Présences 2016 : musiciens (nes) italiens (nes)

oprf-mikko-franck-2015-credit-jf-leclercq © JF Leclercq oprf-mikko-franck-2015-credit-jf-leclercq © JF Leclercq


Du 5 au I4 février Radio France : 16 créations mondiales, 14 français

Le critique musical Jean-Pierre Derrien a conçu cette manifestation, il répond à nos questions

La seconde moitié du 20°Siècle a été marquée par une floraison de grands compositeurs italiens : Bruno Maderna, Luciano Berio, Luigi Nono… Ceux de notre époque, sont, en quelque sorte les héritiers de cette brillante phalange, apparue dès les lendemains du second conflit mondial ,  rejoignant en France/ Olivier Messiaen, Pierre Boulez, Henri DutIlleux  avec quelques décalages dans le temps, on observe ce phénomène aussi bien en Pologne, Hongrie , Scandinavie, Russie soviétique (ici avec des particularités politiques, le renouveau n’ayant pas suivi le même itinéraire), en revanche cela a largement été le lot de l’Allemagne, de l’Autriche, du Royaume Uni …

  Il est remarquable que les noms d’aujourd’hui aient été d’emblée de dimension et de référence européenne.  On pourrait citer Marco Stroppa, Luca Francesconi, Ivan Fedele et parfois figurent quelques noms nullement italiens, le français Gérard Grisey,

disparu en 1998 qui fait le lien avec l’italien Giacinto Scelsi. De même, le français Jacques Lenot qui a longtemps vécu et travaillé en Italie.

Le concepteur de cette nouvelle série de musiciens italiens insiste sur la présence de plusieurs noms féminins, Francesca Verunelli, Edith Canat de Chizy, collaborant avec l’Ircam , Cathy Berberian, interprète et épouse un long temps de Luciano Bério , d’origine arménienne, et parmi les interprètes, une connaissance d’hier et d’avant-hier Donatienne  Michel Dansac. Une des créations est dédiée aux « réfugiés » actuels, intrus ion de l’actualité politique qui fut naguère pour certains musiciens l’alpha et l’oméga de leurs univers et de leur création. Désormais, du moins aujourd’hui cette source d’inspiration semble plus rare.

«  A noter, en revanche l’importance du vocal. Notamment avec le groupe « Le Balcon », relativement récent dans la cour des grands, incluant des éléments de Rock, Pop,  en hommage à Fausto Romitelli (disparu jeune en 2OO4) et à son « Professor Bad Trip. » Il s’agit de création sous l’effet de la drogue, notamment la mescaline consommée par le poète Henri Michaux.

Et comment ne pas insister sur le nom d’Henri Dutilleux et sur sa musique, «  Timbres, Espaces, Mouvement »  l’une des manières convaincantes d’achever la présentation d’une bonne et dense semaine de créations musicales.

Claude Glayman

 

Concerts de compositeurs italiens de 5 au I4 Févier 2OO16  (horaires  variables selon les jours). Prix unique 15E, exception de la gratuité la soirée d’ouverture.

Réservations, internet/ tel : O1 564O1516 /et au Guichet de la Maison de Radio France.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.