claude glayman
Abonné·e de Mediapart

168 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2016

S’agit-il d’une « Comedia del Arte Nippone ? »

claude glayman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Gens de Séoul 1909 © Tsukasa Aoki

Présent au Festival d’Automne à plusieurs reprises, Horiza Hirata, auteur et metteur en scène japonais, pour notre part jamais applaudi car jamais vu est présent cette saison, en compagnie de plusieurs autres artistes de la même origine. Il a présenté au « T2G »

«  Gens de Séoul 1909, suivi de 1919 », en deux parties.

Parlé dans la langue originale, complété des paroles coréennes, le tout sur -titré  sur grand écran. Ces « Séouls » ont pour trame les débuts de colonisation de la Corée par le Japon et le premier jour de son indépendance.

La difficulté à suivre un discours obscur et une distanciation totale avec s stéréotypes des situations coloniales que nous connaissons, ô combien, en Occident expliquent, sans doute, la difficulté de notre adhésion. La non-violence relative du spectacle de la famille japonaise Sinosaki  « bourgeois » du lieu recevant des relations durant une sorte de wee-kend. Certes on a bien observé que les domestiques, assurant le déroulement des agapes, présente bien des traits d’une véritable servitude, en particulier ces sortes de genéfluxions d’essence impériale lorsqu’ ils s’adressent à leurs maîtres en des gestes et, probablement des paroles typés

 Comédie à l’italienne, ou proches de certains films, de Luis Bunuel …par l’incessant mouvement des personnages, nombreux qui entrent, accomplissent leur mission, et se hâtent  de quitter la scène. Sans compter d’étranges visiteurs, extérieurs qui, également, traversent la scène et déposent leur petit rôle. D’où un rythme incessant accompagné de paroles, semble-t-il banales, « Je l’envoie à Tokyo » dit le père de famille par exemple, s’agissant d’un membre de sa famille. Ah !  Tokyo, la capitale inspirante aux yeux de ces provinciaux. Dont on devine cependant l’inquiétude dûe à leurs rapports avec les Coréens et leur pays. Dans la partie se déroulant en 1919, à l’évidence plus comique,

Gens de Séoul 1919 © Tsukasa Aoki

On vivra cependant la prise de leur Indépendance par les Coréens, le jour même du Ier Mars 1919, alors que la Corée, ne sera libérée  des Japonais qu’en 1945.

Ignorant l’Histoire de ces pays et de ces peuples on est tout de même frappé par une sorte de non-violence, le climat ouaté de ces séquences ; n’ignorant pas que le souhait d’Horiza Hirata est de créer des atmosphères et non porter des jugements qu’il laisse aux spectateurs, à eux, mais en connaissance de cause !

 Il s’agit d un tamis qui filtre ce qui se passe. On n’est pas chez Shakespeare, ni même chez Racine ! Et il est frappant que toujours en 1919, les dames d’une grande élégance, notamment, celle de leurs chapeaux, papotent autour du mariage. Elles ont tâté le gros « sumo » tandis que l’un d’eux inventait alors ce nouvel arrivant en Suisse !           

M.Tristan Tzara évoquait le  « dadaÏsme », ce qu’avait déclaré un personnage,ignorant sans doute qu’il s’agissait de ce qui annonçait « le surréalisme ».

Claude Glayman

Théâtre de Genevilliers

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener