Romain Rolland Hommage à Richard Strauss

    Ils sont presque contemporains, Richard Strauss 1864/1949 et Romain Rolland 1870/1954, soit une première partie jusqu’à 1924 fin des  succès opératiques et orchestraux. A l’occasion de la créations à Paris de « Salomé » (d’après Oscar Wilde) pour des raisons de traduction du

Romain Rolland Romain Rolland
livret en langue française. Ainsi que pour « Salomé » de Mariotte;*un Français  qui posait des problèmes juridiques. La collaboration des deux artistes fut excellente. Tant la personnalité et l’art de Richard Strauss marquèrent le musicologue français. Celui ci déclara « souhaiter se mettre  à son service »  ils communiquaient par correspondance dans une commune admiration/notamment  pour Richard Wagner et sa dramaturgie. L’énergie de Zarathoustra du germain lui rappelait sa propre découverte de la « Renaissance Italienne. »  Jean-JacquesJ Velly   recense certains jugements de R;Rolland sur des oeuvres de R..Strauss / Don Juan / oeuvre supérieure, avec une ardeur boursoufflée / : Salomé : l’oeuvre la plus parfaite de R.Strauss./
Richard-Strauss Richard-Strauss
Le Chevalier à la rose : le meilleur de lui-même, l’homme et le musicien./ Guntram : le réveil orgueilleux de l’individualisme.\ Ainsi parle Zarathoustra : complexité obscure." Don Quichotte : Tour de force, progrès seulement pour la technique du musicien/. Salomé : L’œuvre la plus parfaite que vous ayez écrite./ Elektra :  touche au sublime du coeur./

Dans ce volume on serait tenté de poursuivre ces notes professorales très libres … qui piquent. Et l’on regrette de taire les commentaires de R.Rollland intitulées « De la Renaissance à la naissance. Histoire de l’art »      . Faute d’une suffisante compétence  personnelle  sur les temps plus anciens

 

* Romain Rolland musicologue. Direction Hervé Audéon. Editions Universitaires de Dijon.2017 202 p. 18E.

 

** Il s’agit de la « Salomé » d’Antoine Mariotte (1875 / 1944) sur le livret d’Oscar Wilde. R.Rolland collabore à sa traduction. Captée

    au Festival de Montpellier, collection1870de la ville.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Claude Glayman

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.