La fragilité des convictions

Notre petit, tout petit pays est mal parti. On peut accuser tous les gouvernants, tous les élus de ce drame qui se construit sous nos yeux.

Certains pensent que d'autres élus auraient tout changé et que des fontaines à fric auraient pu être édifiées à la place des ronds-points.

Mais on peut lancer des injures; on peut crier devant la pleine lune que d'autres auraient fait mieux !!

Mais nous savons tous que c'est faux. Mélenchon n'a pas les moyens de sauver les choses essentielles.

Dans toutes les catégories sociales, il n'y a qu'une préoccupation majeure : continuer le plus longtemps possible à profiter et vivre dans la société de consommation.

Les retraités veulent impérativement toucher leurs pognon en fin de mois.

Les familles nombreuses veulent qu'on les rémunère pour leur prodigalité et leur méconnaissance des moyens de contraception.

Il y a une demande sociale infinie qui s'appuie sur une production de richesses en forte baisse.

Combien de membres du FDG, la solution miracle, sont des créateurs d''emplois ? Aucun. La grande majorité profitent du boulot des autres, vivent des effort des jeunes, et se plaignent à longeur de journée dans leur résidence secondaire ou leur camping car.

Ceux qui expriment leur colère privilégée dans les fils de Médiapart n'ont jamais ressenti les affres de la pauvreté. Ils vivent bien de la pauvreté des autres qui cotisent pour que les "élites de la gauche" puissent causer à perte de vue dans leur égoïsme infini......

Des qualificatifs pour cette attitude de faux durs il y en a beaucoup : triste ?? répugnant ? inaudible ? lamentable ???

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.