40 years old... and now what?

J'ai 40 ans et je t'emmerde. Chroniques d'une femme de 40 ans dans un univers impitoyable

En 2018, j’ai eu 40 ans. Je suis née en novembre et j’avoue que je n’ai pas eu trop des neufs premiers mois de l’année pour m’habituer à ce nouvel âge, que je ne trouvais pas franchement sexy. J’ai changé d’avis depuis, heureusement. Quelle idée. Pas sexy.

Cependant deux ans auparavant, j’avais quitté mon mec et l’idée d’aborder la quarantaine seule, sans le confort d’un couple, ni la validation sociale d’un enfant, ne me réjouissait guère. Une femme de 40 ans sans enfant et célibataire donc. Cela allait susciter des questions.

Mais, je n’allais tout de même pas rester dans une relation qui ne me satisfaisait pas ou faire un gosse, pour échapper à la catégorie des vieilles filles….. D’autant que la maternité m’a toujours semblé relever vaguement de l’escroquerie. Enfin, ça c’est une autre histoire.

 

Tant pis, donc. Pas de mec, pas d’enfant. Quarante ans. Et toujours une envie furieuse de m’amuser. J’adore tellement sortir. Pourtant on est censé mûrir, trouver tout cela vain, à cet âge. Avoir mal au crâne à la simple idée d’enfiler un escarpin. Et préférer le confort des Crocs. Que sais-je. Pourtant l’idée d’aller en boîte me paraît tellement plus séduisante que de faire la lessive de la famille……

Je décidais donc de profiter. Je ne cessais de tomber sur des articles un peu déprimants. « Peut-on trouver l’amour à 40 ans », «40 ans, dernière chance pour avoir un enfant! ». «assumer la quarantaine malgré les rides »... Mais rien, fichtre, rien, sur comment continuer à rigoler quand on a 40 ans.

 

L’année 2018 fut ainsi ponctuée de mémorables (et nombreuses) soirées. Tant que je faisais encore partie des trentenaires, je pouvais bien me démener comme une diablesse sur la piste. Et ce jusqu’au dernier jour!

Un soir, je me retrouve à la table de deux jeunes femmes. On discute, on rigole, on boit. On parle de tout de rien. Au bout d’un moment l’une me demande quel âge j’ai.

« Quarante ans » lui répondis-je, me vieillissant de quelques semaines, pour tester la température, probablement. La réaction ne se fit pas attendre : écarquillant les yeux, elle ne put étouffer une exclamation de surprise (ou d’effroi, peut-être). Je ne lui pas demandé d’éclaircissement. J’ai migré un peu penaude vers une autre table.

 

Qu’elle se rassure, la donzelle. Mon âge n’est pas contagieux. En revanche, un jour aussi, elle aura quarante ans. Peut-être qu’elle se sera rangée des voitures. Peut-être qu’elle aura fait 1,93 enfants. Peut-être aussi qu’elle aura divorcé, et que le samedi, une semaine sur deux, elle sortira en boîte.

Et à la question « quel âge as-tu ?», qu’on lui posera alors, j’espère qu’elle répondra :

«J’ai 40 ans et je t’emmerde.»

 

https://www.jai40ansetjetemmerde.com/jai40ansetjetemmerde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.