Romain Rolland: journal inédit de 1938 à la défaite de 1940

En ce début de 21° siècle, il est difficile d’imaginer l’impact des « intellectuels » d’avant-guerre années 1900/ 30 Dieux d’une Olympe fort distante du commun des mortels. Normalien, illustre germaniste, Romain Rolland se classait parmi les premiers, musicologue, écrivain, homme de théâtre, profondément engagé contre la guerre de1914, (« Au dessus de la mêlée » vient de reparaître) : une sorte de Jaurès bis. Pacifiste mais très lié au PCF, sans être de la famille : l’indépendance lui est vitale, fondement du doute.Vilipendé par la Droite, connaissant le monde entier de Gandhi à Freud ; sa Correspondance et sa production rempliraient plusieurs rayons de bibliothèque. Ami de musiciens, de chefs d’état, sensible à la compagnie des femmes.

On comprend qu’il ait tenu en secret un « Journal intime », à partir des Accords de Munich en 1938, combattus farouchement ; jusque pratiquement sa mort fin 1944, après la Libération de sa région.Lié à Charles Péguy, condisciple de Paul Claudel, il est non croyant. Les événements de ces années cruciales l’amenant à se distancer du PCF et de l’ex-URSS, en tout cas jusqu’à la défaite française de mai/juin 1940. On supposera volontiers, comme on le vérifiera par la suite de cette somme, que la participation à la guerre de l’ex-URSS contre Hitler sera de nature à modifier ses jugements très troublés (la revue « Europe » en 2007, à rendu hommage à R.Rolland dans un numéro spécial où, à l’évidence, les auteurs savent qu’il existe un « Journal inédit » sans en connaître la teneur).

Avant la seconde guerre mondiale le « pacifisme » est très en vogue, divisé en multiples chapelles. On songe notamment à Jean Giono, pour avoir lu ses « Ecrits personnels, «  La Pléïade 1995»,  l’on ne se souvient pas d’une agressivité de la part d’un homme plus complexe que dans le sombre tableau de ses opposants dont R.Rolland. La guerre européenne est déjà en marche en Espagne, mais R.Rolland apparaît beaucoup plus engagé dans ce qui conduira à Munich aux lendemains du « Front Populaire ».

La cause des Tchèques de Jean Mazaryck qu’il connaît, lui tient à cœur, le maître chanteur Hitler, R.Rolland le sait, ne cédera jamais, il prédit pourtant la chute finale du dictateur,ce qui est rare alors. Il déplore du reste que la documentation soviétique qu’il reçoit plus ou moins, soit particulièrement discrète sur le guerre allemande en ces temps de pacte Moscou/Berlin ! Il conseille la prudence  à Maurice Thorez chef d’un Parti Communiste interdit par le gouvernement Daladier. Et il note le départ discret de M.Thorez et de sa compagne pour Moscou !       

Durant ces semaines la répression devient de plus en plus intense dans l’ex-URSS : les généraux Toukharchevski, Blücher, l’ex chef de la police Heinrich Iagoda, sont jugés et condamnés à mort alors que d’autres disparaissent comme Serge Kirov aux conséquences tragiques. R.Rolland pense de plus en plus que Staline, « à demi civilisé » foule les leçons de Lénine. Le fils de sa seconde femme, russe d’origine, convertie par Paul Claudel, de passage en France  confie à ses hôtes, des informations méconnues sur la situation en ex-URSS. Le tout aboutissant, dans l’inéluctable marche à la guerre européenne, puis mondiale, au fameux « Pacte Germano-soviétique ». L’armée rouge occupe une partie de la Pologne qui, coincée à l’ouest par la Wehrmacht, n’existe plus. Désolation de R.Rolland !

Ce livre, on rendra compte de sa dernière partie, est écrit pas un excellent portraitiste. A l’appuis deux passages, parmi d’autres, l’entretien qu’Hitler accorde à Alphonse de Chateaubriant, écrivain admirateur du nazisme, rien de commun avec le Vicomte. Ou encore à l’intention de ceux qui apprécient le poète en Paul Claudel le récit par ses soins de sa conversion. Deux passages d’anthologie pour un livre doux et dur, rédigé au jour le jour à Vézelay, région natale d’un intellectuel dont le modèle semble bien avoir disparu.

Claude Glayman

* Romain Rolland : « Journal de Vézelay 1938/1944 Edition établie par Jean Lacoste – Bartillat. 1182 pages. 39 E.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.