La folie meurtrière

Je me suis toujours posée la question: Pourquoi tant de haine? de jeune perdu qui tue au hasard d'une rue, d'une ville, d'une école. Forcené abattu ou la lutte contre la délinquance qui pour moi relève à un déséquilibre mental profond...

...provoquée par une société où l'élitisme et le réussite est au centre du discours américain représenté par évidemment par un Trump riche mais qui doit avoir son psychiatre attitré depuis sa naissance. Mais consulte-t-il? il se croit guéri de son passé Alors le psy  des USA c'est lui. 

Dans tous les cas, les tueries ne cessent de faire les gros titres à l'international. Alors décryptage de ce mal-être sociétal: Petit brief sur le portrait de psychopathes

Tueur en série Tueur en série

  1. Plus de 65% sont fascinés par le feu, les armes et la pyromanie 
  2. dès leur plus jeune age, plus de 60% sont intéressés par le voyeurisme, le fétichisme, et la pornographie sadomasochiste 
  3. plus de 70% ont étés impliqués dans des activités sadiques sur de petits animaux, dont 60% des petits animaux sont des chats,
  4. plus de la moitié ont fait au moins une tentatives de suicide 
  5. plus de la moitié possèdent un QI brillant à très brillant 
  6. dans leur enfance, plus de la moitié ont étés abusés psychologiquement, physiquement et/ou sexuellement par un membre de leur famille,
  7. plus de 60% se masturbent très tôt
  8. plus de la moitié viennent de familles ayant des antécédents psychiatriques, criminels ou alcooliques,
  9. plus de la moitié sont des mâles blanc célibataires sans emploi
  10. plus de la moitié viennent de familles religieuses et politiquement conservatives.

Alors ne banalisons pas ces actes mais faisons de la prévention sociale, et ne rejetons pas l'autre pour ses différences et trouvons de vraies solutions à ne surtout pas marginaliser l'autre. Cela peut sauver des vie @ réfléchir!

Bonne soirée sur la planète Médiapart

(Sources internet et tirées des cahiers de la psychiatrie)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.