« Un peintre avait eu besoin »

Un peintre avait eu besoin de 2000 œufs pour réaliser un tableau monumental (avec la technique de la tempera) et son choix d’utiliser 2000 œufs en pleine période de restrictions (en 1941) n’avait pas été questionné par l’organisme commanditaire. Le nom du peintre et le titre de son tableau pouvaient être encore retrouvés, en faisant des recherches, mais ils étaient tombés tout doucement dans l’anonymat.

Elle pensa que cette chute de X dans le dérisoirement inconnu de tous était juste, une sorte de retour de bâton, une punition temporelle exemplaire pour un artiste aux capteurs défaits, insensible, galvanisé d’un soi épais et rustre.

Elle pensa que cette tombée dans l’anonymat était injuste et que le nom du peintre X et le titre du tableau auraient dû passer dans le langage commun comme le sont Hérode, Saint-Thomas ou Tartuffe, et être utilisés comme symboliques d’un soi galvanisé de lui-même, un soi lourdaud, épais et rustre (elle ne trouva pas d’autres mots pour dire).

Elle pensa que la tombée dans l’anonymat ou la célébrité pour faute grave n’était pas le problème, qu’il ne fallait pas toujours mettre du sens dans la reconnaissance consensuelle autour de telle ou telle figure, puisque les noms de Caligula ou de Gandhi restent l’un et l’autre dans les mémoires, également, injustement.

Elle pensa que la reconnaissance, posthume ou pas, n’avait pas grand-chose à voir avec la création. Mais que pourtant, sans elle, la création devenait une ligne, un point, une poussière. Que le connu ou l’inconnu était facteurs de nuisances matérielles et morales, facteurs à risques car, à cause du connu ou de l’inconnu, certains avaient ou pas de quoi vivre, savaient ou pas de quelle façon vivre. C’était pourtant une donnée parallèle, contextuelle et non décisive, parce que si le vivre était là, le créer pouvait s'accrocher à lui, même difficilement, même péniblement.

Elle pensa que l'anecdote du peinte X n'avait finalement que peu de choses à voir avec l'art, la peinture, la création ou la question d'une juste reconnaissance, mais qu’une sculpture monumentale représentant une montagne d’œufs (2000) aurait très fière allure. Sur le socle elle ferait fixer une plaque :

Aux crève-la-faim

- le peintre X reconnaissant -

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.