Un après-midi avec Ludwig van Beethoven

 

philharmonie

 

  Sous l’intitulé « Week-End en Fête » dimanche 20 novembre la « Philharmonie de Paris » organisait deux Concerts Symphoniques Beethoven au cours de l’après midi du 20 novembre.

1)     « Hymne à la joie », c. a. d «la « 9°Symphonie avec Chœurs » ; salle Pierre Boulez précédé d’une courte et tardive pièce  d’Henri Dutilleux « Muss es sein »  ∂’après une référence au « 16° Quatuor » de Beethoven. ». Soit une brillante œuvre d’orchestre très structurée, résonnante, dans le style du compositeur dont on célèbre le 100° anniversaire.

 

Suite à une commande d’une phalange britannique Beethoven se lance dans son grand œuvre, conçu et pensé pour chœurs, alors qu’est terminée sa « Missa Solemnis » et s’est aggravée sa surdité. L’association chorale et orchestrale, à notre connaissance, n’a jamais été pratiquée pour une « Symphonie ». On est en droit de considérer  une sorte de suite avec Gustav Mahler et Anton Bruckner, au-delà du romantisme. Soit une « esthétique du sublime » que poursuivrait également Franz Liszt .

 

Michel Tabachnik dirige « L’Orchestre Philarmonique de Strasbourg » tandis que Lionel Sow, depuis 2011, conduit le Chœur de Paris, crée sur volonté de Daniel Barenboïm lorsqu’il était à Pleyel. Ajoutons les 80 choristes plus  quatre solistes vocaux.

 

Notre symphonie compte quatre mouvements distinct. Le premier comprend deux sources , le second molto vivace comporte la préoccupation rythmique du compositeur et débouche sur le magnifique troisième adagio cantabile. Pour certains il y a là comme un chant magique, cf le programme signé Isabelle Werk.

 

La vivacité n’empêche pas l’intériorité « pessimiste ».

 

Pourtant le thème de l’0de émerge dès le 3° Mouvement finissant. L’un des quatre solistes , la basse Franz Joseph Selig entamant l’extraordinaire volcan vocal suivi de ses collégues, Susan Gritton soprano,  Rinat Shaham alto et Steve Savisum ténor. Ensuite éclatera le plein chœur, selon plusieurs départs à pointer et suivre selon l’architecture richement sonore de cette salle. Humanisme de source chrétienne « … un baiser au monde entier ».

 

23OO auditeurs applaudissent longuement cette œuvre célèbre mais relativement méconnue !

 

          Le rythme chez Beethoven : l’éternel retour à la « 7°Symphonie » 

 Indéracinable de la  mémoire et de notre écoute, cette pièce fut jugée  par Carl M.Maria v.Weber comme devant mener Ludvig W. dans« un asile d’alénés » tandis que  Richard Wagner y percevr ait comme « l’apothéose de la danse » ! sic. ! Existe-t-il des chorégraphies de la « 7° » ?.  Du moins peut-on l’imaginer . Une énergie formidable habite cette Symphonie, une indiscutable violence mais de quel type ?  A chaque écoute on retrouve  le semi-vivace du premier mouvement, première « agression » du corps de l auditeur.  La quasi «Marche Funèbre »  du second mouvement, dont Ludvig w. est un adepte du genre ce qui ne l’empêche pas de faire du « presto et de l’allegro con brio (3° et 4°mouvements ») une rythmique irrésistible. Une musicologue  américaine rappelle fort justement que la « musique ne ment pas ».Vous avez loisir d’entendre x reprises de l’œuvre, jamais elle ne cessera sa rythmique infernale et magnifique, mystérieuse aussi.
Ici c’est le chef Arie van Beek qui dirige la 7° à la tête de l’Orchestre de Picardie. On est dans le grand bain sonore, à l’exception de quelques modulations insuffisamment délicates. Mais la 7° est là, qui se termine aussi impérieusement que toujours.

 

 Vient ensuite une pièce pour orchestre et technologie que tout le monde ne possède pas : un « smartphone ! ». Personnellement nous n’en disposons pas. Aussi la « déconstruction » d’une partie réduite du concert, la foule aidant,  ne parvient pas à nous convaincre malgré le talent habituel de Bernard Cavanna, souvent compositeur original.          

 

affiche-exposition-ludwig-vanok
- Dimanche 20 novembre

« Hymne à la Joie,  Orchestre Philharmonique de Strasbourg , dm Michel Tabachnik

 

4 Solistes + Chœur de l’Orchestre de  Paris. 16h. Salle Pierre Boulez.

 

 

 

 Cité de la Musique : Beethoven 7°Symphonie _ Bernard Cavanna : Geek Bagatelles Création – Orchestre de Picardie dm Arie van Beek.

 

Smarthones des élèves du Lycée Boucher de Perthes d’Abbeville 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.