claude glayman
Abonné·e de Mediapart

168 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2017

L’Athénée, Carmen : La leur…

claude glayman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre Carmen © Loni laibaroes

Il s’agit d’un spectacle, l’adaptation d’un opéra, Carmen d’après Georges Bizet. Un génie de la musique française qui installe sur la scène une ouvrière, exactement « cigarière », travaillant dans une manufacture de tabac, en 1875. Pour une fois au lieu d’une Impératrice, Reine, grande pointure, au lieu de mâles dans ces mêmes rôles.

   Attention ici ce n’est pas un déroulement habituel mais la vision très talentueuse quoique nullement fidèle à la tradition
Des acteurs chanteuses, acrobates, instrumentistes, etc., jeunes , vieux, voire enfant, souvent formés dans une école germanique, au beau nom du compositeur Hanns Eisler des années 30.  (Bien qu’il ne s’agit pas que de germaniques dans cette belle équipe).

                                         Ensuite ….

Durant les deux premières heures, autant dire les deux premiers actes, nous sommes volontiers perdus, même s’il s’agit d’un spectacle  « carmeno-compatible ». Des concepts extraits de l’œuvre des librettistes, sont illustrés sur le plateau.

Par exemple des variations autour de « la fumée » . Les indépassables thèmes de l’amour  « Si je t’aime prends garde à toi ! ». De la mort, on y revient dans un instant cf. la mort dans les Arènes et « Toréador »., la mort, il est temps encore »  Don José, of course « Carmen »

Après tout José est un soldat, la mère âgée de Micaela, pure fiancée du pays                    

                                 Dernier Acte : en beauté :

« L’Ensemble 9,  Hauen und Stechen » nous donnent une intégrale/une  fin « réaliste », fidèle à l’opéra, « Arènes et Toréador ».  Cette fidélité était assurée jusqu’ici  par la fine musique de Bizet même si elle était fractionnée dans tous les sens alors que dans ce final la continuité est assurée par l’œuvre musicale laquelle nous rappelait depuis le début à chaque instant  le livret, le texte, le théâtre.

On dira que nous ne sommes pas encore assez mûrs  pour la « déconstruction » initiale. Laquelle ne nous permet guère d’exactes retrouvailles et rend impossible de nommer le moindre  nom d’actrices et d’acteurs. Tandis que nous sommes enfin touchés par le bonus de ce final. Impossible de nommer telle ou telle identité de beau talent.. 

Claude Glayman

Notre Carmen. Athénée/ Théâtre Louis Jouvet.   9/19 nov. 2017

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal — Évasion fiscale
Le géant du BTP Fayat fuit l’impôt à l’île Maurice
Le groupe bordelais de BTP Fayat a mis en place une société offshore à l’île Maurice, en lien avec ses activités en Afrique, et a supprimé l’an dernier dix emplois en France pour faire tourner ce montage fiscal à plein régime.
par Yann Philippin
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal
Raoul Peck, invité exceptionnel d’« À l’air libre »
Le réalisateur vient présenter sa nouvelle série documentaire, « Exterminez toutes ces brutes », diffusée jusqu’au 31 mai sur le site d’Arte. 
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener