Claire Serre-Combe
Porte-parole d'Osez le féminisme !
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2015

Non coupables !

 Maroc : 2 ans de prison. Malte : 3 ans de prison. Brésil : 4 ans de prison. Chili : 5 ans de prison. République démocratique du Congo et Indonésie : 10 ans de prison. Irlande : 14 ans de prison. Salvador : 40 ans de prison. Quel crime mérite donc des condamnations aussi lourdes ? Quel crime, dans ces pays, peut mener une femme à la case prison ? Avorter.

Claire Serre-Combe
Porte-parole d'Osez le féminisme !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

 Maroc : 2 ans de prison. Malte : 3 ans de prison. Brésil : 4 ans de prison. Chili : 5 ans de prison. République démocratique du Congo et Indonésie : 10 ans de prison. Irlande : 14 ans de prison. Salvador : 40 ans de prison. Quel crime mérite donc des condamnations aussi lourdes ? Quel crime, dans ces pays, peut mener une femme à la case prison ? Avorter.

A ces pays, il faut rajouter ceux qui restreignent le droit d’interrompre volontairement une grossesse : autorisation du géniteur, autorisation parentale pour les mineures, avortement uniquement en cas de viol, de danger pour la vie de la “mère”, de malformation du foetus, tarifs prohibitifs, mesures “désincitatives”. Derniers exemples en date : l’Espagne qui restreint l’accès à l’avortement pour les femmes mineures ; le Portugal qui a voté une loi déremboursant l’acte et soumettant la femme qui désire avorter à des entretiens préalables humiliants.

Une femme qui désire avorter est donc considérée comme une femme coupable, coupable d’avoir eu des relations sexuelles hors mariages, coupable de vouloir le contrôle sur son propre corps, coupable de vouloir échapper au pouvoir patriarcal qui s’exerce sur l’utérus des femmes.

Alors que la France a connu des avancées ces derniers mois, garantissant un peu plus le droit d’avorter, il ne faut pas oublier que seul 39% de la population mondiale vit dans des pays où l'IVG pratiqué à la demande de la femme est autorisé. En ce 28 septembre, journée mondiale pour l’accès à l’avortement sûr et légal, un chiffre fait froid dans le dos : celui du nombre de femmes qui décèdent chaque année des suites d’un avortement clandestin. 47 000. Soit une femme toutes les 9 minutes. Parmi celles qui en réchappent, beaucoup devront vivre avec des séquelles, quand ce n’est pas l’incarcération qui les attend.

Criminaliser l’avortement ne réduit pas le nombre d’avortements. Criminaliser l’avortement tue. La culpabilité incombe aux autorités qui, par idéologie, dogmatisme, conservatisme, refusent qu’elles puissent avorter dans des conditions sûres et dignes. Les femmes qui avortent sont non coupables !

Il est temps que la mobilisation des associations féministes trouve un écho institutionnel. Comment est-il possible qu’en 2015, chaque pays membre de l’Union européenne aie sa propre législation sur le sujet ? Alors que l’UE a inscrit dans la Charte des droits fondamentaux l’abolition de la peine de mort, elle fait la sourde oreille quant à l’avortement. Or, nous l’affirmons, avorter est un droit fondamental ! Garantir l’avortement à l’échelle européenne, c’est non seulement garantir l’avortement sûr pour toutes les femmes d’Europe, mais aussi lutter pour l’avortement à l’échelle mondiale. Si l’UE inscrit le droit d’avorter dans la Charte, ce qui se passe actuellement en Espagne et au Portugal ne sera plus possible. L’Irlande, Malte et la Pologne ne pourront plus jeter dans la clandestinité les femmes qui désirent avorter. Si l’UE inscrit le droit d’avorter dans la Charte, elle affirmera sa position unanime sur le sujet, et une diplomatie européenne des droits des femmes pourra exister. Les pays opposés à l’avortement savent s’organiser pour faire capoter toute timide tentative d’avancée en la matière, à l’ONU notamment. Aux progressistes de s’organiser. 

Nous voulons la liberté d’avorter pour toutes les femmes en Europe, car nous voulons la liberté d’avorter pour toutes, partout, sans condition et sans restriction. Mobilisons-nous pour faire pression sur l'UE !

Signataires 

Claire Serre-Combe, Porte-parole d'Osez le féminisme ! (France)

Betty Lachgar, co-fondatrice de M.A.L.I. Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (Maroc)

Florentina Alarcón Hita, Présidente Fundación Mujeres (Espagne)

Maria José Magalhães, Présidente de UMAR (Portugal)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
À travers le monde, des armes « made in France » répriment et tuent
À la veille de la tournée dans le Golfe du président français Emmanuel Macron, du 3 au 4 décembre, les preuves s’accumulent sans émouvoir, au sommet de l’État. Des armes « made in France » participent à la répression politique dans plusieurs pays, au meurtre de civils dans les pires conflits de la planète, au mépris des valeurs et des engagements internationaux de Paris.
par Rachida El Azzouzi
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes, qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah
Journal — Économie
Leroy Merlin, des bénéfices records et des salariés en lutte pour 80 euros
Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine