Les affamés

Nous sommes tous quelque part des affamés. Moi la première! précarité, chômage, violence. Les jeunes mais pas qu'eux sont exploités et à tous les niveaux. L’expérience et les diplômes n'y changent absolument rien alors que faire. Une révolution! Dans tous les cas, à mon sens, il faut déjà faire sa propre révolution.

Le film "les affamés" http://filmcomplet.la/25124-les-affames.html résume bien notre mal-être sociétal. Les jeunes sont déjà épuisés de ne rien faire, surtout de ne pas se sentir écoutés et valorisés à chaque instant de leur parcours parfois chaotique (violences sexuelles, parentales, pécuniaires ou d'ordre psychologiques) tous y passent et la sauce n'est pas ragoûtante...T'es jeune, faut faire preuve de patience...t'auras ta chance MAIS QUAND? Beaucoup se l'a pose.

Notre réalité est bien pire qu'il y a 20 ans...de jeunes médecins font des BDA (bouffées délirantes aiguës) et se suicident en sautant du haut de leur hôpital: la presse titre "l'élite des médecins à bout". Julien, futur prodige en chirurgie et sportif de haut niveau s'est suicidé au bout d'une longue garde qui ne s'est plus arrêtée sauf par son décès..La honte pour notre société qui nous prend pour des chevaux de traits. De longues études, et des stages a répétition. Les jeunes en ont mare mais espèrent du renouveau! 

Alors au lieu de tout casser car nous sommes bien plus intelligents que cela, on crée des starts-up innovantes, on solidarise la société, on communique et nous créons l'internet à notre image. Moi je pense que nous sommes sur la bonne voie sauf hic, nos égos démesurés face à l'autre pour l'écraser car nos parents nous ont élevé comme cela. Travailler ensemble est devenu compliqué. Divisés pour mieux régner les soixant'huitards ont bien travaillé et ne vont pas subir ce qu'ils ont fait à leurs parents mais un jour viendra....

 

En cours de relecture...fait chaud à Avignon! En attendant "Peace and Love"

Peace and love © chiara picassa Peace and love © chiara picassa

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.