claude glayman
Abonné·e de Mediapart

168 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2015

claude glayman
Abonné·e de Mediapart

Fascinant « Répons » de Pierre Boulez à la Philharmonie

Le 11 juin « La Philharmonie 1 », c’est-à-dire la grande salle, pleine à craquer de public, on avait rarement vu cela : un concert de « Musique Contemporaine » attirant une telle foule d’auditeurs. Certes, il est probable que le nom de  P. Boulez attire, à moins qu’il ne rejette

claude glayman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 11 juin « La Philharmonie 1 », c’est-à-dire la grande salle, pleine à craquer de public, on avait rarement vu cela : un concert de « Musique Contemporaine » attirant une telle foule d’auditeurs. Certes, il est probable que le nom de  P. Boulez attire, à moins qu’il ne rejette (cf. Michel Legrand) ; étaient inscrites également des pièces de Michael Jarrell et d’Helmut Lachenmann, et l’Ensemble Intercontemporain (EIC) était dirigé par  le compositeur et chef Mathias Pintscher.

« Répons » est un emprunt  au « Plein Chant » médiéval, une figure vocale, un chœur en cercle autour d’un soliste. P. Boulez a conçu un schéma de même type mais doté des prouesses technologiques de notre époque. Soit l’effectif suivant : 6 solistes, piano 1,2, orgue électrique, harpe, plusieurs claviers perchés sur des petites plateformes conçues entre autres,  à cet effet ; ensemble instrumental sur le plateau, face au chef, un dispositif électronique. Le rôle du système informatique  en temps réel (système Ircam) est fondé sur des modifications de timbres, de textures, des réinjections ; enfin 6 haut-parleurs entourent également le public correspondant aux 6 solistes. On est donc dans  un système de spatialisation pour une pièce dite « work in progress » créée en 1981, reprise en I984, mais aussi aboutissement de diverses tentatives jugées insatisfaisantes par le compositeur et de recherches finalement abouties.

Ce vaste parcours spatial des sons dans la salle géante de la « Philharmonie 1 » que procure-t-il du point de vue de l’écoute musicale ? Autant l’écoute à partir d’un cd donne l’impression d’une œuvre écrasée, autant ici l’auditeur est envahi par un éclat sonore, une énergie sans fin, insufflée également par la vigueur et le tempérament du chef . Cette vivacité se double du mouvement de la tête de l’auditeur à la recherche des sources sonores dispersées dans la salle, avec une partie du public assise  des deux côtés du plateau central. Huit sections constituent le parcours de la pièce, nous ne les détaillerons pas ici.

Soulignons la puissance d’une écriture plus classique et propre  au style du compositeur. Difficile de situer un début et une fin à cette pièce qui nous a donné à nous l’impression d’un mouvement perpétuel, inlassable et impressionnant à l’écoute. Le public a applaudi la force de « Répons » !

La soirée débutait par « Assonance VII » de Michael Jarrell (1958) compositeur suisse consacré par une production déjà importante, notamment dans le domaine de l’art opératique. Il s’agit d’une pièce de 1992, interprétée par l’artiste Takafumi Sujimoro d’une grande maîtrise à l’intérieur d’un vrai labyrinthe de percussions dont il ressort une sonorité délicate, dans d’autres genres on pourrait évoquer la notion de « musique douce ».

En deuxième place, une pièce d’Helmut Lachenmann (1935), « Mouvement ». Le musicologue Philippe Albéra parle dans le commentaire du programme de « radicalité sans précédent » et d’un « rejet des formes conventionnelles de beauté ». Formé dans ma jeunesse par la découverte des « Surréalistes » : quelle que soit la forme,  la beauté me paraît devoir être l’horizon d’une œuvre. Aussi je n’ai jamais apprécié l’univers d’H. Lachenmann. Estropier le son n’est pas le but de la microtonalité, ou de l’utilisation du seul souffle des interprètes. En suivant les mouvements de ce « Mouvement » on croit deviner ceux d’une symphonie traditionnelle, le compositeur balaie les sons qui n’aboutissent jamais.

Et pourtant l’interprétation de l’ « EIC » est d’une précision, d’une finesse exemplaires.

Malgré le talent « non on ne marche pas ! »

Claude Glayman

Philharmonie de Paris, soirée du 11 juin 2015. // Tel 01 44 84 44 84.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Comment l’exportation de viande et de produits laitiers démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal — Politique économique
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan