clab
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2017

clab
Abonné·e de Mediapart

8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron: Une autre analyse des résultats

Pour beaucoup, l'analyse des résultats de cette élection présidentielle s'est limitée au 65% d'E. Macron Versus 35% pour M. Le Pen. Pourtant, en tenant compte de l'abstention ou en incluant aux résultats l'ensemble des personnes majeures qui vivent sur le territoire, on peut tirer biens d'autres enseignements de ce scrutin.

clab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dimanche soir, lors de l’annonce des résultats, voici ce que nous avons pu voir sur nos écrans télévisés:

Capture d'écran de la soirée électorale de France 2

Ainsi, on aurait tendance à croire que 65% des français ont voté pour Emmanuel Macron, un score non négligeable.

Sauf que c’est faux. Quand on présente les résultats comme le font la plupart des médias à 20h, on exclue environ 16 millions de personnes. Ce n’est pas négligeable dans la mesure où, pour avoir une idée de ce que cela représente, on pourrait dire que ces personnes sont deux fois plus nombreuses que celles qui ont voté E. Macron au premier tour. Mais nous y reviendrons plus tard.

Pour retrouver ces 16 millions de personnes, il faut prendre en compte toutes les possibilités qui s’offraient à une personne qui a sa carte électorale.

Contrairement à ce que sous-entend le résultat ci-dessus, les électeurs n’avaient pas deux possibilités (E. Macron ou M. Le Pen) mais 5 choix:

  • Voter E. Macron
  • Voter M. Le Pen
  • Voter blanc
  • Voter nul
  • Ne pas voter

Si l’on prend en compte ces cinq possibilités, voici les résultats de ce second tour de l’élection présidentielle:

Résultats du 2nd tour des élections présidentielles 2017 (pourcentages exprimés sur nombre d'inscrits)

On peut constater plusieurs choses.

Premièrement, on peut relativiser le score du vainqueur, E. Macron. Il est faux de penser que 65% des français ont voté pour lui dans la mesure où seuls 44% de ceux qui avaient la possibilité de voter ont fait ce choix. 

Deuxièmement, cela met en évidence qu’un quart de ceux qui pouvaient voter ont décidé de ne pas le faire. On a entendu pendant la campagne du second tour que « s’abstenir, c’est faire le jeu du FN ». Or, si l’on regarde ce graphique, on peut mettre en évidence que l’abstention a permis que M. Le Pen ne termine pas en seconde mais en troisième position de ce second tour, derrière le score de l’abstention. 

Enfin, on constate que 8% des inscrits sur les listes électorales se sont déplacés tout en ne votant pour aucun candidat. 

Cependant, ce graphique ne rend pas encore tout à fait compte du comportement électoral des français dans leur ensemble. Presque 5 millions de personnes ne sont pas visibles dans ce graphique. 

Il y a selon l’Insee 66,99 millions de personnes en France.

Si on enlève les mineurs, qui n’ont pas le droit de vote, il reste 52,16 millions de majeurs.

Mais il n’y a que 47,57 millions d’inscrits sur les listes électorales.

Si l’on soustrait le nombre d’inscrits sur les listes électorales au nombre de majeurs qui vivent en France, on obtient le chiffre de 4 596 110 personnes qui ne peuvent pas voter.

Cela peut venir de multiples raisons: situation de handicap, condamnation juridique, ou encore non-signalement d’un déménagement. Mais cela concerne aussi les étrangers, quand bien même F. Hollande avait promis de leur accorder le droit de vote comme l’ont fait d’autres pays.

Voici donc ce que donnerait un aperçu des résultats du second tour en incluant tout le monde, c’est à dire toutes les personnes majeures qui vivent en France. 

Répartition du comportement électoral au 2nd tour des élections présidentielles 2017 (pourcentages exprimés sur le nombre de personnes majeures vivant en France)

On remarque donc que si une majorité de français à voté pour E. Macron au second tour (40%), ils sont 32% à ne pas s’être déplacé dans l’isoloir. 

Si on ajoute à ces 32% les 8% de personnes qui ont voté blanc ou nul, on obtient le même pourcentage que celui des personnes qui ont voté pour E. Macron.

Si l’on regarde les données brutes, les personnes qui n’ont voté ni pour M. Le Pen ni pour E. Macron sont même plus nombreuses que celles qui effectivement ont voté pour E. Macron.

Ainsi, au soir des élections, si l’on présentait les résultats en prenant en compte toutes les personnes majeures qui vivent sur le territoire, voici l’image qui aurait pu apparaitre sur les écrans: 

 Dans ce graphique, on soustrait les scores des deux candidats au nombre de personnes majeures vivant en France selon l’Insee. 

La catégorie « ni l’un, ni l’autre » représente donc à la fois ceux qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales, ceux qui le sont mais qui ne veulent pas voter ainsi que ceux qui ont voté blanc ou nul.

 On peut donc dire que parmi les personnes majeures qui vivent en France, il y a plus de gens qui n’ont voté pour aucun candidat que de gens qui ont voté pour Macron.

Le décalage est encore plus flagrant si l’on regarde du côté du nombre de voix. 

En prenant les chiffres fournis par le Ministère de l’Intérieur (qui ne tiennent donc pas compte de ceux qui ne sont pas inscrits sur les liste électorales), on arrive à la conclusion suivante:

Lors du second tour de cette élection présidentielle, 26,8 millions de personnes n’ont pas voté pour E. Macron. 

A contrario, les personnes qui ont voté pour E. Macron dès le premier tour étaient seulement 8,6 millions.

Ce phénomène n’est pas nouveau. Dès 2007, les personnes qui votent pour N. Sarkozy au second tour sont moins nombreuses que celles qui ne votent pas pour lui au second tour.

Répartition du comportement électoral avec prise en compte de l'abstention

Dans ce graphique, la catégorie « n’ont pas voté pour ce candidat » représente le nombre d’inscrits sur les listes électorales moins le nombre d’électeurs de ce candidat. Les chiffres sont exprimés en nombre de voix.

Ainsi lors des trois dernières élections présidentielles, il y a systématiquement moins de personnes qui votent pour le vainqueur que de personnes qui refusent de voter pour lui. 

Lors des élections de N. Sarkozy et F. Hollande, ces derniers avaient tout de même réunis plus de 10 millions d’électeurs dès le premier tour, ce qui n’est pas le cas d’E. Macron cette année.

On pourrait distinguer deux groupes dans cette présidentielle:

Le premier serait le groupe des convaincus par E. Macron, ceux qui ont voté pour lui dès le premier tour.

Le second serait au contraire celui de ceux qui ne veulent pas qu’il soit élu, alors même qu’il fait face à une candidate d’extrême droite au second tour.

Pour la première fois depuis 2002, il y a trois fois plus de personnes dans le second groupe que dans le premier, trois fois plus d’électeurs qui ne veulent pas voter pour E. Macron que de personnes qui votent pour lui dès le second tour.

Ainsi, si l’on analyse les données brutes des résultats de ces élections, on peut dire que:

  • 83% des français* n’ont pas voté pour E. Macron au premier tour.
  • Au second tour, les français qui n’ont voté ni pour M. Le Pen, ni pour E. Macron sont plus nombreux que ceux qui ont voté pour E. Macron.

 (*Dans le sens de personnes majeures vivant sur le territoire)

Libre à chacun d’en conclure ce qu’il veut sur la légitimité de ce système politique censé sacraliser la majorité…

Données brutes:

Personnes vivant sur le territoire de plus de 18 ans: 52 164 698

Nombre d’inscrits au second tour: 47 568 588

Résultats 1er tour Macron: 8 656 346

Resultat 2nd tour Macron: 20 753 798

Résultats 2nd tour Le Pen: 7 678 491

Résultats 2nd tour abstention: 12 101 416

Résultats 2nd tour blanc: 3 019 724

Résultats 2nd tour nul: 1 049 532

Sources:

Résultats élections:

2017: http://elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2017/FE.html

Autres années: http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/

Population: 

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2418102

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Sud
Dans le sud du Brésil, l’agrobusiness a profité du mandat de Bolsonaro
Dans un Brésil en pleine campagne présidentielle, avant le premier tour dimanche 2 octobre, la déforestation et les conflits autour de la terre sont plus que jamais synonymes de violences pour les populations autochtones. Reportage au Mato Grosso do Sul.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Amériques
Brésil : une nouvelle ruée vers l’or ravage le territoire Yanomami
Dans l’État de Roraima, quarante ans après une première ruée vers l’or, les orpailleurs illégaux sont de retour en masse dans le territoire Yanomami, favorisés depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro. À la veille de l’élection présidentielle, les orpailleurs tentent de pousser leur avantage.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon