Vivante pour la Saint-Valentin: «Aime-moi»

Grâce à des QR Codes collés dans plusieurs rues de France, Citoyenne Féministe souhaite récolter des témoignages pour établir un diagnostic sur la mémoire traumatique et le suicide forcé.

Communiqué de presse du Collectif « Citoyenne Féministe » du 14 Février 2019

Depuis plusieurs mois, Citoyenne Féministe travaille sur les conséquences psychiques liées aux violences conjugales.

Aime-moi à Endoume, Marseille © Citoyenne Féministe Aime-moi à Endoume, Marseille © Citoyenne Féministe

Dire qu'une femme meurt tous les deux jours des suites de violences conjugales est illusoire. Les statistiques ne prennent pas en compte celles qui se suicident, celles qui finissent sous antidépresseurs, celles qui meurent à petit feu parce qu'elles sont isolées socialement, celles qui n'ont pas accès à des soins corrects ou gratuits parce qu'elles habitent des territoires ruraux, celles qui finissent par s'effondrer faute d'avoir pu se payer des thérapies efficaces comme l'EMDR. Combien de victimes à qui l'on n'apporte aucune aide parce qu'elles n'entrent dans aucune donnée, aucune case ?


Parce que l'absence d'études et de statistiques empêche de réaliser l'ampleur de ce fléau, Citoyenne Féministe a décidé de mener sa propre enquête par le biais d'un questionnaire en ligne dédié aux victimes.

À l'occasion de la St Valentin, fête de l'amour et festival de clichés sexistes, une opération de communication de grande ampleur a été menée dans plusieurs villes en France. Des visuels où figurent des QR codes renvoyant au questionnaire, sont collés toute la semaine dans les rues de plusieurs villes et villages en France : Avignon, Bessy-sur-Cure, Flers, Lucy-sur-Cure, Marseille, Paris, Toulouse et Vermenton...

Aime moi à Marseille © Citoyenne Féministe Aime moi à Marseille © Citoyenne Féministe

Par cette action de rue, Citoyenne Féministe souhaite récolter le plus grand nombre possible de témoignages afin de pouvoir commencer à établir un vrai diagnostic. Parce qu'il est urgent que de vraies mesures soient prises pour que les victimes soient entendues et accompagnées, pour qu'elles ne soient plus seules, pour qu'elles comprennent que le problème ne vient pas d'elles, pour qu'elles cessent d'être invisibilisées.


Pour la St Valentin, ne me tue pas, AIME MOI.

Citoyenne Féministe collant des QR code des les rues de France pour la Saint-Valentin © Citoyenne Féministe Citoyenne Féministe collant des QR code des les rues de France pour la Saint-Valentin © Citoyenne Féministe

Aime moi à Lucy-sur-Cure © Citoyenne Féministe Aime moi à Lucy-sur-Cure © Citoyenne Féministe
Aime moi à Avignon © Citoyenne Féministe Aime moi à Avignon © Citoyenne Féministe
Aime moi à Toulouse © Citoyenne Féministe Aime moi à Toulouse © Citoyenne Féministe

 

Aime moi à Flers © Citoyenne Féministe Aime moi à Flers © Citoyenne Féministe

 + d'infos :

Twitter Citoyenne Féministe

- Site Citoyenne Féministe

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.