T2G :" Riches.Pauvres. Homme/femme". Hans Henny Jahnn *

 12.2 fin du spectacle de Pascal Kirsch, avec le Centquatre Paris : Belle réussite ce spectacle que je titrerais volontiers « Laclos chez les paysans ». Dans la capitale c’était avec les gens de la « haute » et ici  dans un coin de Norvège.

Hans Henny Jahn Hans Henny Jahn

Les voici Manae, Jytte le vieux Vinj, Ole, Gunwald …. Ils, ces personnages, s' attirent les femmes, Anna, Sofia et celles non nommées. "Bref  des Liaisons dangereuses," ce qui suppose un monde urbain. Alors qu’ici c’est la terre, les rocs, les rivières, la neige éventuellement, et surtout les animaux à la ferme, ou en troupeaux …. le cheval magique, Fallada. De très belles photos glissent, claires, nettes sur le grand écran :  nature violente, impressionnante tandis que sur de grandes tables qui glissent les unes et les autres, les « intellos de la bergerie croquent en de petites »miniatures, les principaux bâtiments du lieu, à modeler ou fines sculptures. Ainsi peut sembler le problème des décors (quoique sur de vastes scènes on ne percevrait guère ces miniatures) .Ainsi se  découvre un vaste espace. Pour les acteurs soit torses nus, soit en tenues de soirée du moins auprès des intellos guidant le sens de l’histoire. Instrumentant la morale;. assurant la mise en bière de la femme infanticide, tandis qu’une novice se précipite sans les bras d’un nouvel homme, nouveau mâle. Ce tableau échangiste est » Mode". Notre univers des gens de la terre pour nous c’était Jean Goono avec le souffle des vents et de l’histoire, brisant les chevauchées. Parfois chez des auteurs du 19°Siècle. Tandis que nous ne  connaissons guère cet autre monde germanique, celui de Hans Henny Jahn. Cf. Ceorge Sand, Balzac …

Sans omettre le jeu permanent d’un musicien, balayant d’un archer sa guitare électrique (semble t-i). Aucune info biographie à on sujet i dans le petit programme. Dommage !      

                      

              Claude Glayman

* Spectacle 8/12 février T2g/Centquatre Paris=

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.