Pauvre Léonarda

Si seulement les commentateurs, les chefs de parti, les activistes avaient pris du temps, ils auraient pu mesurer ce que cette affaire à de sordide.

Un famille profondément sordide qui se sert de sa fille pour exciter les haines et les passions, les rejets et les adoptions tellement humanitaires qu’elles sont elles même sordides.

D’une affaire sordide on veut faire un paradigme.

Un certaine gauche ignoble et idéologue se vautre dans un jacusi où la volonté de nuire se mêle à une conception relativiste des droits qui ne convainct pas mais qui agrège les âmes sensibles dans un conglomérat de passions mal maîtrisées et de volonté de bien faire téléguidée et sublimement naïve.

A la fin de Affreux, sales et méchants, ce superbe film Italien des années 1970 (Dino Risi), la petite adolescente est enceinte et son père règne toujours sur la famille et le tas d'ordures. Mais de qui est l'enfant ?

Je plains cette jeune fille d’avoir ce père là qui aurait pu lui éviter ce drame si il l’avait vraiment voulu. Par exemple en acceptant des offres d’emploi….. Mais il se foutait de sa fille et s'inquiétait peu de sa scolarité tant qu’elle ne lui rapportait rien.

Maintenant elle est subitement devenue interessante parce qu'elle apporte notoriété et argent frais.

Il ne va plus la frapper mais l'entourer de gentillesse et de caresses.

Hollywood ou un éditeur de merde populiste va lui proposer un super contrat bien rémunéré en tant que co-auteur.

 

Mélenchon nage dans ce marais et coasse très fort en se pensant seul humain capable de sauver la planète.

Hollande a raison : laissons-la choisir entre un père violent et une France accueillante pour elle sans celui qui la frappe !!!!!

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.