L'arbre raciste macronien cache la forêt des méfaits en préparation

Antisionisme n'a jamais voulu dire antisémitisme - Sous couvert de mauvais vocabulaire Macron attise la haine

Dans le but de diviser, de discréditer le mouvement social et de cacher beaucoup plus important et gênant, Macron se jette sur petite altercation citadine, comme la vérole sur le bas clergé breton,  nous égare encore aujourd'hui vers un thème on ne peut plus raciste et dangereux.

Déjà très mauvais en vocabulaire populaire français, le voilà qui prétend réformer le vocabulaire politique.

Si mes souvenirs sont bons, on désignait par Sémites les peuples qui habitaient  le Moyen-Orient  : le Croissant Fertile des vallées du Tigre et de l'Euphrate, la Péninsule Arabique, et jusqu'à l'Erythrée et l'Ethiopie actuelles en Afrique. De ces peuples sont issues trois grandes religions monothéistes : le Judaïsme, le Christianisme et  l'Islam. Les Juifs dans la Palestine antique, et parmi eux ceux qui sont devenus Chrétiens, et les Arabes, étaient sémites. Depuis, les diasporas, les expansions religieuses ont certainement modifié la donne. On peut certes parler de filiations culturelles . Quant à dire filiations vraiment génétiques ... des études ADN risqueraient de nous apporter des surprises , comme par exemple chez ces noirs africains de religion israélite ... ( quoique, attention : une langue nationale importée et imposée peut cacher des différences ethniques d'origine ...). Nous l'avons tous appris, le Christianisme  s'est répandu , de gré ou de force, dans le monde entier, et le monde chrétien n'a plus beaucoup à voir avec des origines génétiques sémitiques. Il en est de même pour l'Islam. Et les milieux israélites ont beau le défendre, il ne doit pas y avoir adéquation complète entre religion juive et race d'origine sémitique  ...

Au cours de l'Histoire du Moyen-Age, l'Eglise sous prétexte que c'étaient des Juifs qui avaient tué Jésus ( mais n'était-t-il pas juif celui-là ?...), initia un peu partout la persécution des populations juives : par exemple avec notre "bon" roi St Louis qui les fit marquer de jaune pour les faire reconnaître .... avant des les expulser du royaume ( d'ailleurs saint n'a jamais signifié "bon" mais seulement utile à la hiérarchie catholique, c'est-à-dire romaine ...). En simplifiant, on peut dire que l'Eglise s'était trouvée des boucs émissaires bien pratiques à fournir à la vindicte populaire des malheureux accablés pour des raisons économiques, sous la férule de la noblesse. De là découlèrent des siècles de pogroms et persécutions, diverses, mais toujours utiles pour détourner les gueux des vrais origines de leur asservissement.

Lors de l'Affaire Dreyfus, Théodor Herzl, se disant que cela suffisait, imagina de donner "enfin" un foyer à tous ses coreligionnaires opprimés en leur suggérant de "retourner" en Palestine. Sion désigne à la fois le peuple d'Israël et les  lieux de Palestine . Le Sionisme est donc le désir de recréer un foyer  protecteur pour les Juifs... en Palestine ... Sympathique comme idée... MAIS, imaginons  qu'aujourd'hui 2000 ans après, des peuples entiers désirent "retourner" sur la terre de leur "ancêtres"... cela ne ferait-il pas un beau foutoir sur notre belle planète ... Cela pourrait peut-être faire le bonheur de très, très , très nombreux "tours opérateurs"... MAIS la Palestine n'était pas un désert inhabité ! Il y vivaient des "Palestiniens", certainement en grande partie descendants de ceux parmi les habitants antiques qui n'avaient pas quitté le pays lors des différentes diasporas. Depuis, ils ont été islamisés, voire christianisés, comme les autres : de gré ou de force ... MAIS : toujours là à vivre de cette terre !

Issue des persécutions initialisées par la hiérarchie catholique romaine contre les juifs, la bête immonde a étendu ses membres maléfiques sur notre planète pour détourner les peuples des véritables auteurs et origines des maux qu'ils subissaient. Les nazis ont assassiné 6 millions de juifs. Mais ailleurs, sous d'autres prétextes, l'horreur que l'on croyait finie a perduré avec d'autres millions de morts en Afrique et en Europe plus récemment. Et le racisme continu encore,  toujours pour reporter contre de pauvres victimes, les causes du mal que nous font subir les possédants.

En Israël, les puissances impérialistes ont utilisé le sionisme pour s'implanter près des ressources économiques du Moyen-Orient. En Afrique les oligarques français, entre autres, pillent les terres indigènes, privant les populations locales des ressources ancestrales, et obligent les plus pauvres à émigrer vers l'Europe, où des réseaux de passeurs assassins leur font miroiter des Eldorados inexistants, et où ils ne trouvent en fait que la misère et la haine d'autres gueux démunis à qui l'on a fait croire qu'ils seraient encore plus dépossédés par ces nouveaux arrivants.

Le terme antisémitisme tel qu'utilisé  actuellement souvent en France est une incongruité, et une tromperie . On voudrait nous faire croire qu'il signifie haine des Juifs, alors que son sens littéral devrait plutôt dire haine de tous les peuples du Moyen-Orient. Car en suivant ces absurdités on pourrait dire que des Arabes qui n'aimeraient pas les Israéliens seraient "antisémites" ... Plutôt grotesque ... Imaginons un parallèle plus proches de nous : il est vrai que des Français n'aiment pas d'autres Français, mais on ne peut pas dire qu'ils n'aiment pas les Français. Le terme "antisémite" devrait donc être  banni dans le sens que l'on voudrait nous imposer!

Quant au terme "antisioniste", on l'a compris, il ne signifie nullement " anti-judaïsme", mais il s'applique à quelqu'un qui est opposé au "retour" en Palestine, avec comme corollaire d'en chasser ceux qui y habitent.

D'aucuns prétendent que l'anti-judaïsme est spécifique et n'est pas un racisme comme les autres, parce qu'il ne concernerait que des personnes non identifiables de visu, ou qu'il se baserait également sur des jalousies. Un racisme n'est spécifique que lorsqu'on veut se placer uniquement d'un point de vue spécifique ! Mais fondamentalement il est comme tout racisme : il est toujours initialisé pour diviser, et détourner la haine des personnes mal informées des véritables causes de leurs déboires, malheurs, etc... Un racisme peut-être généré sur  n'importe quoi, une différence que l'on montre comme devant être importante et insupportable.  Le racisme  commence au village : tu es né à 10 km : tu es un étranger ... tu n'es pas comme nous, tu n'es pas de notre monde ... t'es pas d'ma bande ... tu es riche, ou tu es pauvre... t'es noir, ou t'es blanc ... t'es basané, t'es un arabe ... t'es un métèque ...   Alors dire que l'on est victime d'une forme spécifique de racisme, ne serait-ce pas justement, a contrario, une forme de racisme ... Il y aurait-il de bons et de mauvais racismes ? Pourtant il semble que les racismes sont tous égaux, mais "certains plus que d'autres"...

Il faut que Macron, l'oligarchie, les partis racistes, comprennent que nous sommes contre tous les racismes, et entre autres contre le racisme qui frappe les Palestiniens et qu'à ce titre nous sommes antisionistes. Si ce régime veut nous accabler en amalgamant les termes de sionisme et de sémitisme, alors nous dirons directement et clairement que nous condamnons le gouvernement actuel d'Israël pour la politique raciste qu'il mène contre les populations palestiniennes.

 L'amalgame entre ces deux termes est tout simplement une honte et seulement une incitation à la haine raciale, qui nous le rappelons à Macron est punie par la loi française !

C'était pour en finir avec cette farce amalgamant antisionisme et antisémitisme. 

Ce qui nous importe le plus aujourd'hui est de soulever le couvercle qu'il maintient sur ses méfaits en préparation, et de déboulonner ce pantin qui gesticule contre nous depuis son bunker élyséen.

  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.