Bonjour Mr Plenel : lettre ouverte Mediapart

A l’attention de Monsieur Plenel  leader autoproclamé charismatique de Médiapart.

Il y a plusieurs années que je parcours Médiapart en tous sens et à tous les vents mais je constate une évolution délétère  de votre projet initial.

Ce projet devient, peu à peu une feuille de chou dédiée à un lectorat très concentré sur un mode de pensée automatisé et la première idée de journal libre et indépendant s’efface devant une véritable intention de plaire qui n’est pas de bon aloi.

Parlons d’abord du titrage des articles : quelle différence peut-on trouver entre Médiapart et VOICI ou autres CLOSER ou pire encore DETECTIVE.

Un titrage toujours négatif, sombre, inquisiteur, accusateur et orienté. Un titrage qui est destiné à provoquer la panique ou bien pire encore la haine et l’accusation.

Dans votre lectorat, il y a d’ailleurs des personnages dont les réactions systématiquement approuvés de lecteurs semblent avoir un statut de collaborateurs non déclarés ou de fidèles issus d’un fidéisme maladif.

On les repère immédiatement : ils tiennent le haut des rubriques avec des pseudos tellement transparents que même un aveugle pourrait les repérer.

Leurs propos sont  à la fois vindicatifs, inutiles, improductifs et mêlés d’un poujadisme dont il est impossible de mesurer s’il vient de l’extrême DROITE ou de révolutionnaires de pacotille qui se feront enterrer en grande pompe sous les Ors de l’Eglise.

Mr Plenel, vous et votre rédaction vous ne mesurez pas que cette adhésion cléricale est une fiction par rapport à un projet majeur.

Vous avez de grandes expériences professionnelles, vous vous revendiquez en tant que grand révélateur, mais cessez de vous penser à la tête d’une secte qui détiendrait la vérité sur le monde entier et sur chaque chose qui passe à proximité de votre moustache, d’ailleurs remarquable.

Mais ne croyez surtout pas que je sois un lecteur qui ne lie Médiapart que parce qu’il n’aime pas Sarkozy et qui est en colère parce que vous attaquez le pouvoir actuel.

Ce serait trop simple et cet avis serait indigne de vos qualités de journaliste et d’honnête homme, ce que j’espère profondément que vous êtes.

Non : la méthode inquisitoriale et reposant sur des preuves extrêmement  faibles,  accusatrice à l’extrême et non contradictoire de votre Rédaction me déplait dans tous les cas. Vous vous comportez, vous et vos collaborateurs comme ceux qui jugeaient les sorciers : on te jette à l’eau et si tu flottes, tu es coupable et si tu coules tu es innocent.

 

Je comprends que ce soit une méthode de vente et un système pour attirer les lecteurs : de l’accroche publicitaire au sens du LIBERALISME EXACERBE.

Le concept de votre projet pouvait être assez plaisant au départ mas il ne sait pas  absorber  le débordement des lecteurs dans les tribunes qui sont ouvertes dans  vos pages.

Dans les premiers temps pouvait croire en effet que participer à Médiapart c’était « comme donner son opinion » comme participer à un débat » comme être présent dans un espace de débat à la fois jouissif et cohérent.

Mais peu à peu l’espace de débat de Médiapart  s’est  transformé en un lieu de vindicte populaire dont la guillotine est le principal argument et qui est investi par une tendance qui partage votre mode de fonctionnement : la catastrophe est en marche, rien n’est positif, Bilderberg est au pouvoir.

Même les remarquables contributions de Michel de Raconta sont investies par ces lecteurs qui se présentent comme les nouveaux conquérants d’une scientificité relative qui privilégie la croyance à la méthode.

Peu à peu Médiapart devient ainsi le Bulletin de la Paroisse du Front de Gauche, des relativistes absolus, des complotâtes et de ceux qui de toutes les directions nous annoncent que la Vérité Absolue est à portée de main pourvu qu’on les suive et que la démocratie est une trahison.

Des correspondants qui sont toujours les mêmes je ne les nommerai pas parce qu’ils s’y reconnaîtront interviennent systématiquement sur tous les articles pour répéter toujours les mêmes choses : tout le monde est nul,  tout le monde est pourri,  tous les hommes politiques sont à virer et en particulier les socialistes qui sont pires que les nazis.

Il faut détruire le capitalisme et construite une 6° République en France afin de changer les  conditions de vie de toute l’humanité y compris en Chine en Malaisie et en Afrique du Sud.

Mr Plenel, rassurez-moi : ils sont rémunérés pour écrire tous ces trucs incroyables sinon c’est  totalement désespérant.

Monsieur Plenel vous vous revendiquez comme un grand journaliste et vous le fûtes peut-être,  je dis bien peut-être « à une époque où il n’était pas facile d‘exister lettres sous le règne du président Mitterrand.

Et je rappelle l’image du Président Mitterrand parce que la majorité des travailleurs désormais retraités  se souviennent qu’il a pu changer des choses qui aujourd’hui  reviennent en pleine figure de leurs enfants comme un boomerang.

Monsieur Mitterrand, homme de droite à l’origine s’est comporté dans ses premières années de gouvernance comme un président de gauche, comme un homme de gauche avec des risques énormes que les jeunes générations connaissent maintenant.

Mais  vous Monsieur Plenel,  je suis incapable de dire si vous avez été une seule minute un homme de gauche. Vous avez toujours parcouru des routes traversières,  à l’abri  des opinions et des engagements réels, comme un fantôme de la politique, dont l’appartenance peut être à la fois multiple ou resserrée, un compagnon de route de tout ce qui bouge.

Mais qui êtes-vous Mr Plenel.

Dans quel camp êtes-vous vraiment ? Que signifient vos révoltes et quelles sont vos adhésions finales ?

Si vos opinions sont celles que vous exposez vos lecteurs doivent vous donner la nausée ou est-ce le contraire ?

Ou alors vous êtes le Monsieur XYZ qui est-là pour un plan plus accompli.

Ou alors juste un gars qui s’est battu contre la gauche de gouvernement en fonction de consignes  qui exécutent ce que vous appelez une fausse gauche vue de votre appartement avec vue sur le J des P.

Et ce qui est triste c’est que des tas de gens qui n’ont aucune idée de votre mode de vie et de votre mode de pensée,  de vos relations réelles  et  de vos accointances avec la vie politique pensent que vous les représentez

C’est bien plus que triste !!!! Mais  je vous suis un instant dans la démarche de ceux et celles qui alimentent jour après jour :

-          Ce que vous voulez voir pour que jour après jour ces catholiques de la révolution en pantoufles payent cet abonnement si précieux pour vous ;

-          Les pauvres croient que leurs interventions violentes de chaque jour où ils répètent à l’infini la même chose que la veille sans enrichir ni leur langage ni leurs arguments

-          Vous êtes un observateur avisé de la proximité évidente entre l’extrême droite et l’extrême gauche quant à la HAINE de la réussite sauf si ce sont leurs enfants

-          Vous vous sentez responsables du club  de personnes âgées agitées le plus puissant du monde ?

-          Vous croyez dur comme fer que c’est la classe ouvrière qui vous lit et que ses leaders sont dans vos pages internet

Monsieur Plenel je pense que votre sens du commerce vous éloigne de toutes ces illusions.

Vous conduisez une entreprise et je vous souhaite infiniment qu’elle soit rentable

Pour votre bien Sarkozy reviendra en 2017, un peu grâce à vous et à vos amis et lecteurs.

En attendant je continue à payer mon abonnement pour voir jusqu’à quel point vous irez, quelles seront les limites que vous dépasserez au nom d’une vocation à l’inutile.

Mais le plus intéressant c’est la sociologie de vos réacteurs : pas d’ouvriers agricoles,  pas d'ouvriers du bâtiment, pas d’employés des services, pas de salariés du petit commerce ou de l'artisanat, pas d'ouvriers des services à la personne, pas de ces gens font des petits boulots que l'on ne voit même pas, pas d'employés des entreprises qui ramassent nos poubelles, beaucoup de fonctionnaires et une majorité immense d’enseignants et de retraités qui pensent que le monde de demain dépend d'eux.....alors qu'il sont OUT depuis toujours

Ces fonctionnaires dont j'ai été ce qui m'a permis de voir à quel point j'étais BIEN par rapport à ceux qui financaient ma rémunération et maintenant ma retraite .

Une idée totalement fausse de notre société.

Une caricature dont vous êtes la caricature resplendisante à 9 Euros par mois.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.