EXPOSITION PHOTO AU MUSÉE DE L'HOMME-CLARISSE REBOTIER

HIC ET NUNC Cette série photographique engagée, qui met en scène des personnes réfugiées, sur la symbolique esplanade des droits de l’Homme, est un plaidoyer pour la solidarité. Fidèle à son engagement pour les libertés, la photographe met à nouveau en œuvre sa création fondée sur les paradoxes pour dénoncer les injustices qui la révoltent.
  • Date Du 8 décembre 2018 Au 30 juin 2018
  • Lieu Musée de l'Homme
  • Information Entrée libre et gratuite en présence de l'artiste les 8 et 9 décembre 2018

 © ClarisseRebotier © ClarisseRebotier

J’entends souvent parler des gens “différents” mais je n’ai pas encore compris de quoi ils sont censés être différents...?

Que ses photos soient documentaires ou plasticiennes, la démarche de Clarisse est avant tout artistique. Avec humour et engagement, ses
photographies sont un combat pour la biodiversité et l’altérité.

Petite, je regardais, fascinée, mon grand-père emmitouflé dans sa longue djellaba, calligraphiant des poèmes en arabe. Je me disais que j’avais vraiment de la chance
d’être arabe moi aussi, parce que c’était drôlement beau ce qu’il faisait… Alors, j’ai appris l’arabe et parcouru le Monde Arabe…… et, un jour, j’ai compris que je n’étais pas du tout arabe en fait… mais la petite-fille d’un Français né en Tunisie.

Ce fut pour moi une révolution identitaire.

De ce bouleversement, j’ai tiré l’axe de ma création artistique : le changement de point de vue. Dans mes photographies documentaires ou plasticiennes, c’est en associant des éléments inattendus que je provoque ce décalage.

Ma démarche est centrée sur la relation du corps à l’espace, je mets en œuvre mes différentes pratiques artistiques pour parvenir à des mises en scènes surprenantes : la scénographie, l’écriture scénaristique ou encore la taxidermie sont au service de la photographie pour créer des narrations en espace.
Qu’il s’agisse d’Hommes ou d’autres espèces animales, je chercher à associer des sujets et des contextes en contradiction apparente, jouer sur le changements d’échelle ou combiner des matières opposées sont, pour moi, des façons de parler directement au corps pour lui proposer une lecture du monde libératrice.

EN SAVOIR PLUS

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.