Tenessee Williams : Le Trio de la famille

 © ©Elizabeth Carecchio © ©Elizabeth Carecchio

A notre connaissance, le première « grande pièce » au T2G * par l’auteur, notamment de « La chatte sur un toit brûlant … Un tramway nommé désir ». On aura compris qu’Hollywood a puisé dans ses productions et, du reste, la mise en scène  de Daniel Jeanneteau n’est pas sans manquer de finesse dans les incarnations des trois + un personnages. Ici aussi c’est le désir « de la normalité qui mène la danse » : Dominique Reymond Amanda, la Mère. Sans cesse après son fils, Tom ( Olivier Werner), la trentaine, poète à ses heures, le reste dans la chaussure et la passion démesurée du cinéma. Et après la fille (Solène Arbel) impuissante à incarner ce fameux désir d’une vie « normale » propre aux habitants de St-Louis, des States, pour ne pas citer l’univers. Voici donc ce trio bloqué, se détruisant à longueur de journées et de nuisances des uns aux autres tandis que le « pater familias » a pris la tangente il y a belle lurette. Voici le vide profond de ces vies incapables de réaliser leurs rêves ; si on veut, toujours seuls face à leurs maux. Certes on déplore chez Laura un mal étrange qu’on ne sait comment qualifier, sans oublier le 7°Art du frère et la collection de bibelots, tel un autre art chez Laura. Coup de théâtre, si on ose, Tom sur, les injonctions de la mère Tom invite à dîner un de ses collègues. Celui-ci sera tellement normal qu’il jouera le rôle irréel de l’invité captivé par la silhouette de Laura et le scintillement de ses bibelots. Le pesant réel disparaît au profit d’un réel impensable. Même la rigide mère s’habille à la mode et croit au nouveau monde. La réalité a plus d’un tour dans son sac et Jim Pierric Plathier rappelle, à toute fin utile les bancs de son prochain mariage avec la Charmante Betty. Pétrifiée, ,  la scène tombe de haut, le réel n’a pas varié d’un pouce. Il est ce qu’il est mais est-il vrai ? Si oui la catastrophe demeure on repart chacun/chacune avec son mal …

 

    

             Claude Glayman.

               « La ménagerie de verre » Tennessee Wlliams  /ms D.JeanneteauT2

  1. Beauvais 12.13 avril.

 Th. Kléber Meleau Suisse 17/22avril      

               Th Carouge Suisse 24/26mai=

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.