Décadence

Tête baissée, yeux rivés, monde à la dérive. Une décadence d'un système rance, fini d'avance.


La réforme d'un mode de pensée, sclérosé, qui nous empêche de regarder. On vit dans des bulles, autour, des barrières, barbelés. Des bulles cérébrales, des cellules carcérales. On est sensé refléter transparence, légalité, ouverture, liberté. Mais l'hypocrisie crise. Crise d'un modèle de pensée, plus envie d'écouter, si on ne peut plus regarder. Ce qu'on ne voit pas n'existe pas, et pourtant vit ou survit dans les bas-fonds, profonds, d'un système sans fond.

« La responsabilité du plus fort est plus forte que la responsabilité du plus faible » (Burgat), mais on continue à jeter la faute et à s'en laver les mains. Il est facile de jeter l'opprobre, lorsque l'on dérobe. Après avoir déterré les ressources, on sème les problèmes, la pauvreté comme seule récolte, phénomène irrigué par des canaux pérennes.Il est facile, ensuite, de se cacher derrière une supposée aide humanitaire.

A-t-on réellement envie de résorber toutes ces difficultés? Quand l'un perd, il y a bien un gagnant, qui est-il, sinon l'Occident ? Après l'impair, trésor au tournant. Derrière quelques bienfaisants, qui tentent, bon an, mal an, de résorber, un problème béant, il y a les intérêts des puissants.

En Syrie, 73 associations d'aide suspendent leur coopération avec les Nations Unis, suspectant une collaboration avec le gouvernement. Ce n'est qu'un pavé dans la marre qui est jeté, car l'ampleur de l'hypocrisie est générale, l'ampleur de nos responsabilités clé de voûte ou poutre principale.Les dispositions, les lois, les envois, les convois ne suffisent pas lorsque la velléité dépasse les volontés. L'on peut feindre l'action, mais réaliser, c'est vouloir et non simplement faire montre d'un éventuel bon-vouloir. Malgré nos actions sans répercutions, les paralysies pèsent bien plus qu'on ne le croit, et agissent, en contrepartie.

L'ONG Global Financial Intregity indique, dans son dernier rapport1, que les fuites financières illicites des pays en développement, entre 2004 et 2013 ont atteint les 7,8 milliards de dollars. Entre 2002 et 2006, elle montre que ces pays perdent dis fois plus d'argent que ce qu'ils reçoivent en aide internationale. Quelles raisons invoquées ? Déraison inique ? Des raisons multiples : corruption, économie souterraine mais aussi et surtout évasion fiscale. En 2009, l'ONG estime que la moitié du résultat du commerce mondial échappe à la taxation par les paradis fiscaux ! Paradis, un bel oxymore, qui cache un triste sort.

Tout doucement, en cadence, on coule vers la décadence, on se laisse aller, car plus rien ne donne sens, plus personne ne pense. Sur la lie de nos envies, gît, tout un monde flétrit. John Glubb l'a bien dit, l'Empire c'est 6 âges bien définis. Le pionner, la conquête, le commerce, l'affluence, l'intellect, la décadence. Dans l'ère du temps, chaque Empire c'est le plus souvent, 10 générations, soient 250 ans. Normalement et toujours selon lui, la décadence, dans ses formes historiques, connues, c'est la surexploitation militaire, l'ostentatoire richesse, l'inconcevable inégalité, l'obsession pour le sexe, l'économie en zizanie. Comme l'Empire de Rome et ses gladiateurs, le divertissement nous sert de cache-misère, on se sert du sport, de la téléréalité, pour nous asservir et oublier la tristréalité.

Est-on en passe de changer ? Car à cela s'ajoute l'impasse du temps, climat maté par des clivages ratés, des impossibles rivalités, des ressources en asphixie. L'environnement nous rappelle l'impossible retour. On est bien loin de la possible interprétation de l'Eternel retour de Nietzsche. Si celui-ci nous indiquait par là : « mène ta vie de sorte que tu puisses souhaiter qu'elle se répète éternellement ». Elle ne le pourrait, matériellement. Car comme il le précise « Si le devenir est un vaste cycle, tout est également précieux, éternel, nécessaire.  Précieux, nécessaire, éternel. Ou précieux, nécessaire, éphémère ?

1http://www.gfintegrity.org/report/illicit-financial-flows-from-developing-countries-2004-2013/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.