Troublante pièce de Botho Strauss au Théâtre de la Colline…

«Le Temps et la Chambre»* autant dire le temps et l’espace, rien de moins ! Magique mise en scène d’Alain Françon dirigeant une poignée d’acteurs et d’actrices remarquables. Il nous semble assister à une évidente parodie de notre vie actuelle qui fait tant jaser les minus politiques. Mais revenons à nos impressions qui passent d’un coup à l’estomac, dans l’incompréhension à une entrée dans le vif doublé de bonheur.

 © Michel Corbou © Michel Corbou

La Chambre.

Immense, une porte de palais et des fenêtres quasi à la même taille. Sur deux fauteuils qui en jettent, deux messieurs, hier on les aurait qualifiés, bord de la vieillesse, soixante-soixante-dix ans. De nos jours avec l’allongement de la vie, ce sont de jeunes vieux.

Ils sont maniaques, remarquent par les fenêtres, dehors, une jeune et jolie femme. A peine l’ont-ils signalée, qu’on sonne à la porte et la jeune dame d’en bas est là en chair et en os. Y-a-il des rendez-vous coquins, les hommes mûrs badineront-ils ?

On tourne provisoirement la page. Le temps s’écoule, la chambre a été traversée d’imprévus, ainsi évocation de « Médée – Jason » l’espace est modifié par ce flash-ack à l’antique Grèce !

Mais que se déroule-t-il dans ce début de fiction théâtrale ? Apparemment rien, et bien malin parmi les spectateurs (la salle est pleine) qui verrait poindre l’amorce d’une fiction ? Du reste, à la sortie nous avons interrogé parmi le public, tel ou telle. Silence et boule de gomme, aveu de « n’avoir pas compris », rien compris mais on évoque la beauté du spectacle, le jeu remarquable des actrices et acteurs, la mise en scène d’Alain Françon, vieux routier de la maison.

 © Michel Corbou © Michel Corbou
 

Le temps.

 On se croirait dans un théâtre de philosophe devant ces concepts gigantesques, impressionnants, comme au temps de la terminale lycéenne ou des études supérieures.

Mais entre-temps, le temps, justement, le temps a fait son office Il s’est écoulé naturellement et a bouleversé le mouvement, celui de l’espace, de la chambre ?

 Ainsi un couple, main dans la main, se dirige vers ce qu’on a désigné comme « la salle de bains », tiens ! tiens ! mine de rien ! A un autre moment des visiteurs mâles se sont regroupés, comme à la porte d’une institution quelconque, recherche d’emploi ? Déposition d’une candidature à un voyage organisé ? et dans l’attente que quelque sentinelle-femme vienne dénouer le suspense, annoncer une décision à mesure de la décision officielle. Le temps qu’on attend peut paraître long, très long. Soit une petite mise en scène d’une réponse plus ou moins redoutée dans la grande histoire.

 Les femmes, annoncées dès le début de la pièce, sont toujours interchangeables. A deux ou trois vêtues semblablement, rebelles ou non. Avec autant de prétendants, plus ou moins sommaires ; d’autant que l’on voyage beaucoup dans ce milieu.

« Je pars, adieu, surveillez la maison, le gaz, le jardin, le courrier, le chauffage etc. »

L’hésitation, le temps de l’hésitation, le bref temps de l’hésitation qui tranche comme un couperet

« - Mais pourquoi partez-vous ? » lui dit-il à elle, en partance, couverte de bagages. Hésitation, le bref temps de l’hésitation qui tranche comme un couperet, la femme, elle dit « Et ! bien non je ne pars pas, je ne pars plus ! » Et de ranger ou presque, les bagages !

Tous ces mini-gestes emplissent le temps, la chambre éclatera-t-elle sous leurs effets ?

Heureusement il y a la voie de l’humour ; des bons mots, des chutes inattendues ; Botho Strauss ne manque pas de cet arsenal et le public rit, le rire libère ; plus de cette contrainte du temps qui passe, et comme dit l’autre, se perd, comme l’espace de la chambre avec son grand tuyau de cheminée qui en a vu passer et en verra d’autres…

 Claude Glayman

* Botho Strauss : « Le temps et la chambre » traduit de l’allemand par Michel Vinaver, ms Alain Françon, avec notamment Jacques Weber, Georgia Scalliet, Dominique Valadié, Wladimir Yordanoff, Gilles Privat. Théâtre de la Colline (Grande Salle) jusqu’au 3 février 2017. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.