Enfants précoces : les gérer à l’école comme à la maison

Fort d’une grande expérience du terrain, Jean-François Laurent, a occupé pendant plus 30 ans des nombreux postes au sein de l’Education Nationale. Professeur, formateur, chef d’établissement, il s’est spécialisé sur la question des enfants intellectuellement précoces et propose des formations et des conférences dans tous les pays francophones.

Enfants précoces : les gérer à l’école comme à la maison

Jean-François Laurent, spécialiste de la précocité intellectuelle et de la médiation scolaire

Fort d’une grande expérience du terrain, Jean-François Laurent, a occupé pendant plus 30 ans des nombreux postes au sein de l’Education Nationale. Professeur, formateur, chef d’établissement, il s’est spécialisé sur la question des enfants intellectuellement précoces et propose des formations et des conférences dans tous les pays francophones.

Jean-François Laurent travaille entre autres avec des associations de parents, des établissements scolaires, primaires, secondaires, supérieurs, des mairies et aborde la façon de gérer les enfants intellectuellement précoces. Comment gérer leurs émotions, quelles sont les pistes à explorer ?

Les enfants précoces : qui sont-ils ?

L’âge mental des enfants précoces est de 2 à 7 ans en avance sur leur âge réel. Ils représentent 2,3% de chaque classe d’âge. Les termes pour définir ces enfants, ne manquent pas : « surdoué », « à haut potentiel », « zèbre », « EIP (enfant intellectuellement précoce) »…

Mais Jean François Laurent préfère les appeler A.P.I.E pour Atypique Personne dans l’Intelligence et l’Emotion. Comme il l’expose sur son blog (jean-francois.laurent.over-blog.com) : « Terme qui recouvre ces deux aspects de la personne, qu’elle soit jeune ou plus âgée, les émotions et l’intelligence. En corollaire, le premier terme est « atypique ». Oui, ces personnes sont atypiques, différentes. Je les oppose en reprenant les termes d’Olivier Revol : Les enfants « standards ». Ils ne sont pas plus, pas moins, mais différents sur certains points et conformes sur d’autres. Pour moi, ce terme d’APIE cache également la recherche du bonheur (Happy), seule quête valable et si complexe pour ce type de personnes. »

Les garçons précoces n’ont pas les mêmes attitudes que les filles précoces :

Les garçons auront plus un humour dévastateur, ils mettent le chaos dans la classe, ils ont donc une précocité extravertie ; les filles ont une précocité plus introvertie qui se manifeste par des formes plus calmes, par exemple le fait de trop lire, de s’enfermer dans un autre monde…

Les enfants précoces ont un potentiel cognitif supérieur à la normale, ils réfléchissent beaucoup, ils sont hyper sensibles, ils ont une relation aux autres généralement compliquée, ils ont une hyperesthésie sur les cinq sens, ils ont un rapport à l’autorité et à la justice très compliqué, ils ont souvent une image dévalorisé d’eux-mêmes. Ces enfants sont souvent atteints d’eczéma. Pour les aider à bien grandir dans un milieu sans souffrance, il faut poser un cadre bienveillant.

Quelques pistes pour les aider …

Organiser des ateliers particuliers, ces enfants ont besoin d’un cadre et d’être impliqués dans des projets complexes, afin qu’ils ne s’ennuient pas ! Ils ont besoin que leur vie soit ritualisée, en famille, mais aussi en classe. Et surtout ils ont besoin de reconnaissance personnelle, il ne faut pas hésiter à les féliciter pour leurs actions. Leurs émotions sont beaucoup plus intenses que la normale, il faut donc leur donner une place importante aux émotions, ils ont besoin d’une sécurité affectiv

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.