« Les Tontons flingueurs », analyse d'un chef-d'œuvre

Œuvre magistrale d'un duo d'intellectuels aléatoires, Georges Lautner, cinéaste industriel, et Michel Audiard, dialoguiste issu de l'université de la rue, le film, « Les tontons flingueurs » a trop longtemps été cantonné dans le registre des films dits « populaires ».

Œuvre magistrale d'un duo d'intellectuels aléatoires, Georges Lautner, cinéaste industriel, et Michel Audiard, dialoguiste issu de l'université de la rue, le film, « Les tontons flingueurs » a trop longtemps été cantonné dans le registre des films dits « populaires ». C'est faire peu de cas de cet OVNI du cinéma français qui fédère plusieurs générations de spectateurs séduits par le vernis comique de ce film, mais qui n'en saisissent pas toujours l'aspect tragique : celui de la rédemption d'un homme condamné à la violence alors qu'il n'aspire qu'à la sublimation altruiste.

 

Fernand Naudin, le personnage principal, est hanté par son passé de gangster, profondément enfoui dans ce Surmoi mis au jour par Freud. Son désir de rompre avec une vie de délinquant se concrétise dans son entreprise de dépannage automobile à Montauban qui démontre sa volonté de servir ses semblables, victimes d'une défaillance de carburateur ou de delco.

 

Le décès proche de son ami « Le Mexicain » le renvoie à ce passé refoulé et le contraint à user de cette violence qu'il rejette afin d'éviter un avenir sordide à la fille de ce dernier, la jeune Patricia, promise, si Fernand ne renoue pas avec le jeune truand qu'il a été, « au tapin », c'est à dire, à la prostitution. Entre remord et fidélité, Naudin n'hésite guère. Face à des adversaires résolus à dépouiller l'héritière de ses biens, certes mal acquis, mais légitimes, il usera d'une persuasion mesurée, toute faite de « bourre-pif » et de balles blindées, l'aspect mortifère de ces dernières étant atténué – artifice jungien par excellence ! - par les « silencieux » dont sont dotées les armes à feu, remugles de ces temps que Fernand Naudin cherche à refouler dans les limbes d'un Surmoi en conflit majeur avec son Moi. Signe incontestable que le Ça de Fernand Naudin ne se résout pas à jouer un rôle mineur dans ce conflit intérieur à la dimension kantienne incontestable. Pour être tout à fait objectif, cette dernière théorie aurait été contestée par Jacques Lacan lors de ses fameux « séminaires . »

 

Les frères Volfoni, métaphores sublimées d'une catharsis paroxystique seront les victimes de ce conflit du Moi et du Ça, qui aboutira à l'extermination physique du caricatural nazi Théo, symbole sinistre, en cette période (1963) encore marquée par le dernier conflit mondial.

 

La rédemption et l'apaisement de Fernand Naudin se conjuguent dans la scène finale, où les « Tontons », tout à la fois, frères d'armes et adversaires, communient en l'Église, lors du mariage de la jeune Patricia, emblème d'une virginité magnifiée avec un jeune « bobo » avant l'heure, Antoine, héritier d'une famille de financiers, qui annonce de façon prophétique, l'ultra-libéralisme triomphant de demain et, n'hésitons pas à l'affirmer, la crise financière de 2008. En cela, Lautner et Audiard sont des visionnaires majeurs des bouleversements sociétaux à venir. Quels génies !

 

Dans ce parcours initiatique, dont Steven Spielberg s'est inspiré – la Plymouth Valiant du film « Duel » est un avatar de la 404 Peugeot de Fernand Naudin – ce dernier sera « coaché » par deux tueurs patentés, Pascal et Bastien, improbables psychanalystes de circonstance, sortes de Jiminy Cricket jumeaux qui l'accompagnent dans sa quête d'honnêteté et de justice sociale sans jamais chercher à influer sur les choix que seul le Montalbanais devra faire. Lautner et Audiard ont réussi le tour de force d'inventer le « divan » en calibre 45.

 

Je recommande aux cinéphiles de revoir cette œuvre avec cet éclairage psychanalytique, en famille ou entre amis, lors d'un apéro convivial...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.