Claire Bonnefond
Journaliste web freelance
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2019

Formation bureautique

1. En formation d'adulte, la règle n° 1 pour écrire: c'est de taper au kilomètre s'en suis une mis en forme et une correction orthographique Conversation avec mon chien

Claire Bonnefond
Journaliste web freelance
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Je suis tombée follement amoureuse de ton maître un soir de novembre. Il ne m’avait pas parler de
toi, à aucun moment, de ton existance. Il s’installa dans ma chambre d’étudiante une journée de mars,
assez pluvieuse et comme un cadeau, on alla te récupèré. Un second coup de foudre se préparait.
Le chien de mon imagination, de mon enfance si désiré apparaissait devant moi. Tu me fis d’abord un
salut cordiale car tu es une fille et une fille cela ne se rabaisse pas cela se respect. Toi aussi tu avais un
amour, fidèle à ton maitre. Jalouse, j’ai du te conquérir. Ton maitre me laissa te nourrir jour après jour
cela calmait tes crises lorsque l’on te laissait seule à la maison.
Tu me faisait des betises, il ne fallait rien laisser sur la table ni pain, ni gateau. Tu étais cependant très
bien éduquer mais mon rôle était de parfaire ton éducation.
Je parlais, tu gesticulais, nous parlions, tu aboiait mais de quoi. Je vais vous raconter notre histoire.
Depuis 2015, nous partagenons tout avec Gullie et oui, elle a un prénom, des envies, des besoins et
elle sait faire comprendre.
Sereine, elle se sent à mon sens aimé et écouté. Chaque être à droit au bonheur et au respect. Je
regréte qu’elle ne soit pas éternel et que ça vie sera courte mais dans tous les cas.
Nos conversations sont sans équivoque nous nous sommes apprivoisé l’une et l’autre et aujourd’hui,
nous appartenons à la même famille. Nous sommes sa meute. Elle nous protège comme nous la
protègeons. C’est un être de douceur qui est entré dans ma maison….
La vie à la maison
Gull a tout comme vous et nous des besoins. Le matin on se dit bonjour, elle saute dans mes bras et
me caline. C’est un moment de douceur, pour se lever du bon pied d’autant que son maitre est aussi
très calin. J’émerge donc de la torpeur de la nuit dans la douceur de leur amour. Mais chose moins
agréable, lorsque l’on a pas de jardin c’est la sortie pour quelle fasse ses besoins, l’hiver. Il faut donc
se motiver. Bref, cela rend dynamique de bon matin. Une bonne escuse d’acheter pain et croissant
pour un petit déjeuner en famille.
Elle adore l’odeur du pain grillé. Ses sens et son nez sont toujours en éveil. Je suis sur que tout comme
moi c’est sa madeleine de proust. Elle ne parle pas mais elle sent et remu la queue ou aboie. C’est sa
manière bien a eux les chiens de faire la conversation.
Curieuse et gourmande, le sol de la salle a manger est inspecter des le matins. Elle mange les miettes
et quémande une tartine. Je lui explique que pour son poid ce n’est pas raisonnable. Elle s’immobilise
et semble m’écouter attentivement. En bonne professeur et pédagogue, je m’exprime avec des gestes
qui l’a stabilise.
Il lui manque vraiment la parole mais dans un sens son regard veut tout dire. Elle fait tour à tour
l’amoureuse, l’impatiente, la joueuse bref, la journée on parle.
Lorsque je pars au travail, elle saute dans mes bras et m’embrasse tendrement. Elle, ils vont me
manquer mais que faire. Je rentre vers les 17h et c’est sa balade du soir. Lorsque je rentre, elle fait son
quart d’heure de folie, fait des rond, tire mon jean ou ma robe. Va voir son maitre et puis moi, elle
cherche calin mais surtout elle a une envie présente. Un jardin maitresse, ce serait mieux ! se dit elle !
Que faire pour le mois…mais OUI, je l’a rendrais un jour avec un jardin. La liberté c’est ce qui lui manque
le plus !
Dés que j’arrive, je lui raconte mes exploits du jour et la caline. Elle me détend de mes angoisses et des
mes longues réunions de travail. Elle semble me comprendre et se montre toujours à l’écoute. Gullie
est une petite beagle de maintenant 7 ans.
Les chiens n’ont pas de notion de temps. Elle se sent vite donc abandonné et fais comme les enfants
des bêtises pour attirer notre attention un maximum

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées