RADIO FRANCE : PRESENCES 2014 13 /25 FEVRIER

 


             

                                           Paris / Berlin  -  Musiques d’aujourd’hui

 

        Annuellement Radio France organise une forme de Festival sous l’intitulé : « Présences » suivi du millésime de l’année. Pour 2014, du 13 au 25 février. Soit 13 concerts dont 9 créations mondiales, à peine décentralisées dans Paris intra muros. En un renvoi courtois à Berlin qui, en 2013, avait crée un Festival de Musique Française ; pour 2014 Radio France propose un Festival Paris/Berlin. Berlin capitale européenne majeure qui s’appuie sur une très forte décentralisation davantage que la France, toujours jacobine,malgré un indiscutable renouvellement musical des régions françaises.

Soit la participation de jeunes compositeurs allemands, pour beaucoup inconnus sur la rive gauche du Rhin ainsi que des artistes français. Dans les deux cas un certain nombre d’ « anciens » seront à l’appel : de Kurt Weill (Berliner Requiem) à Pierre Boulez (dernière version de « Visage Nuptial ») ; sans compter Bernd Aloïs Zimmermann et ses très célèbres « Soldats » transcrits en « Symphonie Vocale », référence 14/18 oblige ! Citons également Hans Werner Henze, Philippe Manoury, Bernard Cavanna.  Helmut Lachenmann, brillant iconoclaste  « défiant la beauté et plaidant pour une sorte de son laid », par opposition à un pesant hédonisme commercial, sans oublier les rencontres de « Darmstadt, Donaueshingen, bien d’autres, voire l’Ircam dont le rôle rayonne par-delà la multitude de quolibets dont il fut  l’objet imperturbable.   

  


 

- NOUVELLE  GENERATION ;

 Cependant le plus neuf et le plus intéressant tiennent aux visages inconnus.Bien que l’on s’en tienne à une « mondialisation européenne » ; une sorte de  « binôme Merkel/ Hollande » dans les croches, double croches et sons, l’auditeur , le mélomane seront saisis par ces « nomades » dont Roland David (Directeur Adjoint de la Musique à Radio France ) qui a ainsi qualifiés ces artistes, ajoute : « aujourd’hui se déplacer est naturel, en somme s’est la liberté ». Nomades allemands notamment, mais également français, voire quelques Américains, Italiens, ou Espagnols qui ont parcouru le monde entier, et une grande diversité de sons et d’instruments  Extraordinaire vitalité créative, formative. Le Programme qui les présente au public donne le sentiment qu’ils ont parcouru quasiment la terre et plus seulement l’hexagone et ses voisins : des Etats-Unis à l’Asie , voire l’Afrique. S’agissant de ce continent, la thématique de l’esclavage s’impose toujours davantage, écouter le français Thierry Pécou, Martin Matalon. Subissant des esthétiques, mais attention hors d’un modèle unique ou d’un contre modèle de même tabac. Emprunts pittoresques naguère,  bien rares et consignés dans des esthétiques dites folkloriques dont Bela Bartok fixa en quelque sorte plusieurs principes décisifs. Notons, autre exemple, la référence très forte au jazz écartée par bien des puristes, il ne s’agit plus seulement de faire danser nantis ou non, pas plus que de se limiter à une parcelle délimitée et réservée à quelques fans et spécialistes pointus . Et surtout ne pas oublier la machine, l’électronique, les flux au-delà de la pratique commune du « streaming ». Certains musiciens s’avouent attirés pas les arts plastiques (l’immobilier allemand grimpe), ou bien encore par la musique de films : partition pour « Metropolis » de Fritz Lang composée par Martin Matalon.

 

- D’ICI LA PROCHAINE GEOGRAPHIE DES SALLES PARISIENNES ;

 Demeure en effet la question des « moyens matériels » de ces jeunes créateurs dont la musique ne s’arrache pas comme celles du Rock, du Rap et de leurs avatars. Nombre de nouveaux venus sont enseignants dans des Conservatoires, Ecoles, Campus, Institutions. Récompenses de Concours. D’autres sont des interprètes recherchés comme Jorg Vidman, grand clarinettiste tandis que d’autres risquent le plus précieux, l’opéra, plus exigeant et plus rentable, que n’importe quelle création. J.Widman, toujours lui, est l’auteur de « Babylonia » sur un livret de P.Sloterdijk. Marc André en prévoit un pour 2014. T Pécou a composé plusieurs titres, pour ne pas parler de Wolfgang  Rihm  et de son « Jacob Lenz » monté en France et encore de « Maldoror » de Philippe  Maintz  etc. Attendons le bilan du millésime 2014 et pas uniquement du côté de l’opéra ? !

 

Claude Glayman

 

Tarifs des Concerts , gratuité les 15 et 17 février, sinon entre 5 et 15E.

Par internet : concerts.radiofrance.fr

Par téléphone : 0156401516, la semaine de 10 H à 18H.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.