Le festival d'Avignon, Opposition encore et toujours

Notre société aime particulièrement toutes oppositions qu'elles soient sociales, politiques, culturelles, et j'en passe. Et le festival en est la preuve vivante le festival des riches souvent obligés d'être bobo et intellectuels appelé le "IN" et le "Off' pour nous la populace pour nous élever un peu dans ce monde bien souvent casté. Mais est ce que le "In" est si "In" que cela? Boff...

En bon petit soldat de la PQR, nous nous devions en tant que membre d'un journal beaucoup plus lisse et politiquement correct par rapport à Médiapart, de vivre et d'assister à ce festival et plus particulièrement en son poumon le "In" alors, je passais du temps ou je le perdais plutôt, invitée au In. Au programme, conf, déjeuné et petit four pour une élite qui se la raconte au sens propre comme au figuré.

En règle générale, nous reprenions mots pour mots les books de presse des organisateurs et les mots ne manquaient pas "sens onirique et philosophique", peuple chimérique...je vous le dis d'emblée faire du Godard au théâtre cela ne passe pas, voire pas du tout! Beaucoup trop capillotracté pour moi.

Et un jour, les chants du Off m'ont attirée jusqu'à eux et la découverte fut un bonheur réel, de l'humour et des classiques du théâtre. De vrais moment de partage entre amies ou en famille! Des soirées garanties à condition de lire le programme, de faire le tri. Après le feeling fera peut-être le reste dans tous les cas, d'année en année vous aborderez le théâtre avec beaucoup d'élégance, je vous le souhaite..le tout s'est de s'y intéresser et de revoir, bien sûr, ses classiques du collèges..Avis aux mateurs!!

Sans transition...

Dans les méandres du festival, dédales de délices théâtrales..je vous parle aujourd'hui, d'une pièce habituée d'Avignon "Ma patronne est un fumier" dans mes déambulations quotidiennes cela faisait 2 ans que je souhaitais voir cette pièce en vain, le hasard a fait son oeuvre et le spectacle était au rendez-vous avec impros, mimiques incroyables, humour et jeu des clichés qui nous ravissent après un bon repas à la cours d'honneur, s'il vous plait, on se fait plaisir à l'âme et au corps sans forcément se ruiner...Une bouffée d'air dans ce monde qui divise.

Pour ma part, je ré-intitule mon festival en The International's Avignon festival..Un peu de modernité ne nous tuera pas bien au contraire, et

Du théâtre Du théâtre
nous fera peut-être, cette fois, avancer.

Théâtralement vôtre (Je repars au théâtre, je reviens pour la correction)  BIZ

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.