claude glayman
Abonné·e de Mediapart

168 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 févr. 2014

RADIO FRANCE : PRESENCES 2014 13 /25 FEVRIER

claude glayman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                           Paris / Berlin  -  Musiques d’aujourd’hui

        Annuellement Radio France organise une forme de Festival sous l’intitulé : « Présences » suivi du millésime de l’année. Pour 2014, du 13 au 25 février. Soit 13 concerts dont 9 créations mondiales, à peine décentralisées dans Paris intra muros. En un renvoi courtois à Berlin qui, en 2013, avait crée un Festival de Musique Française ; pour 2014 Radio France propose un Festival Paris/Berlin. Berlin capitale européenne majeure qui s’appuie sur une très forte décentralisation davantage que la France, toujours jacobine,malgré un indiscutable renouvellement musical des régions françaises.

Soit la participation de jeunes compositeurs allemands, pour beaucoup inconnus sur la rive gauche du Rhin ainsi que des artistes français. Dans les deux cas un certain nombre d’ « anciens » seront à l’appel : de Kurt Weill (Berliner Requiem) à Pierre Boulez (dernière version de « Visage Nuptial ») ; sans compter Bernd Aloïs Zimmermann et ses très célèbres « Soldats » transcrits en « Symphonie Vocale », référence 14/18 oblige ! Citons également Hans Werner Henze, Philippe Manoury, Bernard Cavanna.  Helmut Lachenmann, brillant iconoclaste  « défiant la beauté et plaidant pour une sorte de son laid », par opposition à un pesant hédonisme commercial, sans oublier les rencontres de « Darmstadt, Donaueshingen, bien d’autres, voire l’Ircam dont le rôle rayonne par-delà la multitude de quolibets dont il fut  l’objet imperturbable.   

- NOUVELLE  GENERATION ;

 Cependant le plus neuf et le plus intéressant tiennent aux visages inconnus.Bien que l’on s’en tienne à une « mondialisation européenne » ; une sorte de  « binôme Merkel/ Hollande » dans les croches, double croches et sons, l’auditeur , le mélomane seront saisis par ces « nomades » dont Roland David (Directeur Adjoint de la Musique à Radio France ) qui a ainsi qualifiés ces artistes, ajoute : « aujourd’hui se déplacer est naturel, en somme s’est la liberté ». Nomades allemands notamment, mais également français, voire quelques Américains, Italiens, ou Espagnols qui ont parcouru le monde entier, et une grande diversité de sons et d’instruments  Extraordinaire vitalité créative, formative. Le Programme qui les présente au public donne le sentiment qu’ils ont parcouru quasiment la terre et plus seulement l’hexagone et ses voisins : des Etats-Unis à l’Asie , voire l’Afrique. S’agissant de ce continent, la thématique de l’esclavage s’impose toujours davantage, écouter le français Thierry Pécou, Martin Matalon. Subissant des esthétiques, mais attention hors d’un modèle unique ou d’un contre modèle de même tabac. Emprunts pittoresques naguère,  bien rares et consignés dans des esthétiques dites folkloriques dont Bela Bartok fixa en quelque sorte plusieurs principes décisifs. Notons, autre exemple, la référence très forte au jazz écartée par bien des puristes, il ne s’agit plus seulement de faire danser nantis ou non, pas plus que de se limiter à une parcelle délimitée et réservée à quelques fans et spécialistes pointus . Et surtout ne pas oublier la machine, l’électronique, les flux au-delà de la pratique commune du « streaming ». Certains musiciens s’avouent attirés pas les arts plastiques (l’immobilier allemand grimpe), ou bien encore par la musique de films : partition pour « Metropolis » de Fritz Lang composée par Martin Matalon.

- D’ICI LA PROCHAINE GEOGRAPHIE DES SALLES PARISIENNES ;

 Demeure en effet la question des « moyens matériels » de ces jeunes créateurs dont la musique ne s’arrache pas comme celles du Rock, du Rap et de leurs avatars. Nombre de nouveaux venus sont enseignants dans des Conservatoires, Ecoles, Campus, Institutions. Récompenses de Concours. D’autres sont des interprètes recherchés comme Jorg Vidman, grand clarinettiste tandis que d’autres risquent le plus précieux, l’opéra, plus exigeant et plus rentable, que n’importe quelle création. J.Widman, toujours lui, est l’auteur de « Babylonia » sur un livret de P.Sloterdijk. Marc André en prévoit un pour 2014. T Pécou a composé plusieurs titres, pour ne pas parler de Wolfgang  Rihm  et de son « Jacob Lenz » monté en France et encore de « Maldoror » de Philippe  Maintz  etc. Attendons le bilan du millésime 2014 et pas uniquement du côté de l’opéra ? !

Claude Glayman

Tarifs des Concerts , gratuité les 15 et 17 février, sinon entre 5 et 15E.

Par internet : concerts.radiofrance.fr

Par téléphone : 0156401516, la semaine de 10 H à 18H.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa