La milice des "chasseurs vigilants" dans l'Oise.

Un pas de plus dans le délire sécuritaire est franchi dans l'Oise, avec la constitution d'une milice armée agréée par l’État...

En bordure de champs, avant le gros bourg du coin le long de la départementale, ont été installés de grands panneaux très chics, portant des silhouettes d'animaux, qui demandent aux automobilistes de ralentir pour faire attention...  "aux chasseurs qui oeuvrent à la biodiversité"

Voilà donc ces tueurs qui jouissent de réduire en bouillie sanglante les gracieuses bestioles de plumes et de poils, ces éjaculateurs précoces qui pensent que les coups tirés du fusil vengent tous ceux ratés au lit, tous ces bas du front qui laissent libre cours à leurs instincts meurtriers sont donc promus ouvriers de la biodiversité. Et nous l'ignorions, sots que nous sommes!

C'est vrai que dans le genre faux-nez on avait déjà les cultivateurs de terres mortes et pollueurs des nappes phréatiques déclarés "jardiniers de l'environnement", ce qui était, convenons-en pas mal non plus comme trouvaille de communiquant.

Mais revenons à nos chasseurs. Grâce aux bons soins de leur chef de meute, Guy Harlé d'Ophove, président des chasseurs de l'Oise, les serial-bestioles-killers en kaki vont désormais être en mesure de passer du rang du zigouilleur du dimanche au vrai rang d'assassin, traqueurs du gibier ultime, l'être humain.

Car ce Harlé d'Ophove (par ailleurs 3ème vice président de la région Hauts de France, en charge de l'écologie (ah, quel humour ce Xavier Bertrand, confier l'écologie à un chasseur de ce calibre, ancien conseiller régional de Picardie élu sous l'oriflamme du FN qui plus est)), ce sympathique Nemrod a donc, selon le Parisien du 23 mars, signé une convention avec le préfet de l'Oise et le chef des pandores du département instituant le corps des "chasseurs vigilants".

L'Oise est le premier département à innover ainsi. On avait déjà dans nos villages une floraison de "voisins vigilants", et voilà que s'ajoute à cette délation organisée une milice en arme! Laval et Darnand en ont les ossements qui frétillent de contentement. Pensez, confier la charge de la surveillance des secteurs ruraux à une équipe de brutes armées, c'est un peu comme offrir la garde des mômes d'une colonie de vacances à une équipe de curés envoyés par le cardinal Barbarin. C'est la bavure assurée.

Va pas faire bon être basané, manouche black ou beur ET amateur de champignons par chez nous...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.