Claire Polin
Présidente de SOS Education
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 févr. 2016

Qui va remplacer Najat Vallaud-Belkacem ?

Claire Polin
Présidente de SOS Education
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque Najat Vallaud-Belkacem a été nommée au ministère de l'Éducation nationale, je me suis demandé quelle mouche avait piqué François Hollande. Certes, cette jeune femme ne manque pas de charme, et elle avait assumé le rôle difficile de porte-parole du gouvernement, mais enfin, de là à devenir le troisième ministre d'État !

Surtout qu'elle ne pouvait se prévaloir d’aucune expertise en matière d'éducation : ayant échoué deux fois au concours de l’ENA, elle était paradoxalement une des figures les moins diplômées du gouvernement, et s’était jusqu’alors plutôt illustrée dans la promotion d’initiatives symboliques que dans la gestion de dossiers complexes. Ainsi n'avait-elle mis les pieds dans une école que pour y faire la propagande de l'idéologie du genre par ses fameux "ABCD de l'égalité". Ses relais militants étaient faibles (connaît-on des Belkacemistes ?), et son ancrage territorial plus que léger (elle a été défaite lors de sa seule tentative de briguer un mandat parlementaire).
Cette nomination, au-delà de calculs politiques mesquins, ne signifiait au fond qu'une seule chose : échaudé par l'expérience de "refondation de l'école" par Vincent Peillon, le Président de la République avait renoncé à cornaquer le mammouth. Il allait laisser libre cours à l'inertie des centaines de milliers de ronds-de-cuir qui croupissent dans les bureaux de la rue de Grenelle et des rectorats.
Et quand le pire est sûr, on n'est jamais déçu.
Car Najat Vallaud-Belkacem, en bon petit soldat, s'est empressée de mettre en musique toutes les réformes désastreuses que les pédagogistes frénétiques aux manettes depuis 40 ans lui ont susurrées à l'oreille.
Suppression des notes, des internats d'excellence, des bourses au mérite, des classes européennes, des options latin-grec, interdiction du redoublement, amputation des horaires disciplinaires, baccalauréat au rabais en 5 ans et maintenant réforme-massacre de l'orthographe... elle n'a pas raté la moindre occasion de saper ce qui tenait encore un peu dans le système éducatif.
Le nivellement par le bas aura été sa constante obsession.

Dans le naufrage de l'École auquel nous assistons depuis les années 70, Najat Vallaud-Belkacem restera comme la ministre qui a sciemment sabordé tous les canots de sauvetage.
Seulement voilà : à un certain moment, même les professeurs de son bord se sont rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond. Ce fut l'épisode de la réforme du collège, que la ministre a passé en force malgré l'opposition quasi-unanime du corps enseignant.
La grogne est montée, et la défiance à l'endroit de Madame Vallaud-Belkacem atteint désormais des sommets. Dans toutes les réunions de professeurs où je passe, je n'entends qu'une exclamation : "Qu'elle s'en aille !"
D'autant que la ministre s'est honteusement écrasée, sur un plateau de télévision, face à un salafiste qui tenait des propos inadmissibles, refusant de condamner les crimes de l'État islamique et affirmant qu'il ne serrait pas la main aux femmes. Cet épisode lamentable a montré que les incantations laïcistes de Najat Vallaud-Belkacem n'avaient pas la moindre once de crédibilité.
Le Président de la République aura fort à faire s'il veut ramener les professeurs dans son bercail électoral socialiste en vue des élections de 2017. En tous cas, il va devoir s'y prendre dès maintenant.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau