Claire Bonnefond
Journaliste web freelance
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 nov. 2019

Conversation avec mon chien

Je suis tombée follement amoureuse de ton maître un soir de novembre. Il ne m’avait pas parler de toi, à aucun moment, de ton existence. Il s’installa dans ma chambre d’étudiante une journée de mars, assez pluvieuse et comme un cadeau, on alla te récupérer. Un second coup de foudre se préparait.

Claire Bonnefond
Journaliste web freelance
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le chien de mon imagination, de mon enfance si désiré apparaissait devant moi. Tu me fis d’abord un salut cordiale car  tu es une fille et une fille cela ne se rabaisse pas cela se respecte. Toi aussi tu avais un amour, fidèle à ton maître. Jalouse, j’ai du te conquérir. Ton maître me laissa te nourrir jour après jour cela calmait tes crises lorsque l’on te laissait seule à la maison.

Tu me faisais des bêtises, il ne fallait rien laisser sur la table ni pain, ni gâteau. Tu étais cependant très bien éduquer mais mon rôle était de parfaire ton éducation.

Je parlais, tu gesticulais, nous parlions, tu aboyais mais de quoi. Je vais vous raconter notre histoire.

Depuis 2015, nous partagions tout avec Gullie et oui, elle a un prénom, des envies, des besoins et elle sait se faire comprendre.

Sereine, elle se sent à mon sens aimée et écoutée. Chaque être à droit au bonheur et au respect. Je regrette qu’elle ne soit pas éternelle et que sa vie sera courte mais dans tous les cas.

Nos conversations sont sans équivoques nous nous sommes apprivoisées l’une et l’autre et aujourd’hui, nous appartenons à la même famille. Nous sommes sa meute. Elle nous protège comme nous la protégeons. C’est un être de douceur qui est entré dans ma maison….

La vie à la maison

Gull a tout comme vous et nous des besoins. Le matin on se dit bonjour, elle saute dans mes bras et me câline. C’est un moment de douceur, pour se lever du bon pied d’autant que son maître est aussi très câlin. J’émerge donc de la torpeur de la nuit dans la douceur de leur amour. Mais chose moins agréable, lorsque l’on a pas de jardin c’est la sortie pour quelle fasse ses besoins, l’hiver. Il faut donc se motiver. Bref, cela rend dynamique de bon matin. Une bonne excuse d’acheter pain et croissant pour un petit déjeuner en famille.

Elle adore l’odeur du pain grillé. Ses sens et son nez sont toujours en éveil. Je suis sure que tout comme moi c’est sa madeleine de Proust. Elle ne parle pas mais elle sent et remue la queue ou aboie. C’est leur manière bien à eux les chiens de faire la conversation.

Curieuse et gourmande, le sol de la salle a manger est inspecter dès le matin. Elle mange les miettes et quémande une tartine. Je lui explique que pour son poids ce n’est pas raisonnable. Elle s’immobilise et semble m’écouter attentivement. En bonne professeur et pédagogue, je m’exprime avec des gestes qui la stabilise.

Il lui manque vraiment la parole mais dans un sens son regard veut tout dire. Elle fait tour à tour l’amoureuse, l’impatiente, la joueuse bref, la journée on parle.

Lorsque je pars au travail, elle saute dans mes bras et m’embrasse tendrement. Elle, ils vont me manquer mais que faire. Je rentre vers les 17h et c’est sa balade du soir. Lorsque je rentre, elle fait son quart d’heure de folie, fait des ronds, tire mon jean ou ma robe. Va voir son maître et puis moi, elle cherche câlin mais surtout elle a une envie pressente. Un jardin maîtresse, ce serait mieux ! se dit elle !

Que faire pour le mois…mais OUI, je l’a lui rendrais un jour avec un jardin. La liberté c’est ce qui lui manque le plus !

Dés que j’arrive, je lui raconte mes exploits du jour et la câline. Elle me détend de mes angoisses et des mes longues réunions de travail. Elle semble me comprendre et se montre toujours à l’écoute. Gullie est une petite beagle de maintenant 7 ans.

Les chiens n’ont pas de notion de temps. Elle se sent vite donc abandonnée et fait comme les enfants des bêtises pour attirer notre attention un maximum.

Ses passe-temps préférés

Moment de paix pour ma chienne, la sieste souvent repue elle s’allonge au grée de ses envies mais non-loin de nous dans son panier, le canapé ou son petit lit ou le balcon. Chez nous elle a le choix et elle ne s’en prive pas.

Elle se love souvent à côté de son maître ou moi en boule. Elle aime bien se coller à nous. Toujours à la recherche de recréer sa meute, le contact de peau à peau elle adore.

Les longues balades. Randonneurs pour sa plus grande joie. Elle court, balade, vis à notre rythme sur les sentiers de Provence. Marquant son territoire et découvrant aussi les multitudes odeurs de nos forêts. A la suite de cela, le dodo se fait sentir. Elle ne nous embête plus et ne demande même plus de câlin. Morphée la capture rapidement, jusqu’au petit matin.

Ses fugues, ses bêtises mes peurs

Gullie s’échappe souvent pour découvrir le monde et me fait de belles frayeurs. J’ai eu très peur un jour, où dans ma résidence elle se trouva au dernier étage. Cyril mon mari a plus l’habitude et de self-contrôle. Moi j’étais en pleur et l’appelais désespérément. Attachée à elle, je la tiens malheureusement en laisse pour ne pas qu’elle s’échappe.

Elle fit aussi une grande peur à mon compagnon. Souhaitant la balader sans laisse, elle a faillit mourir écraser par une voiture. Elle n’a pas peur ni de la route, ni des voitures. C’est de vrai danger pour elle et pour tout animal. Elle peut traverser la route pour aller voir un collègue et c’est le drame. Cyril en était tout retourné.

Elle aime aussi manger dans les poubelles. Très carnivore, Gullie en grande chasseuse, chasse dans toutes les poubelles et surtout chez nous. J’avais laisser la queue d’un bout de saucisson que bien évidemment, elle mangea dans la poubelle. Résultat, elle rentra à la clinique rapidement. Le véto a du la faire vomir. Quelle soirée !

Nos discussions

Tout en la câlinant, je lui parle du temps, de notre organisation. Je lui confie aussi mes petits chagrins. J’espère qu’elle protégera mes enfants lorsqu’ils seront au parc. En fonction des gens qu’elle rencontre, elle est soit sur la défensive. Ce qui reste rare mais son instinct ne lui joue pas de tour. Je lui fais de long discours sur mes tracas du quotidien et de mon travail.

Cyril aussi lui parle et la réprimande sur son comportement. Il éclate de rire ! Comme si elle comprenait. Dans tous les cas, elle comprend l’ordre, l’organisation et les tempos de la journée. Une vrai horloge mécanique.

Son vocabulaire

Assis, couché, debout, manger, promener, viens, stop…elle comprends de plus en plus de chose et sait se tenir dans les hôtels ou avec nos invités. Chouchoutée de câlins elle reste à nos pieds calme sauf quand elle voit un chien et surtout un chat car elle a grandit avec un chat.

 Alors aucun temps de chien, avec un tel animal...!!!!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu