnès Buzyn, et L’INSERM est favorable à la méthode CRISPR pour élaborer un vaccin.

D’aucuns y verront une coïncidence quand la majorité des Français comprend avec stupeur que le gouvernement et les laboratoires s’évertuent à discréditer l’homme et le scientifique pour nous fourguer un traitement beaucoup plus couteux.

En attendant, tous les médecins et scientifiques étrangers dans la majorité des pays ont fait le choix du dépistage et de l’hydroxychloroquine, sont-ils tous inconscients ? Est-ce un complot international de charlatans ?

Heureusement que Pasteur n’a pas attendu le protocole de « randomisation » pour soigner les patients. Il était animé par une volonté de guérir face à l’urgence pandémique, comme tous nos soignants qui s’affrontent non seulement au virus mais aussi à l’incompétence et à l’avidité de ce gouvernement.

C’est beaucoup leur demander et le moment venu, nous aurons le devoir d’affronter cette politique criminelle à leurs côtés. Il est un temps pour les applaudissements et un autre pour l’engagement et l’action citoyenne.

J’entends aussi les uns et les autres qui s’offusquent que la CGT de la fonction publique appelle à la grève : « ce n’est pas le moment, nous avons besoin de solidarité et d’unité, comment osent-ils évoquer les 32 heures etc ».

L’unité nationale devient un concept gazeux unilatéral imposé par les bien-pensants, qui permet de museler la démocratie. Surtout pas de polémique, pas de remous, un peu d’autocensure diantre ! Bref, mourrez en silence, on verra avec les survivants !

Il faut rester confiné, mais en revanche, on peut se rendre au travail sans dépistage et sans protections ?

Le gouvernement propose au Français de crever chez eux ou à leur travail c’est au choix.

Remarquez, c’est ce que font déjà de nombreux fonctionnaires, (vous savez les fainéants) pour ramasser les poubelles, livrer les particuliers, assurer le gaz, l’électricité, les transports etc.

Pendant ce temps Macron et ses ministres portent des masques (qui ne servent à rien !), sont dépistés et traités à l’hydroxychloroquine si besoin et comble de tout, organisent un appel national aux dons pour aider les soignants.

C’est donc ça son grand plan pour la santé ? Des primes et de la charité ?

Le retour à l’ISF n’est pas envisagé, l’évasion fiscale est un autre débat et les moyens d’État se consacrent à sauver les banques et le système économique d’un pays membre de l’Europe du chacun pour soi.

Leurs mensonges et leur inaction a de quoi rendre la situation anxiogène mais elle nous permet aussi d’envisager un monde d’après, sans eux.

Certes ils se sont octroyés les pleins pouvoirs assistés par une police aux ordres (plus occupée à verbaliser qu’à défendre l’intérêt général) et ils profitent de la situation pour instaurer une dictature qu’ils renomment « état d’urgence », surfant sur la peur et la panique ambiante.

Nous sommes confinés mais si nous pouvons aller travailler, nous pourrons aussi bientôt descendre dans la rue et voter pour leur reprendre notre bien commun.

Nous avons deux virus à combattre et le plus mortel n’est pas celui qu’on croit. Le Capitalisme et l’économie de marché tuent beaucoup plus que le Coronavirus qui lui-même est le produit et la conséquence des politiques écocides néo-libérales. La nature reprend ses droits et nous devrions être attentif à son message et nous en inspirer pour changer de mode de vie.


Si l’heure est à l’état d’urgence, il doit être citoyen avant tout !

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.