Allocution du Chef de l'Etat

Réaction de Julien Aubert, député Les Républicains du Vaucluse :



"Le président a été très pédagogue (…) en expliquant son cheminement intellectuel. Je suis resté sceptique sur la question des lits, où il parle de doublement alors qu’on est à peine à + 20 %, et son argument sur les aînés, qui sont isolés quel que soit le confinement."

"Macron a rendu un arbitrage de Salomon, mais ne pas choisir c’est laisser le Covid trancher dans quinze jours pour nous. Si sa potion est trop faible, il sera obligé de reconfiner dans l’urgence et le choc économique sera terrible car il achoppera sur Noël. Au plan des libertés publiques, un mois d’existence sans vie, sans plaisir, sans famille, et qui se limite à être une petite fourmi au service de la fourmilière me laisse un goût amer."

Ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron :

  • Confinement sur tout le territoire national à partir de vendredi et au minimum jusqu'au 1er décembre.
  • Il faudra se munir d'une attestation pour sortir de chez soi.
  • Le travail "pourra continuer" mais avec un "télétravail à nouveau généralisé".
  • Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées demeureront ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés. Mais les cours se dérouleront à distance à l'université
  • "Un plan spécial" pour les indépendants, les commerçants, les TPE et PME.
  • Réévaluation du dispositif, notamment pour les commerces, "tous les quinze jours".
  • Les visites en maisons de retraites et Ehpad "autorisées". 
  • La capacité des hôpitaux sera portée à 10 000 lits de réanimation.
  • Les cimetières "demeureront ouverts".
  • Des "tests rapides obligatoires" seront déployés "pour toutes les arrivées" dans "les ports, les aéroports", et "pour les déplacements internationaux".
  • Macron garde "l'espoir de célébrer en famille Noël et les fêtes de fin d'année".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.