citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 déc. 2019

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Voeux présidentiels: Des palettes plein les yeux!

Jupiter, la fake news!

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les palettes brûlent et consument le lien citoyen avec le pouvoir de la macronie. L’incendie politique allumé par la réforme des retraites n’a rien de commun avec les feux de la Saint-Jean, la trêve des confiseurs est carbonisée.

Les braises de la révolte civile vont rougir longtemps, le bois de la discorde est massif et …les pompiers sont grève !

Les raffineries sont bloquées, les avocats se radicalisent, l’impopularité de ce gouvernement est à son comble, on en viendrait presque à regretter Hollande ou Sarkozy !

 Non, je déconne bien sûr ! Mais c’est dire à quel point le peuple français est à bout.

 La violence animale s’est installée, elle rythme notre quotidien depuis l’étincelle jaune révolutionnaire.

On ne s’indigne plus de voir un œil crevé, une main arrachée, un jeune homme noyé suite à une charge policière, un étudiant qui s’immole en dénonçant la précarité, les blessés sont si nombreux qu’ils ne comptent plus.

La terreur, l’horreur envahissent nos quotidiens, notre intimité et attisent la colère sociale qui refuse de plier sous les coups de matraques.

Quand le frigo est vide au milieu du mois (quand t’as les moyens d’avoir un frigo bien sûr !), la matraque, la résignation et les grands débats ne nourrissent pas. Au contraire, tu n’as plus rien à perdre et tu montres les quelques dents qu’il te reste pour mordre.

 L’unité des sans dents se fait naturellement, dans un désespoir qui se transforme en fureur. C’est l’ultime rébellion contre l’injustice des tyrans. L’histoire regorge de Macrons et d’oligarchies illégitimes qui détroussent et terrorisent les peuples, et d’hommes qui finissent par les renverser.

Ils sont certes très bien équipés, gaz au cyanure,  grenades de désencerclement, protections qui feraient rougir des tortues ninjas et surtout un sentiment d’impunité qui leur permet de partir à la guerre contre les pauvres. Ils n’ont jamais été si déterminants pour le maintien du pouvoir. Jusqu’à quand ? Guerre civile, lutte armée, attentats ? Quelle sera la prochaine étape ?

Les Français ne quitteront pas la rue, ils n’ont pas le choix et même si la plèbe met toujours beaucoup de temps à se mettre en mouvement, même s’il lui en coûte des larmes et du sang, elle finit toujours par prendre le dessus. Nous sommes un peuple de barricades, nous avons aussi écrit notre histoire sur des piques et des lanternes, peut-être même que la révolution est d’abord française !

Le gilet jaune et l’insurrection s’exportent plutôt bien et les messages de solidarité affluent du monde entier. Tous observent à la loupe l’étincelle du brasier hexagonal, s’en inspirent, s’y reconnaissent ou tout simplement comprennent la misère, parce que cette misère et ses causes sont universelles. C’est bien cette universalité que nous promet la réforme à points par poing.

Vous serez tous égaux, riches en Bisphenol A, les poches vides. Vous serez tous libres sous surveillance. Vous serez tous frères de sang !

Nous ne pouvons même pas nous enfuir, nous n’en avons plus les moyens et puis où irions-nous ? Demander l’asile politique au Chili, au Venezuela peut-être ?

Mais pourquoi devrions-nous fuir de chez nous parce qu’ils nous dépouillent ?

Ce sont eux les intrus. Ils ont perdu toute légitimité politique. En deux ans, ils viennent de conclure violemment des décennies d’escroquerie citoyenne.

Jupiter est une escroquerie, il ne possède ni foudre, ni barbe, ni sagesse. Manu de son vrai nom, n’est qu’un dandy pyromane, équipé d’une allumette qui met le feu aux poudres…d’escampette ?

Je me garderai de l’écouter ce soir, cela peut attendre demain et je ne lui donnerai pas l’audience qu’il ne mérite pas. Les éditorialistes éclairés nous promettent des vœux d’apaisement du premier sociopathe de France. Vivement le 9 janvier !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org