Claire Bonnefond
Journaliste web freelance
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Lien 26 mai 2020

Prudence84 @ tous

Communiqué de presse du 25/05/2020 de la direction générale de la santé

Claire Bonnefond
Journaliste web freelance
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/dgsurgent/inter/detailsMessageBuilder.do?id=30500&cmd=visualiserMessage

Communiqué de presse du 25 mai 2020

Alors que le virus circule toujours activement sur le territoire national, plus que jamais, tous ensemble, ne relâchons pas nos efforts et empêchons efficacement sa diffusion ! Nos comportements conditionnent la vitesse épidémique et constituent une barrière face à la propagation virale. Respectons collectivement toutes les mesures barrière et le parcours vers le test de la personne symptomatique afin de briser efficacement les chaînes de contamination.
C’est en adoptant collectivement l’ensemble des gestes de prévention et de bon sens qui entravent la propagation du virus que nous combattrons avec succès l’épidémie qui touche notre pays.

Parce qu’elles risquent de développer une forme sévère de la maladie, les personnes ayant plus de 65 ans ou atteintes d’une pathologie chronique (maladie cardiovasculaire, diabète, obésité, pathologie respiratoire, cancer évolutif sous traitement, hémopathie, insuffisance rénale sévère…), présentant une immunodépression ou les femmes enceintes, au cours du troisième trimestre de grossesse, doivent faire preuve d’une grande vigilance, se protéger en permanence et éviter tous les déplacements et contacts non nécessaires.


Les signes les plus classiques de la maladie sont la fièvre et la toux. Il est également possible de développer une diarrhée, un mal de tête, la perte de goût ou de l’odorat, des courbatures inhabituelles et des engelures au niveau des doigts. Aucune de ces situations ne doit être négligée. Si vous êtes victime de ces symptômes, même bénins, consultez immédiatement un médecin pour vous faire prescrire un test virologique RT-PCR et portez un masque en permanence. Pour identifier rapidement le centre de prélèvement le plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site Santé.frUne carte y indique tous les lieux de prélèvement proposés sur le territoire, ainsi que les horaires et les coordonnées du laboratoire. Le test doit impérativement être pratiqué dans les 24 heures après la prescription médicale et le résultat rendu sous 24 heures. Dans l’attente du résultat, restez confiné, pour éviter de contaminer votre entourage.

188 pays sont touchés par la pandémie de COVID-19. 5,4 millions de personnes ont été atteintes, 345 467 personnes en sont décédées, mais 2, 18 millions de personnes en ont guéri. L’Europe reste fortement impactée avec 1,9 million de cas et 172 757 décès.

En France, hier, SOS médecins a réalisé 312 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 4% de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 350 passages pour ce même motif, soit 1% de l’activité totale. La surveillance des syndromes inflammatoires multi-systémiques pédiatriques recense 169 signalements depuis le 1er mars, dont 101 cas (60%) ont un lien confirmé ou probable avec la maladie COVID-19.

16 798 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 (vs 19 015 il y a une semaine le 18/05) et 342 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures (vs 375 il y a une semaine). 1 609 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont hospitalisés en réanimation (vs 1 998 il y a une semaine). 45 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation (vs 38 il y a une semaine). Le solde reste négatif en réanimation, avec 46 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier, mais le nombre total de malades en réanimation toutes causes confondues reste élevé à 5 600. 4 régions (Ile de France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 72% des patients hospitalisés en réanimation. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 112 hospitalisations, dont 16 en réanimation.

Depuis le début de l’épidémie, 100 615 personnes ont été hospitalisées, dont 17 770 en réanimation65 199 personnes sont rentrées à domicile. S’agissant de la mortalité, les données de Santé publique France ne seront disponibles que demain mardi 26 mai.

Toutes les informations utiles sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/

Numéro d'information national offrant notamment un service de soutien psychologique gratuit : 0 800 130 000

Contact presse :  presse-dgs@sante.gouv.fr – 01 40 56 84 00

Les ministères sociaux agissent pour un développement durable.

Préservons l'environnement : n'imprimons que si nécessaire !


[Message tronqué]  Afficher l'intégralité du message

2 pièces jointes

RépondreTransférer

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse