cjeanney
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mai 2016

« Elle pensait que vivre c’était avancer dans un sac »

cjeanney
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle pensait que vivre c’était avancer dans un sac. Un sac de peau, un sac d’idées, un sac de présupposés, de circonstances.

Le sac se tordait selon que dedans on se débattait ou on renonçait. Le sac se levait selon qu’on se remplissait d’espoirs. Le sac tournait sur lui-même, déployé comme une raie Manta dans les hauts fonds, nageoires ou bras ouverts comme une danseuse sur une scène déserte, testant la résistance de l’air comme une mouette s’appuie sur des bouffées de vent.

Le sac se déplaçait en rampant. Il tentait de glisser, doucement. Il s’accrochait aux aspérités internes d’idées, de présupposés, de circonstances, ce qui le ralentissait, tout comme le ralentissait la somme d’aspérités externes, le sol, là où on évoluait, les reflets de vitres et couloirs, les paysages urbains, périurbains, passerelles et glissières d’autoroute aux lignes graphiques, humides, métalliques qui retiennent dans le papier collé de leurs affiches déchirées et dans le clignotement des enseignes lumineuses, en majuscules, en sigles, les présupposés, idées et circonstances.

Les présupposés, idées et circonstances, étaient imposés par les autres et/ou subis par eux. Ce jeu de forces, force imposées, forces subies, faisait équivalence. C’était, dans l’équilibre induit par l’existence de l’autre (subissant, imposant sa force, ses forces, présupposées, idées et circonstances), avancer.

Le sac se repliait sur lui avec peine. Il se comprimait. Il s’empêchait de dire, de ressentir. Il s’empêchait de crier. Il s’empêchait d’exploser.

Le sac se déformait sous la poussée invisible d’une volonté invisible, et la forme visible était indissociable de celle du tenace, du vivant. Une arabesque, un accueil. Une assise. La forme du sac ne pouvait pas être contenue dans une figure géométrique ou assignée à résidence d’un mot. Il nous concernait toutes et tous.

Devant nous notre sac de peau, d’idées, de présupposés, de circonstances, prenait consistance.

Hors de nous, notre sac de peau, d’idées, de présupposés, de circonstances, prenait place, sur une plate-forme blanche, ronde et plate comme la terre – nous dansions toutes et tous en rond, la tête tournée vers l’extérieur, unis et immanents.

https://youtu.be/ri0nQWjYmwM © Mikael Graaberg

Tu donnes à voir le sac où nous habitons. Tu le donnes, en tant qu’artiste, tu le vides de ton corps pour que nous puissions y mettre le nôtre, et tu nous laisses la place, ta place humaine de sac de peau, ta place d’artiste. Tu transgresses les diktats établis. Tu ne dis pas « nous sommes tous des artistes », ce qui ne ferait qu’élargir ou inverser la donne admise. Tu dis « celle ou celui qui entre dans le sac sera artiste », « sera un », « sera qui », avec toute la mesure du qui, humain, sac de peau et artiste à la fois, pour un temps, pour un instant seulement ; la vie qui nous occupe n’est là qu’un temps, instant, temps de passage, à l’intérieur du sac de peau, un temps sur la plate-forme à être, artiste/humain.

À l’intérieur du sac opaque on peut voir l’extérieur, mais seulement l’extérieur (les silhouettes des autres et les présupposés qu’on leur applique, jeune, vieux, cool, respectable, couleur de peau et signes religieux affichés), rien que l’extérieur des autres, rien que ce qu’ils sont en regard des circonstances, ce qu’ils laissent paraître, ce qui dépasse. On croit tout voir, on ne voit presque rien.

À l’intérieur du sac opaque on ne peut pas te voir, on ne peut pas nous voir, les signes extérieurs (jeune, vieux, cool, respectable, couleur de peau et signes religieux affichés) sont anesthésiés, désinfectés, annihilés et anoblis, tous potentiellement acceptables, tous possibles dans un échantillonnage extraordinairement large, enrichis des milliards de qui que nous sommes, ces qui nous font.

À l’intérieur du sac opaque on te devine ; ce que tu es n’a pour limite que la limite de notre conception, de notre imaginaire et de notre énergie curieuse.

Te deviner c’est t’étoffer, c’est t’englober et t’agrandir. C’est te prêter des architectures  complexes d’os, mâchoire, timbre de voix et tes joues, la douceur de tes tempes, ou tes yeux selon ce qu’ils traversent, qui les traversent, le calme, l’émoi ou l’inquiétude. Si nous prenons ta place, nous nous gonflons de cette multitude – ce sac n’a pas de fond, infini courant d’air. Il nous grandit ; nous grandissons de ce que nous savons, que nous avons appris et de ce que nous ne savons pas encore, tout est possible, nous pouvons tout apprendre.

À l’extérieur du sac on passe, comme dans la vie. C’est une performance banale, la vie. On passe on ne se reconnait pas, on ne s’identifie pas, on ne met pas de mots sur les formes visibles, on passe, comme dans la vie.

À l’extérieur du sac on peut choisir de s’arrêter – et c’est peut-être ta seule demande, la seule consigne incontournable. Tout le reste est offert.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Pour Matignon, le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA