claude glayman
Abonné·e de Mediapart

168 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2016

Herbert von Karajan, une autobiographie imaginaire, mais exemplaire.

claude glayman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Herbert Von Karajan

 Sylvain Fort , après Puccini, Alban Berg… s’est s’attaqué à une sacrée personnalité de la musique lecture aussi passionnante qu’agaçante ! Notre collègue a reconstitué cette vie, non sans une forte connaissance de son sujet et une écriture classique. Le jeune Karajan, pianiste à 8 ans,  pour un premier concert public ;  d’une famille mélomane,   Herbert a vu le jour à Salzbourg, cité régalienne de la musique. D’une ambition tellement insatiable qu’il dirigera exclusivement des orchestres, c.a.d le coeur,  le sommet de « la machine » où prime le «geste musical». Karajan sera chef d’orchestre, dévorant quelque peu tous les titres, les remettant sens cesse sur le métier, également « metteur en scène » de lyrique. Passionné de technologie (il collectionnera « ses  Porches, yachts,  résidences, ses lieux de villégiature, St Tropez, l’été, et St Moritz l’hiver.)  Portrait d’un « parvenu » ? Cependant sous sa plume supposée ,  jamais n’est cité le mot « argent »  Ce qui guide notre héros  c’est la musique, rien que la musique, toute la musique toujours à déchiffrer ! Auteur d’une multitude  d’enregistrements, de toutes sortes, selon les supports du moment, sinon sur les plus importantes scènes, salles du monde.

 Cela débute avec l’Opéra d’Aix-la-Chapelle auquel il sera toujours fidèle, même si sa renommée  demeure moindre en comparaison avec nombre de temples qu’il foule . Primo en Allemagne, bien qu’il soit autrichien, fier de l’être, redoutant « L’Anschlus mais nazi précoce » (Titre du chapitre « Nazi un jour » ! ). Sans apparemment d’importantes  souillures, objet de rivalité entre les  chefs Goebbels, Goering ;  il conteste  Wilhelm Furtwangler , fidèle du régime, rejeté bien que directeur de l’Opéra de Berlin. La chute soudaine , un soir, du rideau de scène sur le Führer  aggrave l’impatience  de Karajan .  Dédouané en 1947 malgré l’hostilité des occupants Soviétiques alors que les Occidentaux,  via une « dénazification » minimum, étaient moins  remontés  . L’Intendant Heinz Tietjen lui« offre» justement l’Opéra de Berlin  Avec la Philharmonie de Vienne et Aix, son « tripode »,  choisissant, sans cesse  l’un ou l’autre,  y ajoutant Paris. Il invite Germaine Lubin en Allemagne dans Isolde, provoquant des difficultés ultérieures à la « française»  lors de la « Libération . Régine Crespin, son élève ,crée « Elektra » de Richard Strauss, l’icône, avec Giacomo Puccini, Jean Sibelius …

S’initiant à l’écoute de maîtres d’hier,  Max Lorentz (ténor) Margarete Klose (contralto), des Chefs comme Arturo Toscanini, la référence absolue, et Victor De Sabata rencontré en Italie au moment des défaites du régime et de ses ennuis personnels, notamment en raison d’un nouveau mariage  avec Anita Guterman ,  ¼ de sang juif,  « inadmissible » pour beaucoup.

  Objectif : la « modernité »

 Améliorer la  présence physique des interprètes d’opéras et de récitals, systématiser l’usage de la langue nationale de chaque oeuvre . C’est également la « découverte » par Karajan , de la seconde « Ecole de Vienne ». Il est impressionné par le rôle de « Marie » du « Wozzeck » d’Alban Berg chanté par Hildegard Behrens, demeurée dans nos mémoires. Cite Schoenberg, Stockhausen, Boulez ; promeut Mirela Freni, Anne Sophie Mutter, Evgeny Kissin,. N’oubliant pas « Pelléas et Mélisande »  ou encore Jessye Norman dans  l’inoubliable

« Liebestod »Fasciné par la concentration du pianiste canadien Glenn Gould, lui,  il a  fait jouer le mythe Dinu Lipatti …introduit sur la scène les voix de BorisChiristoff,J  John Vickers, Gundula   Janovitz, José Van Dam….» A différentes périodes,  Karajan a collaboré avec diverses personnalités. ; le livre de Sylvain Fort évoque même des notions  d’amitié,  de fraternité !

 Rapide évocation d’un spécialiste du disque alors qu’il n’avait pas encore pris sonenvol, .Walter Legge lié à Elisabeth Schwarzkopf. Avec les Fils Wagner pour Bayreuth et Winiffred ; les inventeurs du Festival de Salzbourg dont il fut l’un des animateurs.

La rencontre fertile avec le cinéaste Henri-Georges Clouzot qui aboutit à la réalisation de films d’opéras même si, remarque le texte, « l’intensité musicale est délicate à rendre à l’image » ; « 5° Symphonie de Beethoven,  Requiem » de Verdi.

 Enfin la collaboration d avec le parisien Michel Glotz. , On peut y voir du  business ;.Sylvain Fort rend hommage à la  dernière épouse de Karajan, Eliette von Karajan,.

Le maestro  ne s’attarde jamais ou presque sur sa vie privée,  on l’en remerciera post-mortem , soulignant cependant  l’excès du « goût du moi/moi ».  ses derniers mots dans le livre le désignent  à jamais : « Je suis Herbert von Karajan »

Même dans la douleur de la maladie, il s’affirme, comme durant sa vie, n’oubliant jamais la musique, tous ses instants lui sont consacrés., au terme d’un parcours aussi passionnant, impressionnant qu’agaçant.

 -Claude Glayman

-          Sylvain Fort : « Herbert von Karajan : une autobiographie imaginaire » Actes Sud Classica, 155 pages, 2016, 17 E

Parmi la masse d’ enregistrements de toutes sortes : on retiendra, pour débuter, :un coffret de 6 cd DG : «  Les Premiers Enregistrements/  soit : Mozart (1931 Berlin / Raï de  Turin - 1942 )-( Weber 1943 : Amsterdam )  –  (Beethoven – Wagner  - Berlin 1943 ) – (Brahms /Richard- Strauss Amsterdam 1943) – (Tchaïkovsky – Smetana – 1942 Hambourg-). (Verdi –Hambourg 1938).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT