Péché familial, péché international !

Comme la zizanie se propage souvent à l’intérieur des familles, elle se répand au cœur des relations internationales entre pays rivaux, voire amis ou prétendus tels... Une pièce à voir au Théâtre Nationale de La Colline, jusqu’au 28 novembre. 

 © Jean-Louis Fernandez © Jean-Louis Fernandez
Comme la zizanie se propage souvent à l’intérieur des familles, elle se répand au cœur des relations internationales entre pays rivaux, voire amis ou prétendus tels... Une pièce à voir au Théâtre Nationale de La Colline, jusqu’au 28 novembre. Pour bizarre qu’elle puisse paraître, cette parabole semble bien résumer le long et passionnant spectacle de « Fin de l’Histoire » d’après l’écrivain polonais Witold Gombrowicz (1904/1969), dans une mise en scène et une finition de Christophe Honoré (*).

Non sans souligner que nous avons l’impression d’une première pièce concernant les pièges de la famille Gombrowics sur lesquelles se faisait les dents le jeune Witold mais  n’achevait pas son texte . Se poursuivant par un regard différent, plus général de philosophes célèbres, de Hegel à Fukuyama  que Witold ne connaissait pas forcément mais disposés à céder leurs raisonnements et leurs places aux grands politiques, sinon tyrans du 20° siècle demeurant encore dans toutes les mémoires ou presque dont celle  de Gombro.

Comme on le sait ou le devine, W.Gombrowics  était polonais et les premières scènes le saisissent au passage de l’été à l’automne 1939  lorsque   de le monde a les yeux rivés sur la petite Pologne  encadrée par l’URSS de Joseph Staline et le 3°Reich allemand d’Adolphe Hitler, peu après les Accords de Munich de 1938 . Edouard Daladier se portait garant de toute pérénité  (c’est Annie Mercier qui interprète le Ministre français E.Daladier précèdant à un brin du philosophe Jacques Derrida ;après avoir incarné la mère de famille des Gombro.  Des prestations pas trop éloignées de l’hystérie, si tant est que la « Mama polonaise » n’est guère plus sûre d’elle même face à ses trublions familiaux , qu’elle ne l’est des serments de paix prêtés à Daladier.

Du côté de la famille.

 © Jean-Louis Fernandez © Jean-Louis Fernandez
Le rejeton Witold en fait voir aux siens, convaincu qu’Adolphe Hitler ne va pas tarder à fondre sur sa frontière orientale, ne craignant rien des Soviètiques enrôlés dans le fameux Pacte de l’été 39 au 21 juin 41 (quasiment 2 années i !). Nous avons le droit à tous les ébats de la famille. A commencer par Witold, son billet de paquebot pour l ‘Argentine en poche, écrivain véléïtaire mais promis à un bel avenir d’hommes de lettre  pas toujours aisé à suivre,et qui fascina le fameux éditeur Maurice Nadeau. Une jeune fiancée, bébé ou non ? , des frères, des sœurs,  le pére et sa superbe, tenant le gouvernail forcément contesté. Erwan Ha Kyoon Larcher joue Witold sur tous les tons et animé d’une belle gestuelle :, « il dit que le jeune, est un homme suspendu entre Dieu et la jeunesse »

 Un nouveau Yalta.

 Autour d’une table voici Joseph Staline (la mère se pose une moustache sous le nez ), en face de lui Adolph Hitler et ses bretelles tout prêts de croquer Edouard Benès et les Tchèques après avoir « sauvé » les Sudètes de race germanique menacés par les « barbares slaves ».C’est le moment choisi par Bénito Mussolini (jean Charles Clichet l’ex paternel)  pour exposer la situation des Juifs, « associables »,    Madagascar (français) leur ouvre ses lointaines portes, Adolphe n’est pas opposé,  d’autant que les Américains ne sont pas indifférents à ces tractations et que Neville Chamberlain, se dissimule sous la table, c’est Sébastien Eveno. On pense à Charlie Chaplin et à son  « Dictateur »… alors on prévoyait, désormais on solde les comptes !

Certains spectateurs filent. Mais c’est un grand moment de plaisir, et de vigilance  que cet étalement de bêtise alors que notre actualité n’est pas loin de repasser les plats d’hier et de rejouer l’  « Eternel Retour » selon Nietzsche

 

*Théâtre Nationale de La Colline, jusqu’au 28 novembre 2O15. Tel 0244625252

Tournées Varsovie 4/5 12 // Théâtre National de Toulouse, 11/17 12 // La Comédie de Valence 6/7 01 2O16 // Le Grand T Théâtre de Loire Atlantique /3/15 01 2O16 //

Maison des Arts de Créteil 28/3O.01 2O16 // Maison des Arts de Nice 25/27. 02 2016.   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.