Claire Bonnefond
Journaliste web freelance
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 août 2019

Zapata ou le professeur Tournesol

Il est autodidacte, il s'appelle Franky Zapata, Marseillais, la quarantaine éblouissante, Portrait de l'homme volant:

Claire Bonnefond
Journaliste web freelance
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Autodidacte, Marseillais ce fou de technologie a réussi ce jour l'exploit d'un long et rigoureux travail, la traversée de la Manche. Une récompense bien méritée après un échec, une carrière dés plus extraordinaire...

Franky Zapata est un pilote professionnel français de motomarines (jet ski) reconverti dans les affaires et inventeur du Flyboard. Après 2012, tous ses efforts se sont concentrés sur le développement et la fabrication du Flyboard et du Flyboard Air; il réussit l'exploit de traverser la Manche, avec escale, le 4 août 2019.

Tintin

Biographie

Franky a commencé le jet ski à l'âge de 16 ans. Il a obtenu plusieurs fois le titre de Champion du monde de F1 RUN. Après de nombreuses années dans la fabrication de jet skis, il a inventé le Flyboard

Palmarès en jet ski (source Wikipedia)

Zapata a participé et remporté de nombreux titres dans des courses de jet ski dans le monde entier

  • 1996 : champion national SKI Stock
  • 1997 : 3e aux Championnats du monde des rallyes raid Oléron RUN F1
  • 1998 : champion national au championnat d'Europe RUN F1
  • vice-champion du Monde Rallye Raid Oléron RUN F1
  • 1999 : champion d'Europe RUN F1
  • 2000 : Tour US RUN F1.
  • 2001 : King of Bercy - Paris RUN F1
  • 2003 : vice-champion d'Europe RUN F1
  • 2004 : vice-champion d'Europe RUN F1
  • 3e aux Championnats du monde des rallyes raid Oléron RUN F1
  • 2005 : champion d'Europe RUN F1
  • 2006 : champion d'Europe RUN F1
  • vice-champion du monde des rallyes raid Oléron RUN F1
  • 2007 : champion d'Europe RUN F1
  • champion du monde rallyes raid Oléron RUN F1
  • vice-champion du monde de F1 SKI World Finals
  • 2008 : champion d'Europe RUN F1
  • champion du monde RUN F1 World Finals
  • 3e champion du monde de F1 SKI World Finals
  • 2009 : vice-champion du monde F1 SKI
  • vainqueur du Cavalaire enduro Jet-Ski F1
  • 2010 : champion d'Europe RUN F1

Engins Zapata Racing

Flyboard

Fly Board Air

Démonstration du Flyboard par Zapata en 2014.

Lancé en 2011, le Flyboard est un accessoire relié à une motomarine par un tube qui lui apporte une hydro-propulsion permettant d'évoluer dans l'air au dessus d'un plan d'eau (et sous l'eau). Il peut être considéré comme une sorte de jetpack nautique. Le sport et activité qui utilise un équipement Flyboard est appelé « Flyboarding ».

Le pilote se tient debout sur une plate-forme reliée par un long tuyau souple à l'embarcation, ses pieds sont fixés par une paire de bottes à la manière des snowboards. L'eau sous pression produite par l'hydrojet de la motomarine est acheminée vers des buses à jet et fournit une poussée qui permet de monter jusqu'à quinze mètres dans les airs ou de plonger tête la première dans l'eau3.

À l'automne 2013, Franky Zapata participe à l'émission La France a un incroyable talent sur M6 avec son Flyboard4. Après avoir été qualifié par le jury lors des auditions, il est choisi par le public lors de la troisième demi-finale pour accéder à la finale. Son numéro a failli ne pas avoir lieu car son jet-ski l'a lâché et un appel a été lancé sur la page Facebook de l'émission pour en trouver un en région parisienne. Au terme de la finale, il se classe 8e sur 12 candidats.

Flyboard Air

En avril 2016, Zapata présente le Flyboard Air, un appareil propulsé par quatre micros turboréacteurs et capable d'emporter son pilote pour des vols de plusieurs minutes5,6.

Il se heurte à plusieurs reprises avec l'administration française lui interdisant les vols pour mettre au point son véhicule, finalement en 2017 il pourra reprendre les vols 7.

Le 14 juillet 2019, Franky Zapata fait une démonstration de sa machine devant la tribune officielle durant le défilé de la fête nationale française8 et, le soir-même, sur le Vieux-Port de Marseille avant le feu d'artifice.

Tentative de traversée de la Manche

Le 25 juillet 2019, Franky Zapata tente de traverser la Manche sur son Flyboard Air, en écho à l'anniversaire de la première traversée de cette même zone en engin volant par le français Louis Blériot, effectuée cent-dix ans auparavant. À cause du volume de carburant nécessaire pour effectuer cette traversée, le projet prévoit une escale de ravitaillement à mi-chemin sur une plateforme située en mer disposée sur un bateau ; alors que Franky Zapata avait conçu un système permettant de se ravitailler en se maintenant en stationnaire à 3 mètres au-dessus de la plateforme, donc sans se poser, pour des raisons de sécurité la préfecture maritime imposera que le pilote se pose sur la plateforme, puis autorisera finalement un ravitaillement en plein vol, le mardi 23 juillet 2019, soit 48h avant le départ. Trop tard cependant pour réorganiser la traversée. Le ravitaillement en se posant sur un bateau est donc l'option choisie. Au cours de la tentative - dont la première partie sur environ 18 kilomètres ne rencontre aucun souci particulier - Zapata tente de se poser sur cette plateforme de mi-parcours, mais à cause d'un mouvement à la surface des eaux trop important, celle-ci heurte au dernier moment le Flyboard entraînant la chute de son inventeur dans l'eau, sans heureusement de conséquences graves pour celui-ci9
Lors de la conférence de presse qui se tient le même jour, F. Zapata revient sur ces éléments et exprime sa déception face à cette tentative avortée en indiquant qu'elle constitue tout de même déjà un record puisqu'il précise avoir en fait parcouru avec sa machine la distance de 20,2 kilomètres10 du décollage jusqu'à la plateforme de ravitaillement, valeur jamais atteinte précédemment ; estimant aussi pouvoir retenter cette traversée prochainement11
Cette nouvelle tentative est finalement effectuée le dimanche 4 août 2019 vers 8h15 du matin, toujours au départ de Sangatte . Après l'escale de ravitaillement qui cette fois-ci se déroule sans problème particulier, F. Zapata atterrit vers 8h40 à St Margaret's Bay au Royaume-Uni, réussissant ainsi pour la première fois la traversée de la Manche avec la machine de son invention12.

Ce doux rêveur travaille sur la voiture du futur, "retour vers le futur" et de voler sur les nuages. Mélange d'Iron Man et du Professeur Tournesol sacre bleu! Représente ma région et une jeunesse, plein d'entrain et d'idée... On lui souhaite bon vent et surtout bonne chance dans ses futures commandes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens