L’UMP ou l’Union du Mépris du Peuple


Dans ma ville, la droite en panne d'inspiration a osé reproduire un texte pastiche comme tribune de groupe... sans réfléchir qu'elle insultait une partie de ses propres électeurs...Peut être qu'elle ne s'imagine pas que ces familles en difficultés pourraient avoir envie très vite de chasser Sarko et même avant l'heure !

3370443-4841499-1a645.jpg

L'UMP et ses militants mènent une croisade non contre la pauvreté mais contre les pauvres qu'ils assimilent à des cigales !? C'est ainsi que dans des bulletins municipaux, dans le cadre des tribunes des groupes représentés au Conseil Municipal, est repris à la sauce Sarko un pastiche de la célèbre fable de Jean De La Fontaine : la cigale et la fourmi....

N'insistons pas sur le manque d'imagination de militants qui recopient in extenso un vieux texte stagnant sur la toile depuis plusieurs années !

N'insistons pas sur l'ignorance de « responsables » politiques qui dénoncent les manifestations d'une Ligue Communiste révolutionnaire qui n'existe pourtant plus plus depuis 2 ans et demi ….

Sortir ce texte au moment où des millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté relève de l'indignité et du mépris pour le peuple qui souffre

Le texte suinte la haine de classe :

« La fourmi travaille dur tout l'été dans la canicule. Elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l'hiver.

La cigale pense que la fourmi est Stupide, elle rit, danse et joue tout l'été.

Une fois l'hiver venu, la fourmi est au chaud et bien nourrie ;

La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d'être au chaud et bien nourrie alors que les autres moins chanceux comme elle ont froid et faim. »

Les pauvres, ces plus de huit millions de personnes qui survivent sous le seuil de pauvreté danseraient et joueraient tout l'été !?

On croirait rêver....Ces personnes cherchent du travail ou disposent d'un SMIC et avec un salaire minimum quand il faut payer un loyer même avec la déduction de l'APL et qu'il faut régler les charges, l'électricité et l'eau, il ne reste plus grand chose pour l'habillement et même la nourriture.

Ces prétendues « cigales » qui aimeraient d'ailleurs pouvoir être des fourmis n'organisent pas des conférences de presse, elles comptent, essayent de s'en sortir en rognant sur tout et se désespèrent....

Je vous fais grâce de la lecture de cette « fable » qui continue sur le même tonneau et ne vous livre que ce passage en conclusion :

Après la tenue d'une conférence de presse et une suite d' interpellation du gouvernement :

« L'ancienne maison de la fourmi devenue logement social pour la cigale se détériore car celle-ci ne fait rien pour l'entretenir »....

Si c'était au moins vrai, si les résidences et locaux laissés dans l'abandon étaient transformés en logements sociaux, cela se saurait....

Mesdames et messieurs les UMPistes, les pauvres entretiennent leur logement, parce qu'ils ont eux aussi de la dignité mais souvent ils vivent dans des HLM que des bailleurs laissent en l'état, parfois faute de moyens.

Ce mépris du peuple, exprimé par des « bien pensants » est intolérable et inacceptable.

Toutes les semaines, des bénévoles reçoivent des familles en difficultés, y compris des cadres au chômage qui ne peuvent plus payer leurs traites et des Rmistes qui n'ont qu'un souhait : trouver du travail pour sortir un peu la tête hors de l'eau.

Cette adaptation de fable est une insulte à l'égard de tous ceux et de toutes celles qui d'ailleurs ont pu être autrefois des fourmis et qui aujourd'hui sans être des cigales ne peuvent pas préparer des provisions pour l'hiver.

A Marseille les mendiants « reçoivent » une amende de 38 €, à Nogent sur Marne ils sont poursuivis s'ils fouillent les poubelles et dans cette fable, les pauvres dans leur diversité sont assimilés à des cigales, danseuses et non prévoyantes.

Honte à ce gouvernement et honte à cette UMP

Ce refrain de la semaine sanglante, écrite il y a 140 ans n'a pas pris une ride :

« Oui mais !
ça branle dans le manche,
Les mauvais jours finiront.
Et gare ! à la revanche
Quand tous les pauvres s'y mettront.
Quand tous les pauvres s'y mettront. »

Les familles qui supportent les effets de la crise et qui souffrent en ont assez de cette galère et de ces insultes....Peut être qu'un jour elles descendront dans la rue sans passer par la case « Conférence de presse » !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.