IL A DEJA TES YEUX Film de Lucien JEAN BAPTISTE

Lucien Jean Baptiste nous livre une comédie réjouissante,qui ,mine de rien, est ancrée dans la réalité et "milite" pour le VIVRE ENSEMBLE (avec ceux et celles qui le veulent) Nul doute que Radio Courtoisie, Henri de Lesquen et les Bas du Front, ou encore la Manif pour Tous (il y a un clin d'oeil) ne vont pas se précipiter pour faire la a promo de ce film Ils y verront même un sacrilège

 

 

L'histoire, un couple de fleuristes afro-antillais, Salimata et Paul  Aloka, sont candidats à l'adoption ils sont informés qu'un bébé leur est confié.

L'adoption est un parcours du combattant en temps "normal"

Le réalisateur corse la situation

Le directeur de l'organisme les prévient ,il ne s'agit pas d'expérimentation..." 

Les Aloka sont noirs , puisque afro-antillais (si vous avez suivi!) , le bébé ,Benjamin,agé de 6 mois a les yeux bleus ...et est blanc

Ce qui ne gêne pas les parents adoptifs.

 

Il n'en va pas de même avec l'entourage!

La présentation de Benjamin au reste de la famille est un grand moment

Les grands parents,Mamita et Ousmane sont sous le choc!

Ils avaient deja décidé du prénom,Lamine, "selon la tradition", et surtout, pas de congolais!

Les bisbilles et vannes entre antillais et africains sont évoquées ainsi que celles entre générations

Les quiproquos "la maman n'a pas pû venir,, c'est vous la nounou?"font sourire!

 

Les services sociaux ne sont pas en reste.

Madame Mallet,responsable du suivi, qui n'était pas très favorable à "l'expérience" fixe des RDV ,par exemple le mardi, et débarque sans prévenir le lundi,"car elle était dans le quartier"

 

La fin, heureuse (tant pis ,je spoile!) est plutôt optimiste.

Mais comme le fait remarquer Lucien-Jean Baptiste,c'est un conte, et le réalisme n'est pas forcément au rendez vous

Cf, la cruauté dans les contes de Grimm, "Bambi" et autres" Petit Poucet", sans parler du sadisme du "Conte des Milles et une nuits"

 

La boucle est bouclée quand, de passage dans les locaux de l'organisme,Salimata et Paul découvrent leur photo de famille accroché au mur comme preuve d'une "expérience" réussie

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.