L'année 2016 comme si vous y étiez déjà !

Ci-dessous, le programme de l'année prochaine, mois après mois, si mes souvenirs du futur sont bons.

 

Janvier : rien de particulier. Les citoyens mensualisés payent leur premier dixième d'impôt sur le revenu. La Ministre du travail, Myriam El Khomri se réjouit de la nouvelle hausse du chômage « plus faible que les précédentes » ce qui est un bon présage

Février : le Président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, exige l'implantation de puces électroniques sous la peau de tous les individus susceptibles de se radicaliser religieusement. Christine Boutin proteste. La Ministre du travail explique « que la forte hausse du chômage ne doit pas cacher la tendance au ralentissement de l'accroissement du nombre de chômeurs. »

Mars : le Président de la République annonce des mesures fortes contre le chômage des jeunes. La Ministre du travail annonce que la hausse modérée du chômage « traduit la détermination du gouvernement a mener la lutte pied à pied. »

Avril : le 1er avril, la Commission européenne durcit les quotas de pêche. La Ministre du travail se félicite de « la stabilisation de la hausse du chômage » et annonce « une inversion de la baisse de la progression de la courbe pour les prochains mois. »

Mai : le Président de l'UMP, Nicolas Sarkozy exige la réduction du nombre des jours fériés. La Ministre du travail, Myriam El Khomri explique que « les 57 000 chômeurs de plus en avril est un événement purement conjoncturel et que la hausse devrait revenir à la normale dès le mois de mai. »

Juin : Pierre Gattaz, le patron des patrons demande que « l'État subventionne les salaires à hauteur de 50 % jusqu'à trois fois le SMIC. » La Ministre du travail est apparue fatiguée lors de la conférence de presse où elle a annoncé une nouvelle flambée du chômage, suite aux licenciements dans la sidérurgie.

Juillet : les juillettistes sont partis en vacances. Les aoûtiens attendent leur tour. La Ministre du travail n'est pas apparue à la conférence de presse. C'est son chef de cabinet, Loïc Turpin qui s'est chargé de la corvée habituelle.

Août : les juillettistes sont rentrés. Les aoûtiens sont partis, malgré les embouteillages au péage de Villefranche-sur-Saône. Myriam El Khomri a pris quelques jours de congés. Elle rate ainsi l'occasion d'annoncer un très léger recul du chômage (moins 3 demandeurs d'emploi en juillet). C'est Emmanuel Macron qui annonce ce triomphe.

Septembre : un terroriste se fait exploser aux universités d'été du Front National, tuant 180 militants à l'heure de l'apéro et en blessant 412 autres. Curieusement, personne, sur Facebook, ne propose de slogan « je suis Front National. » La Ministre du travail, Myriam El Khomri a donné sa conférence de presse mensuelle en fauteuil roulant, visiblement au bord de l'épuisement.

Octobre : c'est bientôt Noël. La grande distribution prépare déjà ses rayons. La conférence de presse de la Ministre du travail a été interrompue lorsque cette dernière a craqué au micro, à l'annonce des très mauvais chiffres de Pôle emploi. Elle s'est mise à hurler « bande de connards, bande de connards, fais chier bordel de merde ! » Elle a été exfiltrée par son chef de cabinet et l'un de ses gardes du corps.

Novembre : le mois dernier, les contribuables mensualisés ont fini, pour la plupart, de payer leur impôt sur le revenu. Novembre, c'est le mois des impôts locaux. Décembre, c'est l'impôt de Noël, prélevé par la grande distribution. Un communiqué de l'Élysée informe que « Mme Myriam El Khomri, la Ministre du travail, est hospitalisée pour une durée indéterminée. »

Décembre : la grande orgie des fêtes de fin d'année s'est passée sans trop d'incidents, hormis 2854 voitures brûlées la nuit de la Saint-Sylvestre, ce dont les constructeurs automobiles se félicitent. Pour l'instant, il n'y a toujours pas de volontaire pour remplacer la Ministre du travail, en longue convalescence à l'hôpital Sainte-Anne.

Voilà, vous savez tout de mes souvenirs de l'année prochaine.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.