clab
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2017

8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron: Une autre analyse des résultats

Pour beaucoup, l'analyse des résultats de cette élection présidentielle s'est limitée au 65% d'E. Macron Versus 35% pour M. Le Pen. Pourtant, en tenant compte de l'abstention ou en incluant aux résultats l'ensemble des personnes majeures qui vivent sur le territoire, on peut tirer biens d'autres enseignements de ce scrutin.

clab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dimanche soir, lors de l’annonce des résultats, voici ce que nous avons pu voir sur nos écrans télévisés:

Capture d'écran de la soirée électorale de France 2

Ainsi, on aurait tendance à croire que 65% des français ont voté pour Emmanuel Macron, un score non négligeable.

Sauf que c’est faux. Quand on présente les résultats comme le font la plupart des médias à 20h, on exclue environ 16 millions de personnes. Ce n’est pas négligeable dans la mesure où, pour avoir une idée de ce que cela représente, on pourrait dire que ces personnes sont deux fois plus nombreuses que celles qui ont voté E. Macron au premier tour. Mais nous y reviendrons plus tard.

Pour retrouver ces 16 millions de personnes, il faut prendre en compte toutes les possibilités qui s’offraient à une personne qui a sa carte électorale.

Contrairement à ce que sous-entend le résultat ci-dessus, les électeurs n’avaient pas deux possibilités (E. Macron ou M. Le Pen) mais 5 choix:

  • Voter E. Macron
  • Voter M. Le Pen
  • Voter blanc
  • Voter nul
  • Ne pas voter

Si l’on prend en compte ces cinq possibilités, voici les résultats de ce second tour de l’élection présidentielle:

Résultats du 2nd tour des élections présidentielles 2017 (pourcentages exprimés sur nombre d'inscrits)

On peut constater plusieurs choses.

Premièrement, on peut relativiser le score du vainqueur, E. Macron. Il est faux de penser que 65% des français ont voté pour lui dans la mesure où seuls 44% de ceux qui avaient la possibilité de voter ont fait ce choix. 

Deuxièmement, cela met en évidence qu’un quart de ceux qui pouvaient voter ont décidé de ne pas le faire. On a entendu pendant la campagne du second tour que « s’abstenir, c’est faire le jeu du FN ». Or, si l’on regarde ce graphique, on peut mettre en évidence que l’abstention a permis que M. Le Pen ne termine pas en seconde mais en troisième position de ce second tour, derrière le score de l’abstention. 

Enfin, on constate que 8% des inscrits sur les listes électorales se sont déplacés tout en ne votant pour aucun candidat. 

Cependant, ce graphique ne rend pas encore tout à fait compte du comportement électoral des français dans leur ensemble. Presque 5 millions de personnes ne sont pas visibles dans ce graphique. 

Il y a selon l’Insee 66,99 millions de personnes en France.

Si on enlève les mineurs, qui n’ont pas le droit de vote, il reste 52,16 millions de majeurs.

Mais il n’y a que 47,57 millions d’inscrits sur les listes électorales.

Si l’on soustrait le nombre d’inscrits sur les listes électorales au nombre de majeurs qui vivent en France, on obtient le chiffre de 4 596 110 personnes qui ne peuvent pas voter.

Cela peut venir de multiples raisons: situation de handicap, condamnation juridique, ou encore non-signalement d’un déménagement. Mais cela concerne aussi les étrangers, quand bien même F. Hollande avait promis de leur accorder le droit de vote comme l’ont fait d’autres pays.

Voici donc ce que donnerait un aperçu des résultats du second tour en incluant tout le monde, c’est à dire toutes les personnes majeures qui vivent en France. 

Répartition du comportement électoral au 2nd tour des élections présidentielles 2017 (pourcentages exprimés sur le nombre de personnes majeures vivant en France)

On remarque donc que si une majorité de français à voté pour E. Macron au second tour (40%), ils sont 32% à ne pas s’être déplacé dans l’isoloir. 

Si on ajoute à ces 32% les 8% de personnes qui ont voté blanc ou nul, on obtient le même pourcentage que celui des personnes qui ont voté pour E. Macron.

Si l’on regarde les données brutes, les personnes qui n’ont voté ni pour M. Le Pen ni pour E. Macron sont même plus nombreuses que celles qui effectivement ont voté pour E. Macron.

Ainsi, au soir des élections, si l’on présentait les résultats en prenant en compte toutes les personnes majeures qui vivent sur le territoire, voici l’image qui aurait pu apparaitre sur les écrans: 

 Dans ce graphique, on soustrait les scores des deux candidats au nombre de personnes majeures vivant en France selon l’Insee. 

La catégorie « ni l’un, ni l’autre » représente donc à la fois ceux qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales, ceux qui le sont mais qui ne veulent pas voter ainsi que ceux qui ont voté blanc ou nul.

 On peut donc dire que parmi les personnes majeures qui vivent en France, il y a plus de gens qui n’ont voté pour aucun candidat que de gens qui ont voté pour Macron.

Le décalage est encore plus flagrant si l’on regarde du côté du nombre de voix. 

En prenant les chiffres fournis par le Ministère de l’Intérieur (qui ne tiennent donc pas compte de ceux qui ne sont pas inscrits sur les liste électorales), on arrive à la conclusion suivante:

Lors du second tour de cette élection présidentielle, 26,8 millions de personnes n’ont pas voté pour E. Macron. 

A contrario, les personnes qui ont voté pour E. Macron dès le premier tour étaient seulement 8,6 millions.

Ce phénomène n’est pas nouveau. Dès 2007, les personnes qui votent pour N. Sarkozy au second tour sont moins nombreuses que celles qui ne votent pas pour lui au second tour.

Répartition du comportement électoral avec prise en compte de l'abstention

Dans ce graphique, la catégorie « n’ont pas voté pour ce candidat » représente le nombre d’inscrits sur les listes électorales moins le nombre d’électeurs de ce candidat. Les chiffres sont exprimés en nombre de voix.

Ainsi lors des trois dernières élections présidentielles, il y a systématiquement moins de personnes qui votent pour le vainqueur que de personnes qui refusent de voter pour lui. 

Lors des élections de N. Sarkozy et F. Hollande, ces derniers avaient tout de même réunis plus de 10 millions d’électeurs dès le premier tour, ce qui n’est pas le cas d’E. Macron cette année.

On pourrait distinguer deux groupes dans cette présidentielle:

Le premier serait le groupe des convaincus par E. Macron, ceux qui ont voté pour lui dès le premier tour.

Le second serait au contraire celui de ceux qui ne veulent pas qu’il soit élu, alors même qu’il fait face à une candidate d’extrême droite au second tour.

Pour la première fois depuis 2002, il y a trois fois plus de personnes dans le second groupe que dans le premier, trois fois plus d’électeurs qui ne veulent pas voter pour E. Macron que de personnes qui votent pour lui dès le second tour.

Ainsi, si l’on analyse les données brutes des résultats de ces élections, on peut dire que:

  • 83% des français* n’ont pas voté pour E. Macron au premier tour.
  • Au second tour, les français qui n’ont voté ni pour M. Le Pen, ni pour E. Macron sont plus nombreux que ceux qui ont voté pour E. Macron.

 (*Dans le sens de personnes majeures vivant sur le territoire)

Libre à chacun d’en conclure ce qu’il veut sur la légitimité de ce système politique censé sacraliser la majorité…

Données brutes:

Personnes vivant sur le territoire de plus de 18 ans: 52 164 698

Nombre d’inscrits au second tour: 47 568 588

Résultats 1er tour Macron: 8 656 346

Resultat 2nd tour Macron: 20 753 798

Résultats 2nd tour Le Pen: 7 678 491

Résultats 2nd tour abstention: 12 101 416

Résultats 2nd tour blanc: 3 019 724

Résultats 2nd tour nul: 1 049 532

Sources:

Résultats élections:

2017: http://elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2017/FE.html

Autres années: http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/

Population: 

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2418102

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn