Claire Vandendriessche
Militante pour la santé trans
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2022

Combien de jeunes trans en transition médicale en France ?

Alors que l'estimation de la population transgenre a toujours été compliquée par la rareté de données et la diversité des approches méthodologiques, le recensement pour la première fois, au Canada, des personnes trans ou non-binaires, ainsi que les données de la CNAM, permettent un éclairage démographique sur la situation française.

Claire Vandendriessche
Militante pour la santé trans
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Wikimedia. Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-SA 4.0)

Il n'est qu'un pays au monde à avoir recensé les personnes trans ou non-binaires de sa population : le Canada, en 2021, et ceci offre une perspective unique pour estimer le nombre de personnes trans ou non-binaires dans les pays partageant des caractéristiques similaires, comme la France.

Des taux de prises en soins extrêmement faibles

Le nombre de personnes trans en France n'a en effet jamais pu être évalué avec précision à ce jour. A l'étranger, on disposait généralement de deux outils pour estimer cette population : 1/ la patientèle des services cliniques spécialisés dans les soins de santé trans-spécifiques et 2/ des enquêtes exploratoires sur l'identité de genre dans des populations plus générales. D'après un article, à paraître, de Condat et al., les premières offrent des estimations de 1/12000 à 1/110000 de personnes trans. Les secondes estimations fluctuent autour de 1%, avec des taux à 1,2% chez les adolescent·e·s (en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis). Une telle dispersion, d'un facteur 100 à 1000, entre les deux sources de données, est révélatrice d'un taux de médicalisation très faible dans les communautés trans : contrairement aux idées reçues, vouloir et obtenir des traitements hormonaux ou chirurgicaux est loin de concerner toutes les personnes trans. 

C'est le même constat que fait l'association de familles de jeunes trans "Grandir Trans", qui accompagne près de 1200 familles de mineur·e·s trans sur son groupe d'entraide Facebook : la plupart des adolescent·e·s trans accompagné·e·s se stabilisent avec une transition sociale seulement (changement de prénom et de genre dans le cercle familial ou le milieu scolaire) et rares sont ceux qui recherchent une transition médicale (bloqueurs de puberté, hormones, ou chirurgies).

Plus de 180.000 personnes trans ou non-binaires en France

L'institut Statistique Canada a dévoilé en avril dernier les chiffres de son recensement pour 2021. Le taux de personnes trans ou non-binaires dans la population générale y est de 0.33% pour les plus de 15 ans. L'institut note de fortes différences inter-générationnelles (les personnes trans ou non-binaires sont sur-représentées parmi les plus jeunes), et des écarts géographiques importants (les personnes trans ou non-binaires sont sur-représentées dans les grands centres urbains).

En posant comme hypothèse de travail que la France partage les mêmes caractéristiques que le Canada, en termes de possibilités déclaratives des transidentités, nous pouvons estimer à partir des données du recensement canadien les populations trans ou non-binaires en France. Pour cela, nous reproduisons les taux d'hommes transgenres, de femmes transgenres, et de personnes non-binaires, indiqués dans le Graphique 2 de la note de Statistique Canada, et l'appliquons sur la taille de la population générale par tranche d'âge en France telle que l'indique l'INSEE sur ses données de recensement de 2022 :

Sources : Statistique Canada (2021), INSEE (2022)

Malheureusement, Statistique Canada n'investigue pas la tranche d'âge des 10 à 14 ans, particulièrement concernée, dans les conversations éthiques (et les polémiques afférentes), par l'offre de bloqueurs de puberté, puisque ceux-ci peuvent se proposer dès le démarrage de la puberté. On peut toutefois tenter d'estimer la taille de cette population en reprenant le taux de personnes trans ou non-binaires dans la catégorie d'âge de 15 à 19 ans (0.73%) pour l'appliquer à la taille de la population générale en France sur la tranche d'âge 10 à 14 ans (4 269 910 personnes). La taille de la population trans ou non-binaire de 10 à 14 ans, en France, serait alors de 31 170 personnes. Si on les rajoute aux 30 788 personnes trans ou non-binaires de 15 à 19 ans, la taille de la population des jeunes trans ou non-binaires de 10 à 19 ans avoisinerait les 62.000 personnes en France.

Jeunes trans : quelle prise en charge médicale ?

Pour estimer la taille de la population de 12 à 17 ans, soit la population approximative moyenne des mineur·e·s trans pubères, éligibles à des soins de santé trans-spécifiques, nous pouvons nous référer à la pyramide des âges de 2020 de l'INSEE, et toujours au taux de 0.73% de Statistique Canada, qui nous permettent d'estimer cette population à 36 410 adolescent·e·s mineur·e·s trans ou non-binaires en France :

Sources : INSEE (2020), Statistique Canada (2021)

Ce chiffre est à mettre en perspective avec le nombre d'ALD (Affections Longues Durées) attribuées pour "transidentité" par la CNAM aux personnes trans de moins de 18 ans prises en soin, qui était de 294 en 2020 (cf. le rapport Picard-Jutant-IGAS, 2022). Ces soins concernent les bloqueurs de puberté - non pris en charge hors ALD - les hormones et/ou les chirurgies d'affirmation de genre. Ces dernières, essentiellement des torsoplasties pour des adolescents transmasculins, ont été dénombrées à 48 en 2020 pour les 17 ans et moins, d'après les données de l'ATIH, divulguées dans le même rapport.

Le taux de prise en soin pour les mineur·e·s pubères se situerait donc autour de 294 pour 36 410, soit un·e adolescent·e trans ou non-binaire pris en soins pour 124. Le taux de médicalisation est donc, pour les mineur·e·s trans, très faible, et en accord avec les constatations de l'association Grandir Trans.

Le même rapport de l'IGAS indique une couverture ALD pour les adultes se situant à 9000 personnes en 2020. Parmi elles, "70 % [6300] des bénéficiaires ont entre 18 et 35 ans", indiquant que les transitions médicales se font relativement jeunes. On peut alors estimer le taux de médicalisation des personnes trans dans la tranche d'âge des 18 à 35 ans de la même façon :

Sources : INSEE (2020), Statistique Canada (2021)

Ainsi, sur les 93 278 adultes trans ou non-binaires de 18 à 35 ans, 6 300 bénéficierait de l'ALD en 2020 et seraient donc en transition médicale cette année-là. Ceci est une estimation basse du nombre de personnes trans en transition médicale une année donnée, tant le panier de soins trans-spécifiques usuel est déjà couvert par l'Assurance Maladie, hors ALD. Mais il permet des comparaisons avec les mineur·e·s pubères : si le taux de médicalisation était d'un jeune trans pour 124 mineur·e·s une année donnée, il passe à 1 jeune adulte pour 15 ; soit un mineur médicalisé pour 8 jeunes adultes médicalisés. Ce qui laisse supposer qu'il existerait un accès au système de soins trans-spécifiques considérablement amoindri pour les mineur·e·s par rapport aux majeur·e·s, expliquant ce décalage.

On peut dès lors se poser la question de l'efficience de l'arbitrage intertemporel de la prise en charge : il ne semble pas pertinent, pour ces mineur·e·s, de devoir les faire attendre leur majorité avant de bénéficier de soins trans-spécifiques, ce qui fait actuellement débat en France. Ces soins sont pourtant d'autant plus invasifs si leur puberté insupportée leur est imposée plus longtemps. Quel raisonnement éthique permet en outre de justifier la mise en danger que cela produit, sachant les taux de tentatives de suicides déjà extrêmement élevés chez les ados trans, et connaissant les bienfaits des soins trans-spécifiques pour les jeunes qui en expriment le besoin ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis