Plus jamais de président, un représentant

Reprendre possession de notre vie

Plus jamais de président... un, ou mieux divers représentants amovibles

 

Je lis :"Macron démission, Macron démission" ... "on veut un autre président"

Est-ce bien réfléchi? surtout provenant d'horizons politiques plutôt démocratiques.

Ce type est un sale môme, immature, vicieux et violent; certains disent "psychopathes"...Les gens de rien diraient "fou furieux".Ne pas le mettre sous tutelle serait de la non assistance et mise en danger de toute une population.

Ne rêvons pas, il ne démissionnera pas. Il faut le foutre dehors!

...évidemment sans retraite aucune, mais au contraire en lui faisant dégorger le fruit de ses rapines. Comme il faut s' attendre, il planque son fric dans des paradis fiscaux. On confisquera donc tout  ce que lui est ses familiers (au sens large) ont en France ou dans des pays accessibles, fric, parts dans des sociétés, etc...etc...

Et tout de suite on vire aussi toute sa clique pataugeant dans l'illégalité la plus totale:

- Edouard Philippe et Castagneur en prison pour leurs forfaits contre la population,

- Les procureurs et juges à sa solde en jugement,

- poursuites contre les énarques corrompus et dissolution de l'ENA,

- traque de tous ces ploutocrates enrichis sur notre sueur et réquisition de leurs biens.

- poursuite des médias de désinformation, d'enfumage achetés pour nous cacher la vérité qui nous concerne.

Et libération immédiate des jaunes arbitrairement et illégalement incarcérés!

 

NON !... il ne faut pas d'autre président,que ce soit sous une 6e ou nième république...

On n'a pas à se faire diriger par un connard, élu grâce à une publicité éhontée et démesurée de l'oligarchie qui nous saigne, et il faut le dire, malheureusement acceptée par des électeurs que l'on a sciemment toujours laissés, voire "formés", sans aucune éducation politique ( la conscience sur l'organisation de la vie publique dans la société).

Nous avons pendant des millénaires subi des aristos, soi-disant descendants d'un Bidule 1er ( ou de son majordome quand il laissait le foyer pour aller guerroyer). Nous le savons, leurs ancêtres n'étaient que des pillards, envahisseurs ou autochtones, qui s'étaient par la force accaparés de tout le pays et du travail des pauvres réduits en servage, et collés de surcroît des titres ronflants pour la postérité.  Eh oui, on leur a coupé la tête..., mais on ne va pas pleurer: c'était une misère à côté du sang qu'ils avaient versé chez les gueux asservis ; et c'était très partiel : la plupart des nobliaux d'importance s'étaient abrités en exil ; et de ceux restés au pays il n'y eut que 8% parmi les guillotinés de la Terreur. En fait c'était surtout le symbole dont la Révolution avait besoin pour marquer le nouvel ordre.

Malheureusement le putsch militaire du dictateur Bonaparte permit un certain rétablissement de l'ordre ancien (par exemple le 20 mai 1802, l'esclavage, que la Convention avait aboli le 4 février 1794).                                                                                                                     Suite à ses déboires, la Restauration acheva ce rétablissement avec le retour des aristos et leur main mise sur le pays (pour l'Eglise également).                                                                                                                                                                                                               

Le pays dû par la suite subir encore quelques putschistes ( Napoléon III le petit, Adolphe Thiers avec les Versaillais contre la Commune, Pétain protégé par les SS et la Wehrmacht,... De Gaulle) ... ce dernier outre d'avoir instauré cette monarchie républicaine, quasi de droit divin, qu'est le régime présidentiel, permit à l'ENA de former les futurs oligarques, qui, aujourd'hui corrompus, se sont emparés de la totalité de l'économie, nous saignent, et nous prennent pour plus cons que nous sommes.

Il est vrai que dans certains pays, les gens supportent, voire vénèrent, un(e) connard(e) qui se goinfre à leurs dépens, sous le prétexte fallacieux qu'il (elle) serait issu(e) d'une lignée de géniteurs historiquement connus. Mais le plus souvent dans ces pays, on ne montre le (la) dit(e) monarque paré(e) de fringues chatoyantes et dispendieuses, que le jour de liesse populaire de la fête nationale, ou lors de la réception diplomatique d'huiles étrangères. Avouons malheureusement, qu'au jour précis d'aujourd'hui, nous aimerions bien avoir quelque chose comme un régime politique aussi "peu démocratique" que le leur...

L'usage de la démocratie demande une éducation politique qui devrait comprendre la lecture de l'Histoire comme source des expériences, tragédies, erreurs du passé, et de la philosophie comme apprentissage des modes de pensée ( et pour cela interdits par Bonaparte à l'Université ...)

 La conscience politique s'acquière ou disparaît au long des périodes historiques.

a - Durant cet hiver politique, comme il a été dit, la phase d'apathie provoquée par l'oligarchie, nous sommes rendus politiquement immatures. Les médias en général, la télévision, les journaux ( pour la quasi totalité propriété des oligarques) ne nous délivrent qu'une soupe insipide expurgée des importances, des vrais problèmes, et événements sociétaux réservés à la classe qui gère notre vie.                  Avec Guy Debord (1967) c'était la Société du Spectacle avec la marchandise comme horizon sociétal, c'est la consommation comme but, la mode...; c'est le sport, l'ensemble du sport de compétition, servi avec des "bêtes" de cirque présentées comme attraits éducatifs pour la jeunesse, et utilisé comme arme patriotique dans les guerres économiques que se livrent les nations ; ce sont les spectacles d'abêtissements affligeants des chaînes télévisuelles, qu'à leur origine on nous avait pourtant promis qu'elles seraient "éducatives" et "culturelles"... (rires... jaunes...).                                                                                                                                                                        C'est l'aliénation politique organisée pou les gens de rien...                                                                                                                                  Dans cette phase léthargique, et comme dans tous les pays dits "démocratiques", la démocratie n'existe que de nom, et se caractérise par son abandon à l'oligarchie, avec l'achat d'une caste de politiciens plus ou moins professionnels ... tout pour  les besoins, la protection, la pérennisation du pouvoir de la ploutocratie.                                                                                                                                                                           On peut alors dire avec raison : " Elections, pièges à cons".

L'un des pires de ces systèmes "démocratiques" est le système présidentiel qui concentre tous les pouvoirs dans les mains d'un monarque "républicain".

 

 b - Ce n'est que dans les périodes insurrectionnelles, révolutionnaires, que le peuple s'émancipe, se réveille et accède à la conscience politique ; il apprend vite, et le pouvoir en place réalise avec effarement qu'il ne peut plus prendre les gens pour des cons.

 

 NON ! pas de président !

... tout au plus  un ou des représentants symboliques, amovibles à la moindre suspicion d'incartade ... et de toute façon à durée de mandat très court (1 an ?) ... vu l'importance de la population française, il y a un vaste choix...

 - On pourrait avoir un Représentant de type "classique", pour serrer les mains des huiles étrangères de passage touristique dans notre beau pays. Une personne affable et apte à la diplomatie. Il pourrait être utile pour discuter le bout de gras ou par exemple sortir un journaliste de prison.

 - Il pourrait y avoir un Représentant pour le domaine artistique qui sache que Van Gogh n'est pas une marque de cacao en poudre, que le Boléro de Ravel n'est pas une création vestimentaire, ou même que Léonard de Vinci n'est pas le milliardaire  propriétaire d'autoroutes...

 - Ajoutons si l'on veut un Représentant pour l'agriculture connaissant combien il y a de M 2 dans un hectare;

 - Et aussi un Représentant scientifique qui sache que la Guyane n'est pas une île, et qu'il ne navigue pas en zones maritimes fragiles protégées avec ses engins motorisés, et ne nous fasse pas honte dans les congrès mondiaux sur le climat.

 - Et un Représentant pour les médias, un spécialiste de la lutte contre les fake news ...

... On risquerait peut-être de gagner en respect à l'étranger...

Comment les désignerait-on ?                                                                                                                                                                                On a besoin d'un système représentatif.                                                                                                                                                                La démocratie directe avec participation de toute la population, une fois dépassée la dimension du clan, est évidemment impossible au niveau du pays entier ( mais encore possible au stade des toutes petites communes).

Mettons de côté le mode actuel d'élections des députés,                                                                                                                                    ... ... ainsi que celui direct du président, historiquement prouvé comme étant très dangereux ... souvenons nous tout de même que Napoléon III le petit a été élu ... ( plus sinistre encore : Hitler ...) ... plus récemment De Gaulle à qui nous devons notre parodique et présidentielle "démocratie" actuelle ... enfonçons encore le clou : Sarkozy... Macron ...

( et n'oublions pas l'un des dangers auxquels nous serions confrontés : que ne surgissent du sein du mouvement des charismatiques néo Bonaparte ou Staline qui nous replongeraient dans une nouvelle dictature ) ...

 

... Donc comment choisirait-on les représentants de tous niveaux ?                                                                                                          Reprenons les Communards de 1871 : il faut éliminer les ambitieux, les fortunés, les parvenus, les beaux parleurs, et ne choisir que des personnes reconnus comme ayant un sens droit et des convictions sincères, des gens modestes qui ne briguent pas de poste.                  Les élus doivent l'être sur mandat précis.                                                                                                                                                               Ils sont révocables à tout moment.                                                                                                                                                                         En cas de nouveau problème, ils doivent en référer à l'assemblée des citoyens qui discutent et leur redonnent ( ou à d'autres) un nouveau mandat précis.

Et pour le mode de scrutin ?                                                                                                                                                                                       -  le mode valeur, plus démocratique et respectueux du désir des électeurs.                                                                                                         -  le RIC, référendum d'initiative citoyenne.                                                                                                                                                           -  la remontée des assemblées citoyennes.

Ces systèmes sont déjà expérimentés ailleurs, peuvent et doivent être utilisés conjointement.                                                                          ... et à l'usage il y aura des erreurs à réparer ...

Ceci pour un hypothétique futur ...    Hypothétique ?... A nous d'agir...

 Le programme d'aujourd'hui : chasser la clique et reprendre possession de ce qui nous appartient !

Que le rêve devienne réalité !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.