Nous faisons partie d’une association, « Crète terre de rencontres », qui promeut la culture crétoise et qui aide à faire connaître la Crète et les crétois auprès des français. Or une autre association franco crétoise et aussi certains de nos adhérents nous ont envoyé ces jours derniers la lettre suivante qui doit non seulement se révéler un cri d’alarme des crétois et des grecs mais aussi de tous les pays qui vivent autour de  la Méditerranée et également de tout être humain alarmé par la destruction de notre environnement par des décideurs qui, par ailleurs, ne cessent de nous sensibiliser à l’écologie tandis qu’ils  concourent sans relâche à la destruction de la planète.

J’espère que votre journal auquel je suis abonné et dont je respecte l’indépendance pourra s’élever, avant qu’il ne soit trop tard, et faire réagir contre cet attentat, un de plus, contre notre environnementet la santé de citoyens européens

Merci de vous mobiliser.

Mme Chazeau

 Voilà la lettre que nous avons reçue et que nous vous transmettons

P.S. une pétition circule citée ci-dessous mais qui n’aura pas l’impact d’une intervention de votre part.

 

Une jeune étudiante crétoise de l'Université de Strasbourg, Aimili Théodoridou, nous interpelle au sujet d’un grave danger qui menace aujourd’hui la Méditerranée et toute l’Europe : la destruction des armes chimiques syriennes dans la Mer Méditerranée. Un événement très peu médiatisé en France et qui menace la Crète et la Grèce en tout premier lieu…

En attendant d’autres actions ou manifestations, je me suis engagé auprès de Aimili Théodoridou à vous faire connaître ci-dessous la lettre de protestation qu’elle compte envoyer au Commissaire responsable de l'environnement à la Commission Européenne.

Bien à vous.


>

 

A l’attention de M.Janez Potočnik, commissaire européen à l’Environnement

 

Monsieur Janez Potočnik,

Je me permets d’attirer votre attention sur un sujet extrêmement grave et urgent qui met en danger mon pays, mon patrimoine naturel, mes proches, bref tout ce que j’aime.

Je fais référence au destin des armes chimiques syriennes, récupérées par l’équipe des États-Unis, qui seront détruites au large de notre belle île de Crète. Le magnifique plan de ces chers Américains est de détruire 1500 tonnes de gaz chimique avec la méthode-technique de l’hydrolyse, dans la mer, à 500 Km du sud de la Crète, mon île et tout ça en 15 jours. Cette méthode consiste en fait à mélanger le gaz avec de l’eau de mer, puis rejeter ce mélange (à présent « neutralisé ») à la mer. Quelle méthode subtile ! D’après les experts, cette méthode va être effectuée pour la première fois dans l’eau. Il s’agit donc d’expérimentation qui met en danger tous les pays de la Méditerranée. Très rassurant…

Ce n’est pas à moi de vous parler de la catastrophe qu’une telle opération amènera à l’environnement, à la santé des Crétois, à la vie de la faune et la flore aquatique. Je pense qui vous êtes déjà conscient de la contamination et des générations de cancers que cela laissera une fois terminé.

Mais qu’ils aillent les détruire chez eux les armes chimiques, s’il s’agit d’une procédure anodine ! Pourquoi la Grèce, qui n’a eu aucune intervention pendant la guerre en Syrie ? Pourquoi la Méditerranée ? La colère et l’injustice m’emportent. Selon la Convention d’interdiction des armes chimiques, les armes chimiques qui doivent être détruites doivent l’être sur le sol du pays concerné. Cela dit, les États-Unis sont en train de faire quelque chose d’illégal et d’aller encore une fois contre les conventions internationales. Moi j’appelle cela un crime.

Dites-moi, la Méditerranée serait-elle devenue la poubelle de l’ONU, de l’OTAN et même de l’UE ? Avons-nous perdu tout sens de la logique ? Quelle est le rôle de l’Union Européenne si ce n’est pas au moins de défendre les droits de ses propres citoyens européens ? Nous sommes EN DANGER.

Et l’Union Européenne portera une grande responsabilité.

Si la nature, les magnifiques dauphins, animaux aquatiques, la faune et la flore de la méditerranée ne vous sensibilisent pas, alors pensez au moins aux citoyens grecs. Ne nous condamnez pas à des générations de maladies de cancers et d’empoisonnement de la nature.

M. Potočnik, je fais appel à votre conscience. Votre devoir est de vous opposer à cette opération et faire de votre mieux pour qu’elle ne se réalise pas. L’Europe existe-t-elle encore ? Est-elle capable de défendre ces citoyens ? Je vous prie de le prouver.

Dans l’espoir de votre intervention et votre réponse à mon courrier, veuillez-bien M. le Commissaire à l’Environnement, recevoir l’expression de mes salutations distinguées.

 

AimiliTheodoridou

 Voici le lien, vers la pétition correspondante à signer sur avaaz.org :
Here is the link, towards the corresponding petition to be signed on avaaz.org:

http://www.avaaz.org/fr/petition/Mr_Janez_Potocnik_commissaire_europeen_a_lenvironnement_ne_pas_detruire_1500_tonnes_de_gaz_chimique_a_500km_de_la_Crete_/?mGIjbdb 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 30/04/2014 09:08
  • Par pido

"500 km au sud de la Crète" nous met en pleine Cyrénaïque!

Je suis bien d'accord que le problème est gravissime, mais si vous voulez être crédible, ne racontez pas n'importe quoi.