Le score : 889 à 8

889 à 8 : c'est le score "sans appel", comme disent les chroniqueurs sportifs, du nombre de commentaires constatés au moment où j'écris ces lignes (10 heures 17 le lundi 13 janvier 2014) sur, d'une part, l'article intitulé L'appartement qui abrite les relations secrètes du président lié au grand banditisme, signé de la rédaction de Mediapart le 12 janvier 2014, et d'autre part Salariés détachés: une future loi trop timide, publié le 10 janvier 2014 par les invités de Mediapart.

Le premier examine les liens troubles qui entourent l'appartement où le président en exercice se délasse des rigueurs du pouvoir, circonstances qui donneront peut-être naissance, qui sait, à un futur "Juliegate" ; le second s'intéresse aux "pratiques illégales liées au détachement de salariés par des entreprises étrangères", pratiques de dumping social bien dans l'esprit de notre époque néo-libérale.

Les deux questions sont importantes. La première l'est-elle 111 fois plus que la seconde?

On s'interroge. Le lectorat de Mediapart est-il à ce point pipeul? Il est vrai que l'affaire présidentielle a tous les ingrédients pour plaire, tandis que la seconde rebute par son côté obscur : personne a priori, n'a la moindre idée de ce que peuvent être ces "salariés détachés". Il est vrai aussi que Mediapart est "coupable", en mettant le premier en une, et en reléguant le second tout en bas de la colonne de droite (il était un peu plus haut hier).

Je me demande s'il n'y aurait pas dans ce score étonnant un début d'explication à l'état du pays et de sa politique...



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.